Empire éthiopien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Empire d'Éthiopie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Empire éthiopien
የኢትዮጵያ ንጉሠ ነገሥት መንግሥተ (am)
Mängəstä Ityop'p'ya (am)

vers 990 – 1974

Drapeau
Drapeau de l'empire d'Éthiopie.
Blason
Armoiries de l'empire d'Éthiopie.
Devise : (amharique) : Ityopia tabetsih edewiha habe Igziabiher
(Traduction : « L'Éthiopie tend ses mains vers le Seigneur »)
Description de cette image, également commentée ci-après
L'Empire après toutes les conquêtes.
Informations générales
Statut Monarchie absolue
Capitale Addis Abeba (à partir de 1886).
Langue Amharique
Religion Église orthodoxe éthiopienne
Monnaie Thaler de Marie-Thérèse
Birr
Histoire et événements
vers 990 Prise de pouvoir de la dynastie Zagoué.
1270 Prise de pouvoir de la dynastie Salomonide.
1755 Début du Zemene Mesafent.
1855 Fin du Zemene Mesafent.
1936 - 1941 Occupation italienne.
1974 Révolution.
12 mars 1975 Abolition de la monarchie.
Empereur d'Éthiopie
(Der) 1930-1974 Hailé Sélassié Ier

Entités précédentes :

L'Empire éthiopien (amharique መንግሥተ ኢትዮጵያ, Mängəstä Ityop'p'ya), aussi connu comme Abyssinie, était un empire d'Afrique fondé autour de 1270, lorsque Yekouno Amlak a renversé Yetbarek, le dernier souverain de dynastie Zagwés, ce qui donne lieu à la fondation de la dynastie salomonienne, à cause de son origine revendiquée du roi Salomon ; Yekuno Amlak prit alors le titre de Negus neghesti (ንጉሠ ነገሥት), ou « Roi des rois ». L'empire a couvert une zone géographique comprenant l'Érythrée et la moitié nord de l'Éthiopie. Mené presque continuellement par des membres du groupe ethnique Habesha (d'où le nom Abyssinie), composé de Tigréens et Amharas, l'Empire éthiopien a réussi à repousser les Arabes et les armées turques, à initier des relations amicales avec plusieurs pays européens, et à éviter la colonisation au cours du XIXe siècle. À la suite de l'occupation britannique de l'Égypte en 1882, l'Éthiopie et le Liberia ont été les deux seuls pays africains à rester indépendants au cours de la partition de l'Afrique par les pays européens fin XIXe siècle. En 1974, l'Éthiopie a été l'un des trois seuls pays dans le monde avec comme chef d'État un empereur (avec l'Iran de la dynastie impériale des Palhavi, le dernier ayant été détrôné en 1979 ; et le Japon, qui a encore l'empereur pour souverain).

Histoire[modifier | modifier le code]

D'mt et le royaume d'Aksoum[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : D'mt et Royaume d'Aksoum.
David II d'Éthiopie, empereur d'Éthiopie (Négus) et membre de la dynastie salomonide.

Pour les anciens Égyptiens, le pays de Pount connu en tant que pays d'or, faisait partie de l'Éthiopie. Selon le récit épique du Kebra Nagast, Menelik Ier a fondé l'Empire éthiopien en 980 avant Jésus-Christ. L'empire d'Axoum s'est développé à partir du IVe siècle av. J.-C. pour atteindre son apogée au Ier siècle. Vers 365 de notre ère, le royaume adopte le christianisme comme la religion d'État et devient ainsi l'un des premiers États chrétiens[3].

Moyen Âge éthiopien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zagwés.

Après la conquête de Aksoum par la reine Gudit (ou Yodit), commence une période que certains chercheurs appellent le Moyen Âge éthiopien[4]. Selon la tradition éthiopienne, elle a régné sur les restes de l'Empire aksoumite pendant 40 ans avant de transmettre la couronne à ses descendants[4].

