Enbata (hebdomadaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la presse écrite
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enbata.

Enbata[1] est un hebdomadaire politique basque paraissant depuis 1961 à Bayonne. Il est rédigé majoritairement en français, mais publie aussi en basque. D'abord mensuel de février-mars 1961 à octobre 1968, il est paru sans interruption, excepté un mois d'interdiction en janvier 1974 par le gouvernement français et en 1978 pour des raisons financières. Après avoir été une publication de combat, militant pour l'indépendance du Pays basque français et espagnol jusqu'en 1974, il a adopté un ton plus journalistique et se définit comme abertzale (patriote en basque) et progressiste. Il déclare tirer à plus de 1000 exemplaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il paraît d'abord en septembre 1960 sous le titre Embata[2] comme une nouvelle version du bulletin de l'Association des étudiants basques de Bordeaux[3]. Un an et cinq numéro plus tard, à la suite d'une plainte d'anciens membres de l'Association, le titre est modifié en Enbata et la numérotation repart depuis le numéro 1[4].

En 1968, au moment de devenir hebdomadaire, il ne présente que quatre pages. Le ton est généralement polémique et pamphlétaire. Du fait de six articles qui attaquent la police ou ses dirigeants, il est poursuivi par différentes instances de l'État. En juin 1973, le journal est lourdement condamné et son directeur de publication écope de trois mois de prison avec sursis.

Des ressources sont cependant mobilisées pour en faire un journal plus étoffé.
Peu de temps après le renouvellement, c'est une interdiction de paraître qui est rendu effective fin janvier 1974, mais le Conseil constitutionnel l'annule, car il dit que le fait de publier une discours séparatiste relève de la liberté d'opinion.

En 1975, la rédaction adopte une optique plus informative, avec le souci, de faire une place à différentes opinions existant au sein du mouvement abertzale, mais il tient à rester un journal d'opinion. En 1978, un brève interruption de la publication est due à des problèmes financiers qui sont résolus par un appel de fonds. En 1987, quatre personnalités différentes expriment leurs opinions chaque semaine dans une tribune libre.

En 1995, Enbata ayant, à la suite d'autres journaux comme Le Canard enchaîné, reproduit le témoignage d'un policier espagnol montrant les liens entre la police français en Pays basque et les tueurs du GAL, le commissaire de police Cathala le poursuit en diffamation et obtient, dans un premier temps, 320 000 francs de dommages et intérêts. Diverses déclarations prouveront[réf. souhaitée] que des truands français, appuyés par des policiers espagnols et français ont assassiné ou blessés (27 morts), sous la signature inventée du GAL, des réfugiés politiques espagnols et seront condamnés pour cela.

En janvier 2006, quatre pages, titrées Alda !, sont ajoutées aux huit habituelles, grâce à un partenariat conclu avec la Fondation Manu Robles-Aranguiz.

Politique éditoriale[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire se veut le reflet du "mouvement abertzale" en Pays basque nord qui correspond à la plus grande partie de l'arrondissement de Bayonne.

Bien qu'il ait publié de nombreux écrits du parti politique Enbata (créé en avril 1963), il se défend d'en avoir été l'organe et le Conseil constitutionnel l'a confirmé quand il a annulé l'interdiction de paraître prononcée en janvier 1974 en même temps que l'interdiction du mouvement politique homonyme.

Il déclare, sur son site, que « sa ligne éditoriale est fédéraliste, européenne, humaniste et en faveur des pratiques politiques usant des voies démocratiques ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. galerne ou vent de nord-ouest en langue basque
  2. Embata. Bulletin de l’association [puis de l’association des anciens puis des anciens de l’association]. Mensuel. sept. 1960 – déc. 1960/janv. 1961 (1re année, n°1-4/5). – Bayonne, 30 × 23 cm En français; quelques textes basques. – Reprend le titre de : Embata [1957-1958]. – Devient : Enbata[1]
  3. Embata. juin 1957 (n°spécial]. juin 1958 (n°spécial). – Bayonne, 30 × 21 cm; En français; un texte basque. – Publ. par : Embata [Bayonne], association des étudiants basques. – Titre repris en 1960 par : Embata. Bulletin de l’association[2]
  4. Enbata. [puis Journal nationaliste basque et fédéraliste européen puis Hebdomadaire politique basque]. Mensuel puis hebdomadaire. févr./mars 1961 (1re année, n°1) →. Bayonne, de 27 × 21 à 44 × 32 cm. N’a pas paru entre mai et le 9 oct. 1968; après son interdiction n’a pas paru entre le 30 janv. 1974 et le 30 janv. 1975; n’a pas paru entre le 9 févr. et le 8 mars 1984. – En français; quelques textes basques; au début rares textes espagnols. – De mai 1962 à janv. 1974 publ. par le mouvement : Enbata [Bayonne]. – Quelques erreurs de numérotation. – Suite de : Embata. Bulletin de l’association. – Pour le suppl. voir Aburu. – Voir aussi Ekin[3]

Articles connexes[modifier | modifier le code]