Emily Rosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emily Rosa
Emily Rosa.jpg
Emily Rosa à onze ans.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Œuvres principales
A close look at therapeutic touch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Emily Rosa est une Américaine née le (35 ans) à Loveland dans le Colorado, qui est devenue à l'âge de onze ans la plus jeune personne à avoir publié dans la revue de médecine Journal of the American Medical Association, un périodique scientifique à comité de lecture et à fort facteur d'impact.

En 1996 dans le cadre d'un travail scolaire, Emily Rosa, alors âgée de neuf ans, conduit une étude mettant en cause la validité du toucher thérapeutique. Les 21 praticiens ne sont pas parvenus à détecter le champ énergétique de la main d'Emily Rosa, un concept également nommé aura.

Emily Rosa est diplômée de l'université du Colorado située à Denver en , avec une spécialisation en psychologie. Sa mère, Linda Rosa et son beau-père, Larry Sarner, sont les dirigeants du groupe de défense des droits des enfants en thérapie Advocates for Children in Therapy (en) et des militants anti-toucher thérapeutique.

Contexte de l'étude[modifier | modifier le code]

L'entourage familial d'Emily Rosa est composé de militants anti-toucher thérapeutique, notamment sa mère, Linda Rosa, une infirmière diplômée qui a fait campagne contre cette médecine parallèle pendant près d'une décennie[1].

En , Emily Rosa visionne une vidéo de praticiens du toucher thérapeutique affirmant qu'ils peuvent sentir un champ d'énergie émanant d'un corps humain et qu'ils peuvent utiliser leurs mains pour le manipuler afin de diagnostiquer et de traiter des maladies. Elle apprend que Dolores Krieger, la co-inventrice du toucher thérapeutique, affirme que tout le monde présente la capacité de ressentir le champ énergétique et que, pour certaines infirmières, il est « chaud comme de la gelée » et « tactile comme du caramel ». Impressionnée par la certitude de ces infirmières en leurs capacités, elle souhaite savoir si ces dernières peuvent vraiment ressentir quelque chose[2].

Alors en grade 4, équivalent américain de la classe française du CM1, Emily Rosa doit présenter un exposé pendant une exposcience organisée par son école. Elle décide de mettre en place une expérience visant à vérifier la capacité d'une personne à détecter le champ énergétique d'une autre personne et d'y présenter ses résultats[3]. Lors de ses recherches préalables, Emily Rosa a pu bénéficier du soutien de sa mère et du psychiatre Stephen Barrett (en) fondateur du Conseil national contre la fraude dans le domaine de la santé (en), une organisation anti-toucher thérapeutique[1].

Protocole expérimental et résultats[modifier | modifier le code]

Le protocole expérimental en double-aveugle d'Emily Rosa consiste à mettre des praticiens ayant entre un an et 27 ans d'expérience devant un paravent muni de deux ouvertures dans lesquelles ils tendent leurs mains. De l'autre côté du panneau, Emily Rosa positionne sa main droite ou sa main gauche au dessus de celle du praticien suivant un tirage au sort à pile ou face. À la suite de la demande d'un autre expérimentateur, le praticien doit alors déterminer en aveugle laquelle de ses mains est la plus proche de celle d'Emily Rosa. Chaque personne doit répéter 10 fois l'opération. Si le principe du toucher thérapeutique est valide, le praticien doit localiser la main d'Emily Rosa dans 100 % des cas. En dessous de 50 %, son principe est invalidé car simplement lié à la chance[3].

Il y a deux séries de tests. En , 15 praticiens sont testés à leur domicile ou à leur bureau à des jours différents sur une période de plusieurs mois. En 1997, 13 praticiens, dont 7 de la première série, sont testés en un seul jour[3].

Le résultat final de l'étude est de 44 %, c'est-à-dire que les praticiens ont eu juste 4,4 fois en moyenne, ce qui correspond statistiquement au score d'une personne qui aurait fait ses choix au hasard. De plus, avant le test, quelques praticiens doivent examiner les mains de Emily Rosa et choisir celle qui, selon eux, produit le champ énergétique le plus fort. Emily Rosa a alors utilisé cette main pendant l'expérience, mais ces personnes n'ont pas obtenu de meilleurs résultats. Les conclusions de cette expérience démontrent que le toucher thérapeutique ne présente pas de base empirique solide et que ses prétentions thérapeutiques sont sans fondements et injustifiées[3].

