Emmanuel Schwartz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emmanuel Schwartz
Description de cette image, également commentée ci-après
Emmanuel Schwartz en 2020
Naissance (40 ans)
Montréal
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Profession Acteur
Films notables Nous sommes Gold
Sashinka
Séries notables Écrivain public
Kif-Kif
Lâcher prise
Trop.

Emmanuel Schwartz est un acteur et dramaturge québécois né le à Montréal. Il est connu notamment pour son interprétation de Mathieu dans la série Écrivain public d’après le roman de Michel Duchesne pour laquelle il a reçu le prix Gémeaux pour la meilleure interprétation masculine pour une émission ou série produite pour les médias numériques : dramatique en 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Montréal, Emmanuel Schwartz grandit dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce. Fils de Gary Schwartz, musicien de jazz anglophone d'origine juive et de Lucie Lalonde, orthopédagogue québécoise francophone[1],[2], il joue avec la même aisance en anglais qu'en français[3]. On peut le voir dans les films Sans elle, Laurence Anyways, L'Affaire Dumont, Nelly, Hochelaga, terre des âmes, Sashinka, Nous sommes Gold, Le Vingtième Siècle, La Déesse des mouches à feu et La Contemplation du mystère ainsi que dans les séries Kif-Kif, Blue Moon, Sylvain le magnifique et Écrivain public.

Il co-écrit avec Alexia Bürger la pièce Alfred[4] présentée au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui en 2014. En 2017, sa pièce Exhibition - L'Exhibition, créée en collaboration avec Benoît Gob et Francis La Haye, est présentée au Festival TransAmériques à Montréal[5]. En 2020, il interprète le rôle du bibliothécaire dans une double production scénique de la pièce Underneath the Lintel (en) de Glen Berger, à la fois en anglais pour le Centre Segal des arts de la scène et dans une traduction française de Serge Lamothe (Zebrina, une pièce à conviction) pour le Théâtre du Nouveau Monde[3],[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Gala des Cochons d’Or, récipiendaire du prix Cochon Vedette pour Terre des Hommes
  • 2013 : Nomination Gala Québec Cinéma, catégorie Meilleur interprète masculin dans une série-web pour Amour Amour
  • 2017 : Prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT), catégorie Meilleure interprétation masculine pour Tartuffe
  • 2018 : Prix Gala Québec cinéma, catégorie Meilleure interprétation masculine; rôle de soutien pour Hochelaga, Terre des Âmes
  • 2018 : Nomination Gémeaux, catégorie Meilleure interprétation masculine pour une émission ou série produite pour les Médias numériques: Fiction pour Écrivain public saison 2
  • 2018 : Nomination Gémeaux, catégorie Meilleur rôle de soutien masculin: comédie pour Lâcher prise saison 2 - épisode 5
  • 2020 : Nomination au Melbourne WebFest, catégorie Meilleur acteur pour Écrivain public saison 3
  • 2020 : Prix Gémeaux, catégorie Meilleure interprétation masculin pour une émission ou série produite pour les médias numériques : dramatique pour Écrivain public saison 3[7]
  • 2020 : Prix Festival Bilbao Seriesland (Pays Basque), catégorie Meilleur acteur pour Écrivain public saison 3
  • 2020 : Nomination au Sydney WebFest, catégorie Meilleur acteur pour Écrivain public saison 3

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Emmanuel Schwartz: combustion spontanée », sur La Presse, (consulté le )
  2. « Emmanuel Schwartz: osmose identitaire », sur La Presse, (consulté le )
  3. a et b (en) J. Kelly Nestruck, « Bilingual actor Emmanuel Schwartz brings Montreal together, reopening stages in French and English », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. nataliawysocka1, « Alfred d'Emmanuel Schwartz: état sauvage », sur Journal Métro, (consulté le )
  5. Tristan Malavoy, « Emmanuel Schwartz et la pensée pure », sur L’actualité, (consulté le )
  6. Yan Lauzon, « «Zebrina, une pièce à conviction»: Emmanuel Schwartz seul sur scène... et sur le web », sur Le Journal de Montréal (consulté le )
  7. mbiance, « Finalistes et lauréats | 35es prix Gémeaux », sur academie.ca (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]