Emmanuel Frédéric Imlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emmanuel Frédéric Imlin
Emmanuel Frédéric Imlin-Kurzenstein (1).jpg
Kurzenstein (carnet de croquis, 1816)
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Emmanuel Frédéric Imlin, né le à Strasbourg et mort le dans la même ville, est un orfèvre et un dessinateur alsacien qui fut l'un des précurseurs du romantisme en Alsace.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une dynastie d'orfèvres[modifier | modifier le code]

Strasbourg est un centre important centre de production d'argenterie durant le XVIIIe siècle, cette production était destinée aux familles aristocratiques allemandes, Hanau-Lichtenberg ou Hesse-Darmstadt[1], mais également pour certaines pièces à usage liturgique, en Angleterre ou ailleurs en Europe. Plusieurs membres de la famille Imlin sont connus comme orfèvres d'art à Strasbourg[2], certaines de leurs œuvres inscrites aux Inventaire du Patrimoine culturel se trouvent dans des églises[3] ou des musées, notamment au musée des arts décoratifs de Strasbourg[4]. Le Musée Fabre possède notamment une ménagère à dessert, réalisée à l'intention de la famille montpelliéraine Despous de Paul[5].

  • Jean-Louis Imlin I (1663-1720) ; orfèvre
  • Jean-Louis Imlin II (1694-1764), époux de Marie Boch, père de Jean-Louis III et grand-père de François Daniel, est reçu maître en 1720 ;
  • Jean Louis Imlin III fils de Jean-Louis II Imlin, reçu maître orfèvre à Strasbourg en 1746, et actif jusqu'à sa mort en 1768 (ou 1769). Jean Henri Alberti, qui était employé d'Imlin entre 1756 et 1764 a tenu l'atelier après la mort de Jean Louis, jusqu'à ce que François Daniel Imlin devienne orfèvre. Aussi, plusieurs objets qui portent le poinçon de Jean Louis sont-ils posthumes. Ainsi, un calice d'argent réalisé par son atelier et daté de 1779 se trouve-t-il dans les collections du Victoria and Albert Museum[6].
  • François Daniel Imlin, petit-fils de Jean-Louis II Imlin, neveu de Jean-Louis III, père d'Emmanuel Frédéric, né en 1757 devient maître orfèvre en 1780 ;
    • Emmanuel Frédéric Imlin, fils de François Daniel, est dessinateur et orfèvre lui-même, c'est en amateur qu'il aborde d'abord le dessin. Il publia deux ouvrages, Burg Ruinen, nach der Natur gezeichnet und radiert en 1815-1819, et Vogesische Ruinen und Natur-Schönheiten (Ruines et beautés de la nature dans les Vosges) en 1824.

Postérité[modifier | modifier le code]

La rue Imlin à Strasbourg (Meinau)[7] rappelle la place de la famille Imlin dans la vie artistique de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source.
  2. Cf. Étienne Martin, Deux Siècles d’Orfèvrerie à Strasbourg, Strasbourg: Les Musées de Strasbourg, 2004, pages 17-19 et 26-33
  3. Objets d'orfèvrerie portés aux inventaires du patrimoine culturel français.
  4. Notamment, une timbale réalisée par Jean Louis Imlin II (1731), et une écuelle (1756) de Jean Louis Imlin III Musée de Strasbourg.
  5. Musée Fabre.
  6. James Lomax, Huguenot Golsmiths in England, in Paul Corby Finney, Seeing Beyond the Word. Visual Arts and the Calvinist Tradition, Huguenot Heritage, 1999, p. 100.
  7. Maurice Moszberger, Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Barr, Le Verger éditeur, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :