Emmanuel Booz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Booz.
Emmanuel Booz
Naissance
Activité principale Chanteur, acteur
Genre musical Chanson française, rock progressif
Années actives Depuis 1969

Emmanuel Booz est un chanteur, auteur-compositeur-interprète, acteur et scénariste français né en 1943. Personnage atypique, marginal, il a été un des premiers beatniks parisiens. « Emmanuel Booz est le grand poète méconnu du rock français. » (Philippe Manœuvre)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Versailles[2], on sait peu de choses sur son enfance, si ce n'est qu'il fut recueilli à Vierzon pendant la guerre par des Résistants. Il reste à Vierzon jusqu'en 1948[2].

Sa vie artistique officielle commence en 1969 avec la parution de l'album Au restaurant d'Alice, adaptation française de Alice's Restaurant d'Arlo Guthrie. Ce disque a été enregistré à Londres avec la participation d'Arlo Guthrie, qu'Emmanuel a rencontré grâce à Boris Bergman, mais il passe pourtant largement inaperçu.

On retrouve Emmanuel, souvent appelé Manu, en 1971 au sein d'un groupe éphémère, les Roll Mops. Il faut attendre 1974 pour que paraisse son deuxième album, Le jour où les vaches, beaucoup plus électrique que le précédent.

Outre quelques 45 tours, deux autres albums sortiront : Clochard en 1976 et Dans quel état j'erre en 1979. Aucun de ces disques ne rencontrera de succès. Ils sont néanmoins très recherchés aujourd'hui car ils présentent une forme de rock progressif français peu répandu à l'époque, Emmanuel abordant (en français) des thèmes nouveaux comme l'écologie[3]… d'une manière très personnelle[4].

L'album Dans quel état j'erre est inclus dans l'ouvrage Philippe Manœuvre présente : Rock français, de Johnny à BB Brunes, 123 albums essentiels[1] qui présente Emmanuel comme … le fils spirituel de Léo Ferré pour les uns, seul créateur dépassant Ange et Magma pour les autres ....

Début 1980, il fonde le groupe F.F.I. qui sortira un unique 45 tours et fera un unique concert (lors de la première Fête de la musique, place de la République à Paris).

Parallèlement à sa carrière musicale, Emmanuel est aussi très impliqué dans le monde du cinéma, que ce soit comme acteur ou comme scénariste.

Discographie[modifier | modifier le code]

33 tours[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Au restaurant d'Alice / Jean et Jean
  • 1969 : Le mont des oliviers / Glorification (sous le nom de groupe Egrégie)
  • 1970 : Le mont des oliviers (1re partie) / Le mont des oliviers (2e partie)
  • 1970 : Rosie rag / La robe en bois
  • 1971 : Tout est très bien comme ça / Ma terre
  • 1974 : Donne / L'homme aux mille clés d'or
  • 1975 : Chanson liberté / Et l'on m'appelle Emmanuel Booz
  • 1976 : Clochard / Ma vie est bien comme ça
  • 1979 : Ode aux rats / La symphonie catastrophique
  • 1981 : Fils de prolo / L'ère du nucléaire (sous le nom de groupe F.F.I.)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme assistant-réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe Manœuvre, Philippe Manœuvre présente : Rock français, de Johnny à BB Brunes, 123 albums essentiels, Hoëbeke, octobre 2010 (ISBN 9782-84230-353-2)
  2. a et b http://www.leberry.fr/vierzon/loisirs/art-litterature/2012/09/06/lenfant-de-la-guerre-eleve-dans-une-famille-qui-cache-des-resistants_1260132.html
  3. cf les paroles de Réveillons-nous, réveillez-vous
  4. Emmanuel Booz hurle ses questions existentielles à la face de la société en bâtissant des architectures sonores incroyables, sans jamais craindre l'outrance ni céder à la tentation du bon goût ou de la mesure. (article paru dans le magazine "Rock 'n Folk" de mai 2012, écrit par Philippe Thieyre)

Liens externes[modifier | modifier le code]