Emmanuel-Céleste de Durfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emmanuel-Céleste de Durfort
Image illustrative de l’article Emmanuel-Céleste de Durfort
François-Louis Lonsing, Portrait d'Emmanuel Céleste Augustin de Durfort, Duc de Duras (1741-1800), vers 1786, Musée des beaux-arts de Bordeaux[1]

Titre 5e Duc de Duras et pair de France
(1789-1800)
Autres titres 7e Comte de Rauzan
Prédécesseur Emmanuel-Félicité de Durfort
Successeur Amédée-Bretagne-Malo de Durfort
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Badge de l'Armée des princes Armée des princes
Grade militaire Maréchal de camp
Commandement Gardes nationales de Guyenne
Conflits Guerres révolutionnaires
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Autres fonctions Premier gentilhomme de la Chambre
Biographie
Dynastie Maison de Durfort
Famille de Duras
Naissance
Paris
Décès (à 58 ans)
Londres
Père Emmanuel-Félicité de Durfort
Mère Louise Françoise de Coëtquen
Conjoint Louise-Charlotte de Noailles
Enfants Amédée-Bretagne-Malo de Durfort

Emmanuel Céleste Augustin de Durfort, comte, puis marquis, ensuite 5e duc de Duras (Paris, Londres, ), est un militaire français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel-Céleste-Augustin de Durfort, fils de maréchal de France, naquit, le [2].

Il fut nommé colonel d'un régiment d'infanterie de troupes boulonnaises le , créé brigadier des armées du Roi le , duc de Duras par brevet de 1770, et maréchal de camp le [3].

Il devint pair de France et premier gentilhomme de la Chambre du roi, par la mort de son père, le [3].

L'année suivante, le duc de Duras fut nommé commandant en chef des gardes nationales de Guyenne. Député suppléant de la noblesse de la sénéchaussée de Bordeaux aux États généraux de 1789, « il usa de son influence et de son autorité pour s'opposer aux désordres et aux excès révolutionnaires[3] » dans cette province, et particulièrement à Bordeaux, où « sa fermeté et sa vigilance[3] » sauvèrent la vie à un grand nombre d'individus. Mais, « lorsque la fermentation fut portée à son dernier période[3] », le duc de Duras eut beaucoup de peine lui-même à se soustraire à la mort[3].

Après avoir rejoint les princes français en Allemagne, et avoir commandé sous leurs drapeaux une partie de la noblesse de Guyenne, il se rendit en Angleterre, où il mourut en 1800[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Emmanuel-Céleste de Durfort était le fils d'Emmanuel-Félicité de Durfort (1715-1789), duc de Duras, maréchal de France et de Louise Françoise de Coëtquen (1724-1802), baronne de Bonnefontaine, fille de Malo III Auguste (1678-1727), marquis de Coëtquen, comte de Combourg, vicomte d'Uzel, lieutenant-général des armées du roi, gouverneur de Saint-Malo.

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier de Saint-Louis

Armoiries[modifier | modifier le code]

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne)[4],[5] ; ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no 00650002783, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Joconde, ministère français de la Culture
  2. Courcelles 1822, p. 366.
  3. a b c d e f g et h Courcelles 1826, p. 294.
  4. a b et c Courcelles 1826, p. 295.
  5. a et b Rietstap 1884.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Chronologies[modifier | modifier le code]