Publication[modifier | modifier le code]

Les résultats de cette expérience font l'objet d'un article scientifique publié le dans le Journal of the American Medical Association. L'article se base uniquement sur les résultats obtenus par Emily Rosa. Il comprend également une recherche documentaire approfondie sur le sujet. Ses principaux auteurs sont Linda Rosa, la mère d'Emily Rosa et le psychiatre Stephen Barrett. À ces deux personnes, s'ajoute Larry Sarner, le beau-père d'Emily, en tant que statisticien[3].

Validité scientifique[modifier | modifier le code]

Une étude démontre que les résultats auraient dû être supérieurs au hasard en raison de la captation de la chaleur rayonnante de la main d'Emily Rosa par la main du praticien[4]. Quelques articles de presse reprochent le scepticisme à l'égard des médecines alternatives de la part de la famille d'Emily Rosa et leur manque de neutralité ; une idéologie qui aurait biaisé inconsciemment le choix des personnes interrogées et leurs réponses et ainsi faussé l'étude[1],[5].

En , aucune expérience ultérieure n'avait été mise en place pour infirmer ou confirmer les conclusions de cette étude[6].

Postérité[modifier | modifier le code]

La publication de l'expérience d'Emily Rosa fait sensation dans les médias internationaux. Dans un article du New York Times, Emily Rosa est comparée à l'enfant du conte d'Andersen Les Habits neufs de l'empereur qui déclare traditionnellement : « le roi est nu »[7].

À la suite de cette étude prouvant l'inefficacité de sa thérapie, la co-inventrice du toucher thérapeutique, Dolores Krieger, est décriée par la communauté scientifique à travers l'obtention d'un prix Ig-Nobel en , la même année que Jacques Benveniste. Lors de la cérémonie de remise de ce prix sarcastique, Emily Rosa est présente et reçoit les honneurs sincères des participants[8].

La deuxième série de test de est filmée et fait l'objet d'un épisode de la série télévisée Scientific American Frontiers (en)[9]. Emily Rosa apparaît également dans l'émission télévisée Bullshit! de , présentée par les illusionnistes et sceptiques Penn & Teller[10].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Lemonick, Michael D., « Emily's Little Experiment », Time,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Coleman, Brenda C., Fourth-grade science project casts doubt on 'therapeutic touch', Associated Press, .
  3. a b c d et e (en) Linda Rosa; Emily Rosa; Larry Sarner; Stephen Barrett, « A Close Look at Therapeutic Touch », Journal of the American Medical Association, vol. 279,‎ , p. 1005-1010 (lire en ligne).
  4. (en) Long, R.; Bernhardt, P.C.; Williams, E., « "Perception of Conventional Sensory Cues as an Alternative to the Postulated 'Human Energy Field' of Therapeutic Touch" », The Scientific Review of Alternative Medicine (en), vol. 3,‎ , p. 53–61 (lire en ligne).
  5. (en) Dossey, Larry, « Therapeutic touch at the crossroads: Observations on the Rosa study », Alternative Therapies in Health and Medicine (en), vol. 9, no 1,‎ , p. 38-39 (lire en ligne).
  6. (en) Edzard Ernst & Simon Singh, Trick or Treatment: Alternative Medicine on Trial, Bantam Press, , p. 267–269.
  7. (en) Kolata, Gina, « A Child's Paper Poses a Medical Challenge », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  8. (en) Gibson, Sheila, « All Duct Out In the Name of Science », Skeptic. U.S.: The Skeptics Society, vol. 6, no 4,‎ (lire en ligne).
  9. (en) Season 8 - Episode 2 - Beyond Science, de Chedd-Angier Production Company, coll. « Scientific American Frontiers », 1997–1998 [présentation en ligne].
  10. (en) Penn & Teller: Bullshit! Season 6, Episode 2 New Age Medicine, de Star Price, Tim Rogan, Steven Uhlenberg, 2008, 28 min [présentation en ligne].

Bibliographie et vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Publication originale : (en) Linda Rosa; Emily Rosa; Larry Sarner; Stephen Barrett, « A Close Look at Therapeutic Touch », Journal of the American Medical Association, vol. 279,‎ , p. 1005-1010 (lire en ligne).
  • Documentaire vidéo : (en) Season 8 - Episode 2 - Beyond Science, de Chedd-Angier Production Company, coll. « Scientific American Frontiers », 1997–1998 [présentation en ligne].