Emmanuel Guillaume-Rey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rey.

Emmanuel Guillaume-Rey
Archéologue
Image illustrative de l’article Emmanuel Guillaume-Rey
Emmanuel Guillaume Rey par Eugène Pirou, 1884
Présentation
Surnom Baron Emmanuel Rey
Naissance
Chaumont, Haute-Marne, Drapeau de la France France
Décès
Chartres, Eure-et-Loir, Drapeau de la France France
Nationalité Française
Activité de recherche
Découvertes principales Colonies françaises au XIIe siècle
Fortifications militaires au Proche-Orient médiéval
Autres activités Topographe, Orientaliste
Hommage Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de la Légion d'honneur[1]
Entourage familial
Parents François-Victor Guillaume et Marie-Françoise Louise Florestine Rey
Enfant(s) (1) Baronne de Loynes du Houlley

Alban Emmanuel Guillaume-Rey est un archéologue, topographe et orientaliste français né le à Chaumont (Haute-Marne) et mort le à Chartres (Eure-et-Loir). Il est connu pour ses travaux sur les États croisés et sur les fortifications militaires au Proche-Orient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alban Emmanuel Guillaume-Rey est né à Chaumont, (France) le 28 mai 1837. Il prend le nom de son père, François-Victor Guillaume et de sa mère Marie-Françoise-Louise-Florestine Rey[2].

Eminent archéologue et topographe[3], Il est orientaliste et parle l'arabe[4]. Il publie d'importants ouvrages sur les fortifications au Moyen Âge et les colonies françaises en Orient dont les plus précieux sont Étude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l'île de Chypre et Les colonies franques de Syrie aux XIIe et XIIIe siècles. Son œuvre fait dire de lui qu'il est le fondateur de l'archéologie des croisades[4]. Ses études, recherches et travaux aiguisent son intérêt pour le Levant. Le 4 avril 1856, il est invité par un de ses professeurs à la fondation de L'Œuvre des Écoles d'Orient[5], plus connue actuellement sous le nom de L’Œuvre d’Orient[6]. Au retour de son 1er voyage en Orient où il assiste au tirage d’un dictionnaire français-arabe financé[7] par L’Œuvre des Écoles d’Orient, il intègre son conseil d’Administration le 4 juin 1858[8] pour ne plus le quitter jusqu’à sa mort en 1916.

C'est à l'âge de vingt ans qu'E. Guillaume-Rey effectue son premier voyage en Syrie, où il se rend pour parcourir et étudier la région du Haouran[9]. D'autres voyages suivront notamment en août 1859 où il s'embarque cette fois avec Louis de Clerq qui aura la tâche de l'assister dans sa mission, confiée par le Ministère de l'Instruction publique, en Syrie-Palestine.

Le 19 décembre 1865, Emmanuel Guillaume-Rey se voit conféré, par le Vatican, le titre de Chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire. L'année suivante, le 13 août 1866, on lui décerne le titre de Chevalier de la Légion d'honneur et des Ordres étrangers en qualité de publiciste chargé de missions en Orient[1].

Emmanuel Guillaume-Rey est membre de plusieurs sociétés savantes dans les revues desquelles il publie de nombreux articles : La Société Nationale des Antiquaires de France[10], la Société de Géographie[11] dont il est membre de la Société et de la Commission centrale depuis 1858, la Société archéologique d'Eure-et-Loir. Il envoie souvent des communications à la Revue de l'Orient latin dont il est également membre de la Société du même nom. Sa bibliographie témoigne de son intense activité intellectuelle. En 1879, il participe au congrès géographique international, tenu à Paris, comme Commissaire délégué du Ministère de l'Instruction publique[12].

Il est également un généreux donateur puisqu'on retrouve ses collections au Musée du Louvre notamment des pièces remarquables comme ces cartels où son nom est inscrit[13]. Il offre également au Louvre un torse provenant du site archéologique de Sarafand (Liban), qu'il avait acquis en 1875[14]. Par ailleurs, il vint enrichir les collections de médailles du musée de la ville de Chartres. Le compte-rendu de la séance du 23 août 1865 de la Société archéologique d'Eure-et-Loir nous informe de cette donation dans son bulletin : L'un de nos confrères, M. E. Rey, chargé d'une mission du gouvernement, a rapporté à la suite de son troisième voyage en Syrie, vingt-sept médailles dont vingt-six au type chartrain et une au type vendômois. M. Rey a donné au musée de la ville de Chartres ces médailles trouvées à Marqab, château qui domine la mer au-dessus de Lattaquié[15].

