Emmanuel Jaffelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emmanuel Jaffelin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Emmanuel Jaffelin, né en 1963, est un philosophe et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de philosophie, Emmanuel Jaffelin est professeur de philosophie. Il a enseigné à Lyon, Fourmies, São Paulo (Brésil), Roubaix et en région parisienne, au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine[1]. Il a mené une carrière de diplomate en Afrique (Angola, 2009-2013) et en Amérique latine (Brésil, 2003-2007). Il enseigne actuellement au lycée Lakanal de Sceaux dans les Hauts-de-seine.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Emmanuel Jaffelin a publié six livres : Éloge de la Gentillesse (2010, Bourin éditeur), Petit éloge de la Gentillesse (2011, éditions François Bourin; 2015, éditions J'ai Lu), On ira tous au Paradis (Croire en Dieu rend-il crétin ?, 2013, Flammarion), Apologie de la Punition (2014, Plon), Éloge de la gentillesse en entreprise (2015, First) et un Petit Cahier d'Exercices de Gentillesse (2016, Éditions Jouvence).

Il a notamment abordé la question carcérale sous l'angle d'une critique sévère du système pénitentiaire français dont il considère qu'il « ne fait plus sens »[2] en raison notamment de ses défaillances en matière de réinsertion[3],[4]. Il a régulièrement animé un atelier philosophique à la prison de Sequedin (Nord) de 2010 à 2012[5].

Dans ses quatre ouvrages sur la gentillesse, Emmanuel Jaffelin prône l'émergence d'une nouvelle éthique[6]. Il y défend une éthique de "Gente Dame" et de « Gentilhomme »[1] enracinée dans cette « vertu mineure »[7] qu'est la gentillesse, mais qui définit une morale plus accessible que les standards trop exigeants de la sainteté et du sage. Dès lors, la gentillesse aurait, selon Emmanuel Jaffelin, une efficacité particulière : « Sans faire de nous des Jésus ou des superhéros, elle a le pouvoir de nous élever un peu, de nous anoblir, en un minimum d’efforts. »[8]; et, par son caractère désintéressé, la gentillesse aurait le mérite d'échapper à toute instrumentalisation ou marchandisation[9]. Il pointe notamment les bienfaits de cette qualité dans le monde de l'entreprise, où habituellement elle est considérée comme une marque de faiblesse[10].

Dans Apologie de la punition, Jaffelin décrit « une démocratie tétanisée par la peur d'humilier », remettant à nouveau en cause le système carcéral français[11]. En janvier 2017, il débat sur la question de la punition et de la fessée en particulier avec François-Michel Lambert qui quitte le plateau en la qualifiant de « facho » après qu'il a avancé que les femmes françaises ne faisaient plus d'enfants et que « les femmes qui font beaucoup d'enfants en France... elles viennent d'ailleurs »[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carole Mocellin, « "Emmanuel Jaffelin : quand la gentillesse anoblit le cœur, apparaît le gentilhomme" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), La Voix du Nord, 13 novembre 2010
  2. « Un système absurde dans une démocratie moderne », article d'Emmanuel Jaffelin dans Le Monde, 2009.
  3. « Prisons, comment effacer la honte ? », interview d'Emmanuel Jaffelin dans Le Monde, 2009.
  4. « La peine de mort n'a pas été abolie en France », Ouest France, 2010.
  5. « Des ateliers de philo à la prison de Sequedin », La Voix du Nord, 2010.
  6. « La gentillesse », intervention d'Emmanuel Jaffelin dans Les Racines du Ciel sur France Culture, 2010.
  7. « Enfants de cœur », Libération, 2010.
  8. « La gentillesse : une faiblesse ? », Psychologies magazine, 2010.
  9. « L'amitié échappe-t-elle encore à la marchandisation ? », intervention d'Emmanuel Jaffelin sur Europe 1, 2010.
  10. Marlène Duretz, « Les bienfaits de la gentillesse en entreprise », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. Olivia Recasens, « Emmanuel Jaffelin : "On a dépossédé les parents du pouvoir de punir" », Le Point,‎ (lire en ligne).
  12. « "C'est un facho" : un ex-député EELV quitte le plateau de LCI en plein débat sur la fessée », sur huffingtonpost.fr,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]