Emma La Grua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une chanteuse image illustrant italien image illustrant l’opéra ou l’opérette
Cet article est une ébauche concernant une chanteuse italienne et l’opéra ou l’opérette.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

« Mlle Emmy La Grua », première cantatrice du théâtre impérial de Saint-Pétersbourg, lithographie (1859).

Emma La Grua (née en 1831 à Palerme et morte après 1865) est une soprano italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emma La Grua[1],[2] naît à Palerme en 1831[2].

Elle commence sa carrière de soprano colorature[3] à l'âge de vingt ans[4] et acquiert en dix ans une solide réputation de tragédienne unanimement reconnue[4]. En 1850 elle fait partie de la troupe du Théâtre de la Cour de Dresde lorsque Giacomo Meyerbeer l'entend, lors d'une soirée privée, chanter en avant-première la romance d'Alice de Robert le diable avec une belle voix de soprano pleine et étendue, estimant qu'elle fera une excellente « Falcon »[5]. Dans une lettre du 30 mai 1852 Meyerbeer écrit encore à son propos : « Mme Lagrua a obtenu à Dresde beaucoup de succès dans les rôles de Valentine[6] et d'Alice,[2]. » En 1852, elle crée le rôle d'Irène dans Le Juif errant de Jacques Fromental Halévy à l'Opéra de Paris[5]. En 1857, elle est à Buenos Aires pour l'ouverture du premier Teatro Colón[7]. Elle est aussi une Norma recherchée[3] : en 1860, alors qu'une représentation est reportée parce qu'elle est souffrante, le jeune Piotr Ilitch Tchaïkovski, élève du Collège impérial de Jurisprudence, se rend à son domicile avec un ami, se faisant passer pour un étudiant de province, affirmant qu'il s'est déplacé à Saint-Pétersbourg spécialement pour elle et qu'il ne peut retourner chez lui sans l'avoir entendue. D'abord amusée, elle se met au piano et chante « Casta Diva (it) » pour les deux amis[8]. Elle chante en Italie, en Amérique du Sud, à Paris, à Vienne où un journaliste la déclare « la meilleure comédienne d'Europe » et se trouve dans la troupe du Théâtre impérial lorsque Giuseppe Verdi se rend à Saint-Pétersbourg, en décembre 1861, pour la création de La forza del destino dont elle doit chanter le rôle de Leonora. À nouveau malade, elle ne peut assurer les répétitions de l'opéra dont la première doit être reportée, aucune chanteuse n'étant à même de la remplacer. Le rôle sera finalement créé par Caroline Barbot lors de la saison suivante[4].

La date de sa mort est très peu documentée. Seule une note dans l'édition de la correspondance de Meyerbeer mentionne qu'elle serait survenue après 1865[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois aussi « Lagrua »
  2. a, b, c et d (de) Giacomo Meyerbeer Briefwechsel und Tagebücher, Sabine Henze-Döhring (Herausgegeben und kommentiert), Walter de Gruyter, 1999, 1073 p. (ISBN 3-11-014244-9) (Voir en ligne p. 879)
  3. a et b Roland Mancini « La forza del destino », p. 880 in Jean Cabourg (dir.) Guide des opéras de Verdi, Fayard, collection Les indispensables de la musique, Paris, 1990, 1283 p. (ISBN 2-213-02409-X)
  4. a, b et c Mary Jane Phillips-Matz, Giuseppe Verdi, pp. 524-525, Fayard, Paris, 1996, 1031 p. (ISBN 2-213-59659-X)
  5. a et b (en) The Diaries of Giacomo Meyerbeer Volume 3 1850-1856, Robert Ignatius Le Tellier (trad., éd. et notes), Fairleigh Dickinson Univ Press, 2002, 488 p. (ISBN 9780838638446) (Lire en ligne)
  6. Des Huguenots
  7. (en) « Arrival of the Italian Singers (A history of opera in Buenos Aires, part II) » (Lire en ligne)
  8. (en) Alexander Poznansky, Tchaikovsky through others' eyes, Indiana University Press, 1999, 311 p. (ISBN 9780253335456) (Lire en ligne p. 19)