Le Baron Rey est officier dans l'armée française. Au cours de la guerre de 1870, il commande les mobiles d'Eure-et-Loir ; En janvier 1871, il campe avec ses troupes au Château de Lauresse en Sarthe[16]. Quelque temps plus tard, il apprend que ce même château est à vendre. Il s'en porte acquéreur le 6 mai 1877. Il le conserve en propriété jusqu'à sa mort, à Chartres, le 4 avril 1916 ; le château revient alors à son unique fille, la baronne de Loynes du Houlley.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Voyage dans le Haouran et aux bords de la Mer Morte exécuté pendant les années 1857 et 1858, 20 pl. : 50 x 64 cm, Édition A. Bertrand, Paris, 1861.
  • Étude historique et topographique de la tribu de Juda, Gr. in-4° , 164 p., fig., pl. et carte, Édition A. Bertrand, Paris, 1862.
  • Essai sur la domination française en Syrie durant le Moyen Age, 1 vol. (49 p.), Édition : 1866, impr. de E. Thunot, Paris.
  • Reconnaissance de la montagne des Ansariés et d'une partie du pachalik d'Alep, 1 flle : 35 x 45 cm, Bulletin de la Société de géographie, juin 1866, Échelle de la carte 1:500000, Imprimerie de Janson, Paris, 1866.
  • Reconnaissance de la montagne des Ansariès, In-8° , 37 p., carte, Extrait du Bulletin de la Société de géographie, Édition impr. de E. Martinet, Paris, 1866.
  • Les Familles d'Outre-Mer et de Du Cange, In-4°, Bibliogr. p. [971]-991 pp. Index, Collection Inédits sur l'Histoire de France, Édition Imprimerie impériale, Paris, 1869.
  • Rapport sur une mission scientifique accomplie en 1864-1865, dans le nord de la Syrie, In-8° , 45 p., carte, Extrait des Archives des missions scientifiques et littéraires. T. III. 2e série, Édition Impr. impériale, Paris, 1877.
  • Étude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l'île de Chypre, 1 vol. (288 p.-XXIX p. de pl.), Index, Édition Impr. nationale, Paris, 1871.
  • La Société civile dans les principautés franques de Syrie, In-8° , 25 p., Extrait du Cabinet historique. T. XXV, Édition A. Picard, Paris, 1879.
  • Étude sur la topographie de la ville d'Acre au XIIIe siècle, In-8° , 33 p., plans, Extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France. T. XXXIX, Édition impr. de G. Daupeley, Nogent-le-Rotrou, 1879.
  • Carte de la Montagne des Ansariès et du Pachalik d'Alep, 1 flle en noir, bleu et bistre : 580 x 665, Vers 1880, Édition Erhard, Paris, 1880.
  • Note sur les territoires possédés par les Francs à l'est du lac de Tibériade, de la mer Morte et du Jourdain, : In-8° , 9 p., carte, Extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France. T. XLI, Édition impr. de Daupeley-Gouverneur, Nogent-le-Rotrou, 1881.
  • Les colonies franques de Syrie aux XIIe et XIIIe siècles, 1 vol. (VI-IV-537 p.), 1883, Édition A. Picard, Paris.
  • Notice sur la carte de Syrie, In-8° , 27 p., 1885, Édition Hachette, Paris.
  • Recherches géographiques et historiques sur la domination des latins en Orient, accompagnées de textes inédits ou peu connus du XIIe au XIVe siècle, 1 vol. (75 p.), Imprimerie de Lahure, Paris, 1877 [s.n.].
  • Notice sur la vie et les travaux de M. F. de Saulcy, In-8° , 16 p., Extrait du Bulletin de la Société des antiquaires de France, Édition impr. de Daupeley-Gouverneur, Nogent-le-Rotrou, 1881.
  • Notice sur la Cavea de Roob ou Scheriat-el-Mandour, In-8° , 11 p., Extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France. T. XLVI, Édition impr. de Daupeley-Gouverneur, Nogent-le-Rotrou, 1886.
