Emmanuel Godo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emmanuel Godo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Site web

Emmanuel Godo, né en 1965 à Chaumont-en-Vexin (Oise), est un poète, écrivain et essayiste français. Agrégé de lettres, docteur ès lettres, il est professeur de littérature en classes préparatoires au lycée Henri IV de Paris. Il est aussi universitaire, enseignant à l'Institut catholique de Lille. Critique, auteur d'essais littéraires, il s'est spécialisé dans les rapports entre la littérature et l'expérience intérieure, en particulier la spiritualité. Son travail critique se place sous le signe de Maurice Blanchot et de Georges Bataille.

Parcours[modifier | modifier le code]

Ses premiers travaux sont consacrés à l'œuvre littéraire de Maurice Barrès. Sa thèse est publiée en 1995 aux Presses universitaires du Septentrion sous le titre La Légende de Venise, Maurice Barrès ou la tentation de l'écriture. Il y étudie le rapport très ambigu que Barrès entretient avec la création littéraire, passion dont il craint la dimension destructrice. L'engagement politique de Barrès s'explique pour l'essentiel par cette peur de ce que l'écriture peut avoir de mortifère : ce drame se joue, dans un miroir grossissant, dans le rapport de l'écrivain à la ville de Venise. Sur Barrès, Emmanuel Godo publie en 1998 aux éditions Kimé les actes d'un colloque, Ego scriptor, Maurice Barrès et l'écriture de soi qui réunit des études, dont le dernier texte publié de Jean-Marie Domenach. En 2004 il publie, en collaboration avec Jean-Michel Wittmann, une édition commentée des Déracinés de Maurice Barrès aux éditions Honoré Champion.

Il dirige, dans le cadre de l'Institut catholique de Lille, des colloques de littérature publiés aux éditions Imago (diffusion PUF) : La conversion religieuse (2000), Littérature, rites et liturgies (2002), La prière de l'écrivain (2004).

À partir de 2001, Emmanuel Godo élargit son champ de recherche : de Victor Hugo à Jean-Paul Sartre, de Gérard de Nerval à Paul Claudel, d' Alfred de Musset à Léon Bloy, il s'interroge sur la manière dont l'acte d'écrire implique une traversée des apparences, une expérience des limites et engage celui qui l'accomplit véritablement dans un face à face avec l'inconnu.

La rencontre avec le photographe Louis Monier le conduit à écrire un hommage à sa région d'adoption, la Flandre : Flandre, terre d'eau et de ciels, éditions Sud-Ouest, 2011.

Grâce au soutien amical des écrivains Jean-Pierre Lemaire, Sylvie Germain et Colette Nys-Mazure, il publie, en 2012, son premier ouvrage de fiction, Un prince, dans la collection "Littérature ouverte", aux éditions Desclée de Brouwer. Autant qu'une fiction, cet ouvrage se présente comme un poème en prose, tombeau d'un inconnu, qui a la particularité stylistique de ne comporter qu'une seule longue phrase.

Même s'il se consacre toujours à la critique littéraire, Emmanuel Godo infléchit plus nettement son oeuvre vers la création à partir de 2017. Première étape : une exploration méditative des territoires personnels entreprise aux éditions Salvator, comportant à ce jour deux volets - Ne fuis pas ta tristesse (2017) et Mais quel visage a ta joie (2019). Deuxième étape : l'écriture d'auto-fiction avec Les Trois Vies de l'écrivain Mort-Debout" (éditions des Busclats, 2018). L'ouvrage, né de la rencontre avec Marie-Claude Char et Michèle Gazier, prend la forme d'un journal imaginaire dans lequel un certain Godo questionne son rapport à la matière littéraire.

Mais l'étape la plus importante de cette évolution concerne la poésie. En juin 2018, les éditions Gallimard, à l'instigation de Guy Goffette, décident d'accueillir dans la collection Blanche, le premier recueil d'un poète qui se qualifie lui-même de "souterrain" : Je n'ai jamais voyagé. Emmanuel Godo ne dissocie pas son travail critique et son travail de création dans la mesure où il considère l'interprétation des grands textes littéraires comme un préalable indispensable à l'acheminement vers une écriture personnelle.

Durant l'été 2019, il publie une série de six articles consacrés à Paul Claudel dans les cahiers Les Essentiels de l'hebdomadaire La Vie. Enrichis d'un prologue et d'un épilogue en forme de prière à Paul Claudel, ces articles donnent lieu à une publication aux éditions Salvator : Une Saison avec Claudel.

En octobre 2019, il publie un roman aux éditions du Cerf, Conversation, avenue de France, entre Michel Houellebecq, écrivain et Évagre le Pontique, moine du désert, fiction en forme de fable qui pose la question du rôle de l'écrivain dans la société du spectacle.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

Récits[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Je n'ai jamais voyagé, Gallimard, 2018.
  • Puisque la vie est rouge, Galllimard, 2020.

Articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]