Emilia Giuliani-Guglielmi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emilia Giuliani GuglielmiEmilie Giuliani Guglielmi
Nom de naissance Emilia Giuliani
Naissance
Vienne
Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Décès (à 37 ans)
Pest (aujourd'hui Budapest)
Drapeau de la Hongrie Hongrie
Activité principale guitariste, compositeur
Style Classique, Romantique
Lieux d'activité Italie, Autriche, Hongrie
Années d'activité 1828-1849
Collaborations Mauro Giuliani
Éditeurs Ricordi (Milan), Artaria (Vienne)
Maîtres Mauro Giuliani
Ascendants Mauro Giuliani
Conjoint Luigi Guglielmi (Chanteur, Compositeur)

Œuvres principales

Variations sur un thème de Mercadante Op. 9 (1837), Six Préludes Op. 46 (1841)

Répertoire

Mauro Giuliani, Emilia Giuliani Guglielmi

Emilia Giuliani Guglielmi est une guitariste et compositrice italienne née le à Vienne[1], morte le [2] à Pest (aujourd'hui Budapest)[3]. Elle était la fille et élève du guitariste et compositeur Mauro Giuliani (1781-1829), la sœur de Michele Giuliani (1801-1867), guitariste, compositeur et professeur de chant au Conservatoire de Paris, et la nièce de Nicolas Giuliani (fl. 1847), maître de chapelle à Saint-Pétersbourg, attaché au service de l'Impératrice de Russie. Elle était mariée avec le compositeur Luigi[4] Guglielmi.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Famille[modifier | modifier le code]

Mauro Giuliani par Johann Friedrich Jugel (1772-1833) d'après Stubenrauch [probablement Philipp von Stubenrauch (1783-1848)].
Arbre généalogique
 
 
 
 
Mauro Giuliani
(1781-1829)
Bisceglie
Naples
 
 
 
 
 
 
 
Maria Giuseppa del Monaco
(1779-1826)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Michele Giuseppe
Giuliani

(1801-1867)
Barletta
 
 
 
 
 
Gaetano Nicola Maria
Giuliani

(1803-1823)
Barletta
 
 
Anna Maria Giuseppa
Giuliani

(1807-? after 1830)
Trieste
 
Emilia
Giuliani
(1813-1850)
Vienne
Budapest

Son père était le célèbre guitariste et compositeur Mauro Giuliani (1781-1829), sa mère ètait la Viennoise Maria Anna Wiesenberger (1784-1817)[5].

Son demi-frère Michele Giuliani (1801-1867) était guitariste, compositeur et professeur de chant au Conservatoire de Paris[6] de 1850 à 1867[7].

Sa demi-sœur Anna Giuliani (30 July 1807 - ?) a épousé en 1828 à Florence le compositeur Luigi Gordigiani (1806-1860), parfois décrit comme le Schubert italien[8]. Ils ont eu plusieurs enfants dont le peintre Michele Gordigiani (en) (1835–1909).

Son oncle paternel Nicolas Giuliani (fl. 1847) était maître de chapelle à Saint-Pétersbourg, attaché au service de l'Impératrice de Russie. Il est l'auteur d'un traité d'harmonie (Introduction au Code d'Harmonie pratique et théorique, ou Nouveau système de Basse Fondamentale en 1847)[9].

Son mari le compositeur Luigi[4] Guglielmi, était peut-être apparenté au compositeur Pietro Alessandro Guglielmi (1728-1804).

Enfance et débuts: La fille de Mauro Giuliani[modifier | modifier le code]

Vienne: Enfance[modifier | modifier le code]

Emilia Giuliani est née à Vienne le 23 avril 1813, à une époque où son père le guitariste virtuose et compositeur Mauro Giuliani rencontre un grand succès. Elle est la troisième fille du Giuliani et son maîtresse Nina Wiesenberger. Sa mère meurt en Vienne en 1817. Entre 1822, elle vit à Vienne et voyage jusqu’à Palerme avec sa tante Emanuela Lucci et sa sœur aînée de six ans, Maria Willmuth, fille illégitime de Mauro Giuliani, peut-être pour rendre visite à leur père. En 1822 elle va à Palerme depuis Vienne avec sœur Maria Willmuth.