On sait très peu de choses sur cette reine et sur cet hypothétique État. Ce qui est évident, cependant, c'est que son règne a marqué la fin du contrôle axoumite en Éthiopie.

Dynastie Zagwés[modifier | modifier le code]

Le dernier des successeurs de la reine Yodit a été renversé par Mara Takla Haymanot qui a fondé la dynastie Zagwés en 1137[4], qui a épousé une femme descendant du dernier empereur axoumite afin d'affirmer son héritier légitime[4]. L'appartenance ethnique Zagwe était Agaw dont la puissance n'a pas été étendue beaucoup plus loin de leur région. La capitale était à Adafa, non loin de la moderne Lalibela dans les montagnes du Lasta[5]. Le Zagwe a fait du christianisme la religion d'État poursuivant ainsi les traditions axumites. Ils ont construit de nombreuses églises magnifiques comme celles de Lalibela. La dynastie durerait jusqu'à son renversement par une nouvelle dynastie qui a fait descendre des anciens rois axumites la dynastie salomonique.

Dynastie salomonienne[modifier | modifier le code]

En 1270[5] la dynastie Zagwe a été renversée par l'empereur Yekouno Amlak qui prétendait descendre par les empereurs axoumites du roi Salomon, ainsi la dynastie salomonienne a été fondée et dirigée par « Habesha »qui tire son nom Abyssinie[pas clair].

Le Habesha a régné avec quelques interruptions de 1270 à la fin du XXe siècle. Ce fut sous cette dynastie que l'essentiel de l'histoire moderne de l'Éthiopie s'est déroulée. Au cours de cette période, l'Empire a conquis et incorporé pratiquement tous les peuples à l'intérieur de l'Éthiopie moderne. Les Éthiopiens ont combattu avec succès les armées italiennes, les Arabes et les Turcs. Ils ont établi des contacts fructueux avec des puissances européennes et se sont alliés notamment avec le Portugal contre les Ottomans et le sultanat de Somalie Adal dirigé par Ahmed Ibn Ibrahim Al-Ghazi lors de la conquête de l'Abyssinie.

Invasion par le sultanat d'Adal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre Adal-Éthiopie.
Incendie d'une église et mise à mort du capitaine portugais Christophe de Gama par Ahmed Gragne (en haut). Défaite et mort d'Ahmed Gragne (en bas). Peinture éthiopienne, 1900.

En 1529, les forces du sultanat somali musulman d'Adal, menées par Ahmed Ibn Ibrahim Al-Ghazi, surnommé Gragne (« le Gaucher »), envahissent l'Empire éthiopien dans ce qu'on appelle la guerre Adal-Éthiopie. L'occupation par Adal dure 14 ans. En 1541, l'empire maritime portugais envoie un corps expéditionnaire avec de l'artillerie pour soutenir le prince chrétien Gelawdéwos (Claude) qui résiste à l'occupant. L'Empire ottoman musulman, à son tour, envoie une force de soutien avec des canons à Adal. En 1543, Ahmed Gragne est tué et la dynastie salomonide est restaurée. Gelawdéwos doit encore combattre les Oromos qui envahissent sa frontière nord. Entre 1554 et 1559, les Ottomans, de nouveau alliés à Adal, occupent la côte de la mer Rouge, l'actuelle Érythrée, qui devient la province ottomane de Habesh.

L'Ère des Princes[modifier | modifier le code]

Les réalisations de Ménélik II sur une carte du monde.
Empire éthiopien (orange) en 1750, les conquêtes de l'empereur Ménélik II à la fin du XIXe siècle (jaune)
Article détaillé : Zemene Mesafent.