  • L'Ordre du Temple en Syrie et à Chypre : les Templiers en Terre sainte, In-8° , 32 p., Extrait de la Revue de Champagne et de Brie, Édition L Frémont, Arcis-sur-Aube, 1888.
  • Supplément à l'étude sur la topographie de la ville d'Acre au XIIIe siècle, In-8° , 18 p., planche, Extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France. T. XLIX, Édition Nogent-le-Rotrou, Impr. de Daupeley-Gouverneur, 1889.
  • Étude sur le procès des Templiers, In-8° , 22 p., Extrait de la Revue de Champagne et de Brie, Édition Arcis-sur-Aube, impr. de L. Frémont, 1891.
  • Les Seigneurs de Barut. Les Seigneurs de Mont-Réal et la terre d'outre le Jourdain..., In-8° , 73 p., Extrait de la Revue de l'Orient latin. T. IV, 1896. no 1, Édition Ernest Leroux, Paris, 1896.
  • Résumé chronologique de l'histoire des princes d'Antioche..., In-8° , 87 p., Extrait de la Revue de l'Orient latin. T. IV, 1896, nos 2-3, Édition Ernest Leroux, Paris, 1896.
  • Les grandes écoles syriennes du IVe au XIIe siècle, 35 p., Édition Ernest Leroux, Paris, 1898.
  • Notice nécrologique de M. Victor Guérin, par E. Rey, ... (lue à la séance du 1er février 1893), In-8° , 4 p., Extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France et du Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, Édition Nogent-le-Rotrou, Impr. de Daupeley-Gouverneur, 1893.
  • Les Seigneurs de Giblet..., In-8° , 25 p., Extrait de la Revue de l'Orient latin. T. III, Édition Ernest Leroux, Paris, 1895.
  • Les Dignitaires de la principauté d'Antioche, grands officiers et patriarches (XIe-XIIIe siècle)..., In-8° , 44 p., Extrait de la Revue de l'Orient latin, T. VIII, Édition Ernest Leroux, Paris, 1901.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cote LH/1235/44 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. Henri Bordeaux, Voyageurs d'Orient, des Pèlerins aux Méharistes de Palmyre, Plon, Paris, 1926., Tome I, Pages 78-79
  3. Emmanuel Guillaume-Rey, Étude historique et topographique de la tribu de Juda, Gr. in-4° , 164 p., fig., pl. et carte, Édition A. Bertrand, Paris, 1862; Étude sur la topographie de la ville d'Acre au XIIIe siècle, In-8° , 33 p., plans, Extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France. T. XXXIX, Édition impr. de G. Daupeley, Nogent-le-Rotrou, 1879.
  4. a et b Jean-Jacques Langendorf et Gérard Zimmermann, Les Châteaux des Croisades, Conquête et défense des États latins XIe et XIIIe siècles, Infolio, Genève, 2010, page 36
  5. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  6. https://oeuvre-orient.fr
  7. Voir les Procès–Verbaux du Conseil Central de l’Œuvre des Écoles d’Orient/ Séance du 22 octobre 1857/ page 1.
  8. Voir les Procès–Verbaux du Conseil Central de l’Œuvre des Écoles d’Orient/ Séance du 4 juin 1858/ page 12.
  9. Emmanuel Guillaume-Rey, Voyage dans le Haouran et aux bords de la Mer Morte exécuté pendant les années 1857 et 1858, 20 pl. : 50 x 64 cm, Édition A. Bertrand, Paris, 1861.
  10. Membre de la Société Nationale des Antiquaires de France
  11. Fiche de E. Guillaume Rey à la Société de Géographie
  12. Information fournie par la Société de Géographie
  13. Revue de l'ouvrage d'Henri Bordeaux - Les Voyageurs d'Orient.
  14. Revue de l'ouvrage de James B Pritchard sur Sarepta au (Liban).
  15. Henri Bordeaux, Voyageurs d'Orient, des Pèlerins aux Méharistes de Palmyre, Plon, Paris, 1926., Pages 80
  16. Le Château de Lauresse

Liens externes[modifier | modifier le code]