Rome: Adolescence[modifier | modifier le code]

Par la suite, elle est apparemment restée plusieurs années en Italie. Elle est scolarisée dans l'école privée "L'adorazione del Gesù" à Rome de 1821 à 1826, avec sa sœur Maria.

Naples: Les premiers concerts publics[modifier | modifier le code]

En 1828-1829 ans elle vécut à Naples, restant proche de son père durant la dernière période de sa vie.

1828[modifier | modifier le code]

Le 6 février 1828, elle participe en Italie à un concert vocal et instrumental au "Teatro Nuovo" de Naples avec son père alors qu’elle n’a que 15 ans: I concerti di chitarra eseguiti da lei e da una sua figliuola per nome Emilia, di anni 12, piacquero tanto, ch’egli e questa fanciulla di ottime speranze vennero replicate volte applauditi e infine chiamati fuori dal Pubblico[10]

Le 8 octobre 1828 elle se produit en solo à Naples au Teatro dei Fiorentini ou au Teatro del Fondo durant un entracte de l'opéra Gianni di Calais (it) de Gaetano Donizetti: "Non solo degna discepola ma emula del padre, merito i pieni applausi delle Auguste Persone e del pubblico"[11].

1829[modifier | modifier le code]

Son père meurt le à Naples alors qu'elle n'a que seize ans: Egli ha lasciato una figlia di tenere età che mostra di essere erede della sua abilità non comune; circonstanza che solo può rattemperare il dolore di questa perdita[12]

1831[modifier | modifier le code]

Le 21 avril elle se produit au Teatro del Fondo[13]. La Signora Giuliani eseguì quindi alcune Variazioni sopra un tema Viennese composte dal suo defunto genitore. La sua modestia che giungeva fino alla timidezza e le ardue prove di espertezza nel render soave e dilettevole uno strumento per sé già di poco rilievo, mossero il pubblico ad acclamarla con entusiasmo egualmente che nell’altro suo concerto dopo il secondo atto dell’Opera, essendo stata invitata a ricomparir sul proscenio a piene voci.(Giornale delle Due Sicilie)

1832[modifier | modifier le code]

En 1832 elle se produit à Foggia en Italie, à une centaine de kilomètres au nord de Bisceglie, la ville natale de son père[14].

Une artiste reconnue[modifier | modifier le code]

Italie et Vienne[modifier | modifier le code]

Emilia Giuliani Guglielmi a mené une carrière de concertiste durant un peu plus de vingt ans, de 1828 alors qu’elle n’a que 14 ou 15 ans, à 1949, moins d'un an avant son décès.

1834[modifier | modifier le code]

En novembre ou décembre 1834, alors qu'elle n'a que 21 ans, elle publie Cinq variations sur un thème de Bellini opus 1, dédicacées à Antonio Padiglione (lui-même compositeur), à Milan chez Giovanni Ricordi.

1835[modifier | modifier le code]

En 1835 elle publie à Milan chez Ricordi cinq des six fantaisies sur des thème de Bellini (Bellinianas opus 2, 4, 5, 6, 7, 8).

1836[modifier | modifier le code]

En 1836 elle publie, toujours chez le même éditeur, la dernière fantaisie sur des thèmes de Bellini (Belliniana opus 11) ainsi que les Variations sur un thème de Bellini opus 3.

1837[modifier | modifier le code]

En 1837 elle publie les Variations sur un thème de Mercadante opus 9 chez Ricordi à Milan. Ces variations ont été composées à la fin de 1836[15].

Emilia Giuliani se marie entre 1837 et 1839[2].

1840[modifier | modifier le code]

Dans les années 1840 à 1844, Giuliani Guglielmi a entrepris une tournée de concerts en Europe. Durant la même période le guitariste virtuose italien Giulio Regondi (1822?-1872) faisait également une tournée dans toute l'Europe (Vienne, Dresde, Prague, etc.).

Elle a joué en 1840 à Vienne avec un certain succès[16].