Entre 1769-1855, l'empire d'Éthiopie connut une période marquée par de nombreux conflits entre les ras et l'empereur, dont le domaine ne s’étendait plus que sur une zone autour de l'ancienne Gondar, qui entraînèrent une stagnation dans le développement de la société et de la culture. Les conflits religieux, aussi bien au sein de l'Église orthodoxe éthiopienne que contre les musulmans étaient souvent utilisés comme un prétexte pour des affrontement mutuels. L'Ère des Princes a pris fin avec le règne de Téwodros II.

L'empereur Théodore II et le partage de l'Afrique[modifier | modifier le code]

En 1868, à la suite de la détention de certains missionnaires et représentants du gouvernement britannique, le Royaume-Uni lance une expédition punitive en Éthiopie. La campagne est un succès pour la Grande-Bretagne et l'empereur Théodore II de l'Éthiopie se suicide. L'année 1880 est caractérisée par la partition de l'Afrique. L'Italie est à la recherche d'une présence coloniale en Afrique, elle envahit alors l'Éthiopie et obtient avec succès certaines régions côtières et signe avec l'empereur Ménélik II le traité de Wouchalé, la colonie d'Érythrée est alors créée. Toutefois, des différences significatives entre la traduction italienne et amharique sont présentes dans le traité de Uccialli : l'Italie demande la mise en protectorat de l'Éthiopie, cette dernière répudie le traité en 1893. Humilié, l'Italie déclare la guerre à l'Éthiopie en 1895. La Première Guerre italo-éthiopienne mène à la bataille d'Adoua dans 1896, lorsque l’Éthiopie bat de façon décisive l’Italie. En conséquence, le traité d'Addis-Abeba est signé en octobre, qui délimite les frontières de l'Érythrée et force l'Italie à reconnaître l'indépendance de l'Éthiopie. Les délégations du Royaume-Uni et France dont les colonies bordent l'Éthiopie décide alors d'aller dans la capitale éthiopienne pour négocier leurs propres traités.

Occupation italienne[modifier | modifier le code]

L'Éthiopie est occupée par l'Italie, de 1936 à 1941 jusqu'à sa libération par des forces anglaise et arbenuoch (Résistance éthiopienne) attaquant l'armée italienne au nord et des forces belgo-congolaises attaquant au sud. Le Negusse Negest Haïlé Sélassié Ier est réinstallé sur son trône.

Derg et la chute de la monarchie[modifier | modifier le code]

En 1974 une organisation armée marxiste-léniniste aux positions pro-soviétiques, le Derg, dirigé par Mengistu Haile Mariam, met fin au règne de Hailé Selassié. Ce dernier est emprisonné et meurt en août de l'année suivante dans des circonstances encore inexpliquées. Une des hypothèses avancées est qu'il est mort des suites de ses conditions de détention, et de l'absence de traitement médical. Certains[réf. nécessaire] spéculent aussi qu'il a été assassiné. La monarchie est officiellement abolie le .

Mengistu Haile Mariam est déposé en 1991. Il s'enfuit alors au Zimbabwe où il est accueilli par Robert Mugabe. Il est condamné à mort par contumace en 2006 par un tribunal éthiopien sous l'inculpation de génocide et de crimes contre l'humanité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adopté le 2 novembre 1930.
  2. L'Italie ne parviendra cependant jamais à contrôler l'ensemble du territoire éthiopien.
  3. Saheed A. Adekumobi, The History of Ethiopia, Westport CT u. a., Greenwood Press, (ISBN 978-0-313-32273-0).
  4. a b c et d Adekumobi, p. 10.
  5. a et b Pankhurst, p. 45.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Addis Hiwet, « Ethiopia: from autocracy to revolution », London, Review of African Political Economy, Occasional publication no 1, 1975, IV-115 p.
  • Marie-Laure Derat, Le domaine des rois éthiopiens (1270-1527), Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 383 p.
  • Pléneau, Jean André, pseud. Laurent d'Arce, Abbé, L'Abyssinie, étude d'actualité, 1922-1924, Avignon, impr. de Aubanel frères, , 132 p. (lire en ligne).