Empire andermien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'empire Andermien est une étoile-nation multi systèmes fictive dans l'Univers de fiction de la série Honor Harrington de David Weber.
voir Chronologie de l'Honorverse.

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

L'empire est une puissance technologiquement moyennement avancée. Sa population est principalement d’ethnie Chinoise avec une culture allemande et l’Allemand comme langue officielle. Le monde capital de l'empire est nouveau Potsdam.

Un surnom populaire pour un individu de l'empire est "Andy" ("Andies" au pluriel).

Histoire[modifier | modifier le code]

Potsdam était à l'origine un monde colonisé par des colons de l’ethnie chinoise et connus sous le nom de Kuan Yin, d’après la déesse chinoise de la pitié. Le nom était amèrement ironique, car la colonie a été condamnée par des bactéries indigènes qui ont dévoré voracement chaque forme de vie possédant de la chlorophylle terrienne. Des récoltes entières ont été ruinées, et la colonie chancelait au bord de l'extinction quand un mercenaire du nom de Gustav Anderman a pris le contrôle de la planète, autour de 1600 p.d.

En administrateur efficace, Anderman et ses hommes se sont rapidement mis à résoudre la situation difficile de Kuan Yin. Il a fait venir des microbiologistes et des généticiens, et ces scientifiques ont réussi à développer des espèces de végétation terrienne immunisées contre les bactéries locales, et vingt années terrestres après l'invasion par Anderman, la planète étaient capables de s'auto alimenter. Les habitants étaient si reconnaissants à Anderman qui n'eut aucun problème pour qu’ils l'acceptent comme empereur Gustav I de l'empire Andermien, et qu’ils embrassent culture et langue allemandes comme si elle leur était propre, même le nom de Kuan Yin changé en Potsdam.

À la mort d'Anderman, son empire s’étendait sur plus de six systèmes solaires et il a continué à s’agrandir tout au long des siècles suivants. Les descendants de Gustav Anderman, la dynastie d'Anderman, ont régné sur l'Empire depuis, et avèrent extrêmement capables, en dépit d'une tendance pour l'excentricité parmi quelques Empereurs. Par exemple Gustav Anderman lui-même, qui pensait être la réincarnation de Frédéric le Grand, se déplaçant même dans des costumes du temps de Frédéric. Ou Gustav VI, qui a essayé de nommer son buisson de roses primé comme Chancelier de l'Empire (une action qui a causé son propre renversement du trône, sans beaucoup de plainte). Ou la sœur aînée de Gustav VI, qui lui a succédé sur le trône, pour mettre fin à la lutte féroce des cousins de Gustav, en employant une fiction légale qui lui a permis de se proclamer un homme, contournant la loi salique de la Charte Impériale ("il" a certainement été aidé par le fait qu’en tant que "Gustav VII", "il" avait précédemment pris la commande de la Première Flotte la Marine Impériale). Gustav VII est d’ailleurs considéré comme le meilleur gouverneur que l'Empire n’ait jamais eu.

En janvier 1920 p.d., l'Empire et le Royaume stellaire de Manticore « rachetent » la Confédération silésienne dont ils se partagent le territoire. L'Empire andermien s'engage au côté du Royaume stellaire de Manticore dans la guerre contre la République de Havre.

Gouvernement et politique[modifier | modifier le code]

L'Empire andermien est une monarchie constitutionnelle dirigée par un Empereur. Un document connu sous le nom de Charte Impériale sert de constitution à l'Empire ; entre autres, la Charte règle la succession au trône impérial. Depuis la fondation de l'Empire, le trône impérial a été aux mains de la Maison d'Anderman.

L'Empereur possède personnellement un pouvoir important, et la méfiance des Anderman pour les formes de gouvernement républicaines est largement connue.
En dépit de ceci, l'Empereur n'a pas le pouvoir absolue, et l'existence du Bureau du Chancelier a été mentionné ; le poste de Chancelier de l'Empire andermien peut être analogue à, par exemple, celui du premier ministre du Royaume stellaire de Manticore, cependant, à la différence de ses homologues de Manticore, la nomination d'un Chancelier est exclusivement du ressort de l'Empereur.
Il y a également été fait mention d’un "Conseil Impérial". Les pouvoirs et les attributions de ce Conseil sont encore inconnu, mais on a mentionné que le Conseil a joué un rôle important pendant la crise de succession suivant le renversement de l'Empereur Gustav VI.

Le chef de l'Empire andermien durant le déroulement des romans est empereur Gustav XI.
Quelques membres de la famille impériale andermienne ont été mentionnée jusqu'ici dans les romans : prince de la couronne Huang Anderman et grand amiral Chien-chien-lu Anderman, qui à le titre de noblesse de Herzog von Rabenstrange (en français "Duc de Rabenstrange").

Militaire[modifier | modifier le code]

La force spatiale de l'Empire est la Marine impériale andermienne. La marine est le moyen primaire de projection de puissance de l'Empire, et est aussi responsable des opérations de "maintien de la paix" qui ont habituellement comme conséquence l'annexion de nouveaux systèmes à l'Empire. La marine maintient également la présence impériale dans les régions de l'espace que l'Empire considère comme son secteur d'influence

La force terrestre de l'empire est l'Armée impériale andermienne. En plus de son rôle de combat et de défense au sol, l'armée fournit également des troupes pour le service à bord des vaisseaux de la marine impériale, car l'Empire andermien n'a aucun corps de fusiliers. Une unité célèbre de l'armée impériale est le régiment de Hussars Totenkopf, qui sert principalement de garde personnelle à l'Empereur.

Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

L'Empire andermien est une puissance expansionniste, mais ses règles sont assez sages pour accorder un degré considérable d'autonomie à leurs sujets conquis, de ce fait empêchant des soulèvements et des rébellions. Peut-être en raison de la profession de mercenaire de Gustav Anderman, l'Empire qu'il a fondé a une tradition d'intervention dans les affaires d'autres nations seulement quand il y avait un profit pour l’empire. Le principe de base de la diplomatie andermienne et des relations étrangères est la Realpolitik.
L'intérêt expansionniste primaire de l'Empire a longtemps été la chaotique Confédération silésienne où le Royaume stellaire de Manticore faisait la police.

L'Empire a longtemps été méfiant envers Havre, méfiance aussi bien dû à sa forme républicaine de gouvernement (que l'empire regarde comme en soi instable) qu’en son expansionnisme, car l'Empire craint que, après avoir ‘’traité’’ le cas de Manticore, la Silésie et l'Empire soient les futures cibles de la République populaire.
Quoique les relations entre l'Empire et la République de Havre aient été calme, l'empire a rejoint Manticore dans sa guerre contre Havre à la suite de la tentative havrienne d’attaquer le poste de la MRM de Sidemorre alors que le Ministre des Affaires Étrangères havriennes laissait entendre que sa nation n’opérait pas dans la Confédération silésienne.

Manticore et l'Empire sont les partenaires commerciaux et sont habituellement en bons termes l’un avec l'autre. La Silésie, cependant, a été un point important de controverse entre les deux nations, qui a presque mené à une guerre entre les deux. Il y a également des factions dans le gouvernement impérial et la marine impériale qui favorisent à une politique anti-Manticore.
Au début de la seconde guerre Havre-Manticore, la Confédération silésienne a été divisée entre l'Empire et Manticore, un mouvement nécessaire pour assurer la participation de l'Empire à la nouvelle guerre avec Havre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]