En septembre 1840 elle était à Venise en Italie où elle a joué deux moreaux durant l'entracte de la "commedia" au Teatro San Benedetto et a rencontré un grand succès: D’un altro distinto musicale talento dobbiam far parola: la signora Emilia Giuliani Guglielmi di Vienna, la quale portò a tal perfezione la perizia sulla chitarra francese, che a pochi fu dato fin qui di raggiungerla. Ella è figlia di quel Giuliani che s'era reso per egual parte por celebre. La gentil sonatrice diede la promessa accademia lunedì sera fra gli atti della commedia in S. Benedetto, e il ristretto, ma eletto numero di uditori ammirò in lei altamente la facilità con cui ella superò su quel ribelle istrumento le più astruse difficolta, rendendone grato e soave l'effetto. Due furono i concerti eseguiti, tutti e due egualmente difficili, ma il primo più grato per varii piacevoli motivi, resi con molta esprissione. Piacquero e si trovaro no nuovi alcuni armonici che ella frammischa alle variazzioni e singolar veramente la precisione, con cui tocca le corde ne’ passi più celeri acomplicati. Il pubblico le fece gran festa, ed alla dovette più volte comparir sulla scena[14].

Dans le numéro 44 du 29 octobre 1840, le Jahrbücher Des Deutschen Nationalvereins Für Musik Und Ihre Wissenschaft annonce le retour à Vienne le 10 octobre 1840 de Emilia Giuliani Guglielmi: Angekommen so eben ist hier die berühmte Guitarrespielerin Émilie Giuliani Guglielmi, eine Tochter des bekannten Mauro Giuliani. Wer sie hörte, spricht mit außerordentlicher Bewunderung von ihren Leistungen (Vient d'arriver ici la célèbre guitariste Émilie Giuliani Guglielmi, une fille du célèbre Mauro Giuliani. Ceux qui l'ont entendu parlent avec une extraordinaire admiration de ses accomplissements)[17].

Salle de la Musikverein de Vienne (Société philharmonique de Vienne) (1831-1870) rue Tuchlauben

Fin 1840 elle publie Six Preludes opus 46 (ou 48) chez Artaria. Ils sont dédicacés au Conte Luigi Moretti, "Egregio dilettante", qui était également dédicataire des Grandes Variations opus 112 de Mauro Giuliani.

Le 8 décembre 1840, elle a donné un récital au Musikverein de Vienne (Wiener Musikvereinssaal, Société philharmonique de Vienne (Gesellschaft der Musikfreunde in Wien) où elle a montré ses "capacité extraordinaire à la guitare" (Beweise ihrer außerordentlichen Fähigkeit auf der Guitarre)[18]. "Ihre Mechanik verdient Beachtung, wäre sie nur einem dankbareren Gegenstande zugewendet"[19].

Budapest et Nagykomlós[modifier | modifier le code]

Des études récentes suggèrent qu'elle a vécu à Budapest et à Nagykomlós durant la dernière partie de sa vie[20].

Vers 1846 elle vit à Groß-Komlosch/Nagykomlós (hu), aujourd'hui commnune de Comloșu Mare (ro) en Roumanie.

1847[modifier | modifier le code]
Redoutensaale de Pest

Le 17 avril 1847 elle a donné un récital à la Redoutensaale de Pest[20].

1849[modifier | modifier le code]

le 25 septembre 1849 elle a donné un concert au Sommertheatre de Pest[20].

1850[modifier | modifier le code]

Elle est décédée le à Pest (aujourd'hui Budapest), à l'âge de 37 ans, d'une fièvre putride. L'avis de décès est daté du 27 novembre.Frau Guglielmi, eine rühmlich bekannte Guitarre-Virtuosin, Tochter des einst so berühmt gewesenenen Guitarrenmeisters Giuliani in Wien, und Gattin des Compositeurs Guglielmi, ist am 27. November in Pesth gestorben[21].

Elle fait partie des rares femmes guitaristes de renom au XIXe siècle, avec Nina Morra[22], Franziska Bolzmann[23], et Marianne Willemer (1784-1860)[24].

Il existe un portrait de Emilia Giuliani par le peintre allemand Franz Nadorp (1795-1876), signé et daté Rome [18]39, quand elle aurait eu 26 ans, dans la collection du musée Wasserburg Anholt (de) à Isselburg en Allemagne[25].

