Emmanuel Collin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emmanuel Collin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité
Couverture du catalogue des Arts Décoratifs
1978-1987

Emmanuel Collin est un peintre, sculpteur, créateur de meubles, relieur et décorateur de théâtre français né le 6 avril 1956, fils de l'écrivain Bernard Collin.

Emmanuel Collin fut l'un des premiers artistes à raconter sa vie à travers des meubles, c'est d'ailleurs grâce à cela que de nombreux conservateurs se sont intéressés à lui. [1]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Il commence vers 20 ans à peindre des tableaux-programmes, de grands formats fourmillant de détails. Le peintre Roberto Matta veut lui en acheter un tableau.[2] Le jeune artiste refuse. En 1978, fasciné par une paire de fauteuils Louis XIV, l'artiste se lance dans une création intense de meubles. Dix ans après, le Musée des Arts Décoratifs (Palais du Louvre) présente ce travail dans une rétrospective intitulée "Histoire de meubles", de grandes arborescences.Pour la première fois, un artiste met en scène sa vie dans des meubles. Le critique Thierry de Beaumont parlera ainsi de lui dans le journal L'atelier en 1987 : "Paysagiste, naturaliste, naïf ? Idées fausses. Emmanuel Collin est plutôt pépiniériste. Il cultive en serre des vues de l'esprit. Ce qui effraie, c'est qu'elles sont précises, affreusement précises. Comme la reconstitution d'un crime par une équipe de policiers n' ayant pas vu l'action."[3] En 1989, il entreprend un voyage dans les canaux de Patagonie, sur le bateau Tierra del fuego, puis au Détroit de Magellan, au Cap Horn, il a une réelle fascination pour ces terres reculées… Toute sa vie, il va essayer alors de refaire ces voyages à travers les livres, les gravures anciennes, les photographies d'explorations, mais surtout ses propres tableaux .

Sa vie depuis 1995[modifier | modifier le code]

Puis viendront des sculptures en bois, ancêtres marins, phoques, baleines, tortues. L'exposition Animal présente deux phoques au Musée Bourdelle en 1999[4]. Emmanuel Collin, pendant cette période, voyagera beaucoup au Chili, en Inde, en Polynésie…Ces voyages deviendront une source d'inspiration pour ses tableaux En 1999 il organise une exposition à la galerie l'In Plano et encercle le chantier de la remise en état du Centre Georges Pompidou Beaubourg avec le CV idéal. En avril 2000, une grande exposition à la mairie de Tours a lieu autour de ses sculptures[5]. Depuis 2003, le théâtre Démodocos lui demande de concevoir les décors pour de nombreuses pièces de théâtre: "Les Grenouilles" d'Aristophane, "Antigone" de Sophocle, "Circé" de Homère , mise en scène de Philippe Brunet Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : noms incorrects, par exemple trop nombreux.. En 2004, le Musée de l'Abbaye Sainte-Croix aux Sables d'Olonne organise une exposition autour de son oeuvre. Dans cette exposition, pour la première fois, il montre ses rouleaux, immenses peintures de dix mètres de long et de grandes sculptures. [6] Deux mois après, l'École d'Arts Plastiques de Châtellerault lui consacre une importante exposition.[7]

Durant l'été 2007, Emmanuel Collin participe à l'exposition "Art à la Pointe" où ses sculptures occupent l'Eglise Saint Mélar à Confort-Meilars.

En octobre 2008, c'est à Andresy à l'espace Julien Green qu'il expose ses immenses rouleaux et de nombreuses sculptures.

Un mur de son exposition à l'automne 2008 à Andrésy
Productions des années 2000
Les îles de l'Odyssée

En octobre 2011, il est commissaire d'une exposition en hommage au peintre Roberto Matta, dont il fut très proche, à la mairie du 18 arrondissement de Paris. Il rédige à cette occasion dans le catalogue un texte sur leur proximité : ils avaient eu une grande complicité comme ils faisaient tous les deux des meubles[8].

Emmanuel Collin, avec un groupe d'artistes chiliens vivant à Paris, participe ensuite à de nombreuses expositions dont une à Chaumont dans le département de la Haute-Marne, dans la chapelle des jésuites, en automne 2011[9]. Puis en 2013, c'est le Conseil régional d'Île-de-France qui organise une exposition sur le thème de l'exil pour les 40 ans du coup d'État chilien, qui montre ses tableaux et pastels, avec d'autres artistes chiliens.

