Emmanuel de La Villéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Villéon.
Emmanuel de La Villéon
Emmanuel de la villeon.jpg

Portrait du peintre.

Naissance
Décès
Nom de naissance
Emmanuel, Victor, Auguste, Marie de La Villéon
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par

Emmanuel de La Villéon[1], né le à Fougères (Ille-et-Vilaine) et mort le à Paris, est un peintre et illustrateur post-impressionniste français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une ancienne famille de l'aristocratie bretonne, la famille de La Villéon, Emmanuel de La Villéon est initié à la peinture par ses amis Alfred Roll et Pierre Emmanuel Eugène Damoye en 1884. Il s'installe en 1890 à Paris et étudie à l'académie Julian.

Paysagiste d'après nature, sa palette très colorée est influencée par ses contemporains plus célèbres, tels que Monet, Cézanne ou Van Gogh. Le premier président de l'association Les amis du musée Emmanuel-de-la-Villéon le décrit comme le « Peintre de l'harmonie, de la joie tranquille, de l'équilibre, de la sérénité paysanne, où même les misères sont rabotées par le rythme lent des saisons[3]. »

Il aime voyager et séjourne chez son frère en Bretagne au château de Montmuran, en Normandie chez son cousin, en Suisse chez ses beaux-parents ou dans le Cher chez sa belle-sœur, où partout il dessine des croquis et peint d'après nature. Il fait son premier voyage à l'étranger en Hollande en 1889, où il découvre une nouvelle lumière. À partir de 1920, il séjourne aussi régulièrement chez chacune de ses trois filles, à Mayence, à Grenoble et à Yonville. Il possède une propriété dans la Nièvre, où il se rend entre 1900 et 1936.

La Villéon fonde, avec d'autres peintres, la « Société moderne » en 1909. Sa palette et son inspiration deviennent plus poétiques, à l'instar d'Odilon Redon. Toutefois c'est un artiste avant tout solitaire qui n'aime rien tant que la nature et ses paysages d'enfance.

Il expose à partir de 1890 au Salon des indépendants, au Salon de la Société nationale des beaux-arts, à la Société moderne, au Salon d'automne, au Salon des Tuileries et dans plusieurs galeries parisiennes. Il expose également en province et à l'étranger, comme en 1918 aux États-Unis et au Canada, en 1925 à Copenhague et en 1927 au Japon. Plusieurs expositions particulières ont aussi lieu en France, la dernière en 1943 à la galerie La Boétie à Paris.

Sa production se décline sur de nombreux supports, toiles, pastels, dessins, aquarelles et huiles.

Mort d'une pneumonie en janvier 1944, le peintre est enterré à Paris au cimetière du Montparnasse, section 9, dans la sépulture Baudreuil et de Gomiecourt.

Depuis 1976, plus de cent vingts œuvres ont été données par sa famille à la ville de Fougères, conservées au musée Emmanuel-de-la-Villéon[4], qui occupe une maison à porche du XVIe siècle en haute ville, elles font régulièrement l'objet d'expositions[5].


Œuvres et collection[modifier | modifier le code]

  • Fougères, musée Emmanuel-de-la-Villéon:
    • Les Foins dans le champ du parc de Salvar, huile sur toile
    • Sur la route de Noréaz, près d'Yverdon en Suisse, huile sur toile
    • Sous-bois en automne à Salvar, huile sur toile
    • Neige dans l'île de la Jatte, huile sur toile
    • Zaandam (Hollande), huile sur carton
    • Le Chariot à Salvar, huile sur carton marouflé
    • Autoportrait, 1889, huile sur toile, Fougères,
  • Œuvres référencées:
    • Femme assise au bord du lac, 1911, gouache sur papier[6]
    • Les Bruyères, 1925, huile sur toile[7]

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Laurence Buffet-Challie, Emmanuel de la Villéon 1858-1944. Sa vie, son œuvre, préface de Gérald Schurr, Paris, Les Éditions de l'Amateur, 1975.
  • Madame Collard, Madame Bataille, Catalogue Raisonné, les Éditions de l'Amateur, 1981.
  • Catalogue raisonné des Aquarelles, Gouaches, Pastels et Dessins, préface de Michel Cointat, Paris, Les Éditions de l'Amateur, 1986.
  • Marie-Agnès Arnould (dir.), Les Quatre Saisons, Emmanuel de la Villéon 1858-1944, un impressionniste, plaquette de l'exposition du musée Fournaise, île de Chatou, 1998.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né « Emmanuel, Victor, Auguste, Marie de La Villéon ».
  2. (en)Benezit Dictionnary of Artists
  3. Présentation de l'artiste par son musée de Fougères.[réf. insuffisante]
  4. ot-fougeres.fr
  5. « Musée Emmanuel-de-La-Villéon », sur fougeres.fr, (consulté le 10 février 2015)
  6. Madame Collard, Madame Bataille, Catalogue Raisonné, les Éditions de l'Amateur, 1981, p. 154, no 541.
  7. Madame Collard, Madame Bataille, Catalogue Raisonné, les Éditions de l'Amateur, 1981, p. 243, no 839.

Liens externes[modifier | modifier le code]