Relations personnelles et professionnelles[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Ricordi (1785-1853), éditeur de plusieurs de ses œuvres.
  • Mauro Giuliani (1781-1829), son père, célèbre guitariste et compositeur.
  • Michele Giuliani (1801-1867), son frère, guitariste, compositeur et professeur de chant au Conservatoire de Paris
  • Nicolas Giuliani (fl. 1847), son oncle paternal, maître de chapelle à Saint-Pétersbourg, attaché au service de l'Impératrice de Russie.
  • Luigi Guglielmi, son mari, compositeur.
  • Luigi Gordigiani (1806-1860), mari de sa sœur Anna, compositeur.
  • (Conte) Luigi Moretti (c. 1780-1850), dédicataire en 1841 de ses Six Préludes opus 46 et des Grandes Variations opus 112 de Mauro Giuliani, compositeur, auteur d'une méthode pour guitare et guitariste[26].
  • Antonio Padiglione, dédicataire en 1834 des cinq variations sur un thème de Bellini opus 1, compositeur.

Instruments[modifier | modifier le code]

Emilia Giuliani et la technique de la guitare[modifier | modifier le code]

En mars 1841 un article du Allgemeine musikalische Zeitung décrit un jeu en "Doppelflageolettönen" (double harmonique)[27]. Pendant un temps il lui a ainsi été attribué par erreur la découverte des harmoniques sur la guitare.(Signora Emilia Giuliani-Guglielmi, Tochter und Schülerin des berühnien Mauro Giuliani, ließ sich auf der Guitarre, und sogar mit den von ihr erfundenen Doppelflageolettonen hören; ihre Mechanik verdient Beachtung, wäre sie nur einem dankbareren gegenstande zugewendet.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Emilia Giuliani Guglielmi a commencé à publier ses œuvres dès 1934, à l'âge de 21 ou 22 ans (Op. 1, Cinq variations sur un thème de Bellini). Toutes les compositions de Giuliani Guglielmi connues à ce jour sont pour guitare.

Ses compositions ont été publiées à Milan par Giovanni Ricordi, à Vienne par Artaria, ainsi que par Josef Weinberger à Vienne pour la seconde édition des Préludes, peut-être publiée après le décès du compositeur.

Elle fait partie des rares femmes compositrices de renom au XIXe siècle, avec Clara Schumann (1819-1896), Fanny Mendelssohn (1805-1847), et Louise Farrenc (1804-1875).

Les Variations[modifier | modifier le code]

Parmi les œuvres connues à ce jour d'Emilia Giuliani Guglielmi il y a quatre variations (Opus 1, 3, 5, et 9). Elles ont été publiées entre 1834 et 1837 à Milan par Giovanni Ricordi. Les thèmes sont de Vincenzo Bellini (1801-1835) pour l'opus 1 et 3, Gioachino Rossini (1792-1868) pour l'opus 5, et Saverio Mercadante (1795-1870) pour l'opus 9.

Sei Belliniane[modifier | modifier le code]

Couverture originale de la partie 1 de Le Rossiniane de Mauro Giuliani

À l'image de son père Mauro Giuliani qui a composé entre 1822 et 1828 six fantaisies ou "Rossinianas" (Le Rossiniane) sur des airs d'opéras de Gioachino Rossini (1792-1868), Emilia Giuliani Guglielmi a composé six fantaisies ou "Bellinianas" (Le Belliniane) sur des airs d'opéras de Vincenzo Bellini (1801-1835)[28]. Les Six Bellinianas ont été publiées à Milan par Giovanni Ricordi en 1834 (Belliniana n. 1) et 1835 (Bellinianas n. 2 à 6).

Les Préludes[modifier | modifier le code]

Les Six Préludes Op. 46 (Sei Preludj) sont publiés à par Artaria à Vienne en janvier 1841 (imprimés le 22 décembre 1940)[29] et sont dédiés au Conte Luigi Moretti (c. 1780-1850), guitariste et compositeur, membre de l'Accademia Filarmonica de Bologne. Il s'agit de la seule composition d'Emilia Giuliani publiée par le célèbre éditeur viennois et de sa dernière composition connue à ce jour.

