Empire Earth: The Art of Conquest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Empire Earth
The Art of Conquest
Éditeur Sierra Entertainment
Développeur Mad Doc Software

Date de sortie 2002
Genre Jeu de stratégie en temps réel
Mode de jeu Un à huit joueur(s)
Plate-forme PC
Média CD-ROM
Contrôle Clavier, souris

Empire Earth: The Art of Conquest est une extension pour le jeu de stratégie en temps réel Empire Earth édité par Sierra Entertainment. Elle est sortie en 2002 sur PC.

Enrichissements par rapport à Empire Earth[modifier | modifier le code]

Sur un plan stylistique, le graphisme a été lissé par rapport à la base, et des effets visuels nouveaux ajoutent au réalisme, comme les traces de pas et de roues dans le sable et la neige, les cratères d'explosions, le sillage des navires plus soignés (et non plus de simples cercles), etc.

Un mode multijoueur en ligne amélioré, mais il n'est plus possible de jouer en ligne ou de mettre à jour le jeu en raison des serveurs Sierra fermés depuis 2008 [1].

Au niveau du jeu, quatre points sont à retenir.

Tout d'abord, l'ajout d'une quinzième époque : l'Age spatial. Les fermes se gèrent automatiquement, les citoyens deviennent des robots à partir de l'Ère numérique, d'ultimes évolutions technologiques peuvent être développées, et bien sûr apparaissent des unités spatiales.

Le second point, lié au premier, est l'ajout de cartes spatiales, les joueurs se battant sur des planètes et s'affrontant dans l'espace, dans une dimension rappelant les cartes maritimes. Dans ces cartes, les arbres sont remplacés par des gisements de carbone et le carbone est utilisé comme le bois.

Le troisième point : chaque civilisation dispose d'un pouvoir unique. Ces pouvoirs diffèrent grandement, allant du remboursement des bâtiments détruits à des missiles nucléaires, en passant par des flèches enflammées, des bases invisibles, des unités spécifiques tels que le SAS Commando ou la Cyber Ninja, etc.

Le quatrième point est que, contrairement à la version de base, il est possible pour le joueur de changer sa couleur durant le mode "carte aléatoire".

Campagnes de The Art of Conquest[modifier | modifier le code]

Trois nouvelles campagnes sont disponibles, chacune en six scénarios. La grande différence avec la base étant que le joueur peut choisir son niveau de difficulté, et que les objectifs ne rapportent plus de points de civilisation.

Campagne romaine[modifier | modifier le code]

Tout commence avec Marius en 100 av. J.-C. lors de l'invasion du nord de l'Italie par les Germains. Marius assoit sa popularité en développant l'armée de métier. On le voit ensuite s'affronter avec son ancien lieutenant Sylla pour le contrôle de Rome dans les années 80 av. J.-C. Les quatre scénarios suivant retracent l'ascension de César vers le pouvoir suprême : ses armes en Grèce (années 70 av. J.-C.), la Guerre des Gaules (58-51 av. J.-C.), la guerre civile contre Pompée (50-48 av. J.-C.) et l'intervention en Égypte (48-47 av. J.-C.).

Campagne du Pacifique[modifier | modifier le code]

Vous démarrez en pleine bataille de Midway, en juin 1942. Vous prenez ensuite le contrôle de Guadalcanal (1942-1943) avant d'entamer la reconquête île par île de l'Océan Pacifique (1943-1945). Vous suivez ensuite l'aventure des Merrill's Marauders dans deux scénarios, avant de débarquer dans la douleur et dans le sang sur la petite île d'Iwo Jima (février 1945).

Campagne asiatique[modifier | modifier le code]

Vous jouez la F.U.R.A. (Fédération Unie des Républiques Asiatiques), une superpuissance orientale qui se lance dans la course à l'espace et à la colonisation de Mars en 2050. Vous devez d'abord faire face à une révolte d'envergure dans le premier scénario, tout en développant des technologies nécessaires à la conquête de l'espace. Vous devez par la suite récolter des ressources en matant ce qu'il reste de la rébellion, avant de "venir en aide" au Japon ravagé par la révolte et qui dispose d'un centre de lancement... Le quatrième scénario consiste ensuite à ravitailler les premiers colons sur Mars, en évitant les pièges tendues par les fanatiques de l'œil de Dieu. Les deux derniers scénarios se passent dans l'espace et mettent en scène la révolte et l'émancipation des colons martiens contre la mainmise terrienne sur leurs affaires, guerre qui se termine par l'invasion de la Terre.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Empire Earth: The Art of Conquest
Média Pays Notes
Computer Gaming World US 2/5[2]
GameSpot US 52 %[3]
IGN US 78 %[4]
Jeuxvideo.com FR 15/20[5]
Joystick FR 4/10[6]
Compilations de notes
Metacritic US 63 %[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.jeuxvideopc.com/fermeture-nombreux-serveurs-sierra-actu-168088.html
  2. (en) Elliott Chin, « Empire Earth: The Art of Conquest », Computer Gaming World, no 222,‎ , p. 125 (ISSN 0744-6667).
  3. (en) Tom Chick, « Empire Earth: The Art of Conquest Review », sur GameSpot, .
  4. (en) Steve Butts, « Empire Earth: The Art of Conquest », sur IGN, .
  5. Pilou, « Test: Empire Earth: The Art of Conquest », sur Jeuxvideo.com, .
  6. Monsieur pomme de terre, « Empire Earth: Art of Conquest », Joystick, no 141,‎ , p. 136 (ISSN 1145-4806).
  7. (en) « Empire Earth: The Art of Conquest », sur Metacritic.