Empire soviétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les États rouges représentent des gouvernements communistes alignés avec l'Union soviétique. Les jaunes représentent les gouvernements des États communistes aligné avec la République populaire de Chine. Les États noirs (Corée du Nord et Yougoslavie) représentent les gouvernements communistes qui n'étaient pas alignés avec les deux.

Au cours de la guerre froide, le terme informel de l'Empire soviétique se référait à l'influence de l'Union soviétique sur un certain nombre de pays.

Bien que l'Union soviétique n'était pas gouvernée par un empereur et se déclarait elle-même anti-impérialiste, selon ses détracteurs, il présentait certaines tendances communes aux empires historiques. L'URSS pratiquerait d'une certaine façon le colonialisme en Europe de l'Est comme les autres puissances impériales. Ceux qui supportaient l'Union soviétique, quant à eux, rejetaient de telles accusations et soutiennent que la relation entre l'Union soviétique et des pays au sein de son «empire» était en fait celle de la coopération volontaire.

Influence[modifier | modifier le code]

L'empire soviétique se compose des éléments suivants:

Les États membres de l'Union soviétique[modifier | modifier le code]

Au fil du temps le nombre des républiques soviétiques ont varié. En 1991, l'Union soviétique comprenait les 15 républiques suivantes:

Les membres du Comecon[modifier | modifier le code]

L'URSS et ses satellites présumés du Pacte de Varsovie.

Ces pays étaient les alliés les plus proches de l'Union soviétique. Ils étaient membres de la Comecon, une alliance économique soviétique fondée en 1949. En outre, ceux qui se trouvent dans l'Est de l'Europe étaient également membres de la Pacte de Varsovie. Ils étaient parfois appelé le bloc de l'Est et les gouvernement furent considérés comme des satellites.

La Corée du Nord a été un allié soviétique, mais toujours suivi une politique étrangère très isolationniste et par conséquent n'a pas rejoint le Comecon ou toute autre organisation internationale des États communistes.

Engagement soviétique dans d'autres pays[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de pays ont des gouvernements pro-soviétiques pour de courtes périodes de temps durant la guerre froide. Dans la terminologie politique de l'Union soviétique, il s'agissait de « pays progressant le long vers le socialisme », par opposition aux «pays du socialisme développé», énumérés ci-dessus. La plupart ont reçu une aide, qu'elle soit militaire ou économique, de l'Union soviétique, et ont été influencés à des degrés divers. Leur soutien à l'Union soviétique a été de courte durée pour des raisons diverses, dans certains cas, le gouvernement pro-soviétique a perdu le pouvoir, tandis que dans d'autres cas, le même gouvernement est resté au pouvoir mais a changé ses relations avec l'Union soviétique.

États qui avaient ouvertement des gouvernements communistes en rouge, et dont l'URSS a cru pendant un moment « la transition vers le socialisme » en orange. Tous les États de couleur rouge vif ne sont pas restés des alliés soviétiques.

Certains de ces pays n'ont pas été des États communistes, malgré leur soutien. Ils sont marqués en italique'.

États communistes opposés à l'Union soviétique[modifier | modifier le code]

Certains États communistes étaient ouvertement opposés à l'Union soviétique et plusieurs de ses politiques. Bien que leurs formes de gouvernement ont été parfois similaires, ils se sont souvent coupés complètement coupés de l'URSS et ont gardé leur souveraineté totale. Les relations ont été souvent tendues, parfois même au point de conflit armé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]