Emmanuel Nunes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nunes.
image illustrant un compositeur image illustrant portugais
Cet article est une ébauche concernant un compositeur portugais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Emmanuel Nunes, né le à Lisbonne et mort le à Paris[1], est un compositeur portugais, installé en France depuis 1964. Il fut professeur de composition musicale au CNSMDP de Paris de 1992 à 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Nunes a étudié l'harmonie et le contrepoint à l'Académie de musique de Lisbonne avec Francine Benoît ainsi que la philologie grecque et allemande et la philosophie à l'université[2]. Il a participé aux Internationale Ferienkurse für Neue Musik de Darmstadt donnés par Pierre Boulez (1965) et Henri Pousseur (1964). Il suit les cours de composition d'Henri Pousseur et de Karlheinz Stockhausen à Cologne.

En 1971, il est titulaire d'un Premier Prix d´esthétique musicale dans la classe de Marcel Beaufils au Conservatoire national supérieur de musique. Il a entrepris une thèse de musicologie à la Sorbonne sur Anton Webern[3].

Il enseignait depuis les années 1980 à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne, à l'université Harvard, au Conservatoire de Paris et aux cours de Darmstadt. De 1986 à 1992, il enseignait la composition à la Musikhochschule de Fribourg-en-Brisgau.

Nunes est nommé officier des Arts et des Lettres en 1986.

De 1992 jusqu'en 2006, Nunes a été professeur de composition musicale au CNSMDP.

Choix d'œuvres[modifier | modifier le code]

  • Degrés, pour trio à cordes (1965)
  • Seuils, pour grand orchestre (1966-1967, rév. 1977)
  • Le Voile tangent, pour quatuor à cordes (1967)
  • Litanies du feu et de la mer no 1 (1969) et no 2 (1971), pour piano
  • Omens, pour 9 instruments (1972, rév. 1975)
  • Fermata, pour orchestre et bande magnétique (1973)
  • Nachtmusik, pour alto, violoncelle, clarinette basse, cor anglais, trombone, et 3 synthétiseurs (1973-1977)
  • Voyage du corps (1re partie), pour 28 voix mixtes en 7 quatuors, 3 x 2 modulations d'amplitude et bande magnétique (1974-1976)
  • Es webt, pour 21 cordes et 13 vents (1973-1975)
  • Minnesang, pour 12 voix mixtes (1976)
  • 73 Oeldorf 75, pour 3 bandes magnétiques et 2 orgues électriques (1975)
  • Einspielung I, pour violon seul (1979)
  • Einspielung II, pour violoncelle seul (1980)
  • Einspielung III, pour alto seul (1981)
  • Nachtmusik II, pour orchestre (1982)
  • Stretti, pour 2 orchestres (1983)

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Nunes, textes réunis par Peter Szendy, Paris/Montréal, L’Harmattan / IRCAM centre Georges Pompidou, collection Compositeurs d'aujourd'hui, 1998 - ISBN 2738462502
  • Béranger, Sébastien. 2006. "Nachtmusik I - Petite musique de nuit selon Emmanuel Nunes", In Musimédiane no 2, http://www.musimediane.com/article.php3?id_article=48
  • Hélène Borel, Alain Bioteau et Eric Baubresse, Emmanuel Nunes, compositeur portugais XXe siècle, Paris, Fundaçao Calouste Gulbenkian, collection Présences portugaises en France, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Morreu o compositor Emmanuel Nunes
  2. Biographie, BRAHMS, Ircam.
  3. Biographie, BRAHMS, Ircam

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]