Ses dernières œuvres parlent de la guerre, des destructions, des attentats, des tremblements de terre[10].

Un pastel de 2013 sur Alep

En 2015, son travail de relieur, en collaboration avec Bernard Collin est mis en avant dans le cadre de la parution d'un livre d'Yves Peyré, Histoire de la reliure de création, plusieurs pages lui étant consacrées ; "Emmanuel Collin introduit dans la reliure une indéniable dissidence. Cette voie singulière est un mode de renouvellement de la reliure autant qu'un irrésistible charge de beauté", écrit à son propos Yves Peyré[11].

En 2017, après vingt trois ans d'absence, il retourne au Chili, pour une exposition d'artistes chiliens de Paris, autour des turbulences, de l'exil et de la guerre, à la galerie Artium.

Ses proches[modifier | modifier le code]

Il fut un proche de Pierre Bettencourt[12], de Roberto Matta, et de Pucci De Rossi

Sculpture 2017/2018

Livres[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Collin pépiniériste, Parler Net, 1985.
  • Emmanuel Collin, Histoire de meubles, Union des Arts Décoratifs, 1987.
  • Une nature bienveillante,avec Hélène Sevestre, Éditions Emmanuel Collin, 1990.
  • Voyage imaginaire dans les mer du Sud, Éditions Emmanuel Collin, 1992.
  • Pigafetta, avec Hélène Sevestre, Éditions Emmanuel Collin, 1992.
  • Un poème pour chaque jour, avec Albane Prouvost, Éditions Emmanuel Collin, 1995.
  • Emmanuel Collin, 7 rouleaux, Éditions Joca Seria, 2004-2005.
  • Canaux de Patagonie, Éditions Le petit jaunais, 2004.
  • Ma visite chez Balthus, Éditions Emmanuel Collin, 2006.
  • Ma visite chez Pierre Bettencourt, Éditions Emmanuel Collin, 2006.
  • La mer au Liban, Éditions Emmanuel Collin, 2006.
  • Poème Albane Prouvost, avec Albane Prouvost, Éditions Emmanuel Collin, 2007.
  • Bernard Collin lignes, avec Bernard Collin, Éditions Emmanuel Collin, 2007.
  • Irak, Avant-Pendant-Après, Éditions Emmanuel Collin, 2008.
  • La filature, Éditions Emmanuel Collin, 2008.
  • Albane Prouvost - EC, avec Albane Prouvost, Éditions Emmanuel Collin, 2008.
  • At Praiano my visit to Sol Lewitt, Éditions Emmanuel Collin, 2009.
  • Voyage pour Marie-Ange G., Éditions Emmanuel Collin, 2009.
  • Études pour 4 sculptures, Éditions Emmanuel Collin, 2013.
  • De Tombouctou à Alep, Éditions Emmanuel Collin, 2014.
  • Portfolio Vietnam, Cambodge, Vietnam, Éditions Emmanuel Collin, 2017.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • En 2013, Emmanuel Collin apparaît dans le film Le fantasme de l'échec de Solange Dulac. On peut le voir également dans la bande-annonce du film[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Préface du catalogue n°38 de la librairie Nicaise », catalogue,‎ , p. 117–126 (ISSN 0006-2944, PMID 1, DOI 10.1016/0006-2944(75)90147-7, lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019)
  2. « Préface du catalogue n°38 de la librairie Nicaise », catalogue,‎
  3. « catalogue "Histoire de meubles" Musée des Arts Décoratifs de Paris 1987 », Catalogue,‎
  4. Catalogue Animal. Musée Bourdelle. Septembre 1999
  5. Emmanuel Collin. Hotel de Ville de Tours. Avril 2000
  6. « 7 Rouleaux. », Livre,‎
  7. « Ecole plastique de Châtellerault », exposition,‎ (ISSN 1873-2968, PMID 7, DOI 10.1016/0006-2952(75)90020-9)
  8. Catalogue de l'exposition " Implications 2, Matta 100 : 1911-2011 " octobre 2011.
  9. Catalogue de l'exposition "Bicentenaire de la République chilienne", Mairie de Chaumont, septembre 2011.
  10. Elles ont été présentées lors de son exposition à Paris 14e en novembre 2012.
  11. Histoire de la reliure de création , Yves Peyré, Editions Faton, 2015
  12. " Ma visite chez Pierre Bettencourt " Emmanuel Collin ( Catalogue Nicaise no 38 ).
  13. La bande-annonce du film est visible sur https://www.youtube.com/watch?v=y2ccs8Hj0tc.