Le deuxième Prélude semble reprendre des formules de Johann Sebastian Bach. Le troisième semble reprendre des formules du Caprice 15 Op. 20 de Luigi Legnani publié en 1822. Les Préludes 4 et 5 semblent être comme des prémonitions des Études 1 et 11 de Heitor Villa-Lobos composées près d'un siècle plus tard.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • Op. 1 - Cinque variazioni e finale sul tema, L'amo ah! l'amo, nell'opera I Capuleti e Montecchi del maestro Bellini. Milano : presso Gio. Ricordi, (novembre, décembre)[30] [1834]. Dedicate al sig.r Antonio Padiglione.
  • Op. 2.da - Belliniana n.1. ossia varii pezzi tratti delle opere di Bellini, ridotti e variati. Milano : presso Gio. Ricordi, (Lib. 2–4. octobre-novembre)[31] [1835]
  • Op. 3 - Variazioni su Ah perchè non posso odiarti (Bellini). Milano : presso Gio. Ricordi, 1836.
  • Op.a 4.a - Belliniana n. 2. Milano : presso Gio. Ricordi, [1835]. (Fa parte di: Belliniana : ossia varj pezzi tratti dalle opere del maes.o Bellini : opera 2.da / ridotti e variati per chitarra sola da Emilia Giuliani) [2]
  • Op. 5 - Variazioni su Non più mesta (Rossini) (septembre 1936)[32]
  • Op.a 6.a - Belliniana n. 3. Milano : presso Gio. Ricordi, [1835]. (Fa parte di: Belliniana : ossia varj pezzi tratti dalle opere del maes.o Bellini : opera 2.da / ridotti e variati per chitarra sola da Emilia Giuliani)
  • Op. 7.ma - Belliniana n. 4. Milano : presso Gio. Ricordi, [1835]. (Fa parte di: Belliniana : ossia varj pezzi tratti dalle opere del maes.o Bellini : opera 2.da / ridotti e variati per chitarra sola da Emilia Giuliani)
  • Op. 8.a - Belliniana n. 5. Milano : presso Gio. Ricordi, [1835] (Fa parte di: Belliniana : ossia varj pezzi tratti dalle opere del maes.o Bellini : opera 2.da / ridotti e variati per chitarra sola da Emilia Giuliani)
  • Op.a 9 - Variazioni per chitarra sopra un tema del m.o Mercadante. Milano : presso Gio. Ricordi, (juillet)[33] [1837]
  • Op. 10 - introuvable
  • Op. 11 - Belliniana n. 6. Milano : presso Gio. Ricordi, [1835]. (Fa parte di: Belliniana : ossia varj pezzi tratti dalle opere del maes.o Bellini : opera 2.da / ridotti e variati per chitarra sola da Emilia Giuliani)
  • Op. 12-45 - introuvables
  • Op. 46 (ou 48) - Six Préludes (Sei Preludj) (Vienne, 1841?) (6 Preludj p. Chitarra. Op. 48 . Wien, Artaria et Co. (Hofmeister: Musikalisch-literarischer Monatsbericht, avril 1843, p. 41)[33] [3]

Références, notes et citations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes et citations[modifier | modifier le code]

  1. Michael Lorenz: "New Light on Mauro Giuliani's Vienna Years", Vienne, 2015.
  2. a et b Nicoletta Confalone, Inseguendo Un'Ombra : Émilie Giuliani-Guglielmi Il Fronimo. 40.159, luglio 2012, p. 19.
  3. Ou en 1844 selon sa fiche GND
  4. a et b Voir Canfalone, p. 24.
  5. Lorenz, 2015.
  6. "Giuliani, Mauro." Encyclopedia of World Biography. 2005. Consulté le 16 novembre 2012 sur Encyclopedia.com : http://www.encyclopedia.com/doc/1G2-3446400079.html
  7. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_1996_num_26_93_3128
  8. Cimarusti, Thomas Michael, and Douglass Seaton. The Songs of Luigi Gordigiani (1806-1860) "Lo Schuberto Italiano". Thesis (Ph. D.)--Florida State University, 2007, 2007. p. 21.
  9. http://books.google.nl/books?id=XugsAAAAYAAJ&hl=fr&source=gbs_similarbooks
  10. Giornale delle Due Sicilie, 13 février 1828
  11. Peter Schleuning, Giuliani, Emilia, verh. Giuliani-Guglielmi, Sophie Drinker Institut, 2010. [1]
  12. Giornale delle Due Sicilie
  13. NICOLA GIULIANI, Mauro Giuliani, Ascesa e declino del virtuoso della chitarra, Cremona, Edizioni Il Salabue, 2005, p. 67.
  14. a et b LECLAIR, G. (2013). Emilia Giuliani Guglielmi: Nouvelles références et chronologie.
  15. Giuliani Guglielmi, Emilia, and Carlo Carfagna. Variazioni su un tema di Mercadante: op. 9. Ancona, Italy: Bèrben, 1989. Préface de Giovanni Antonioni.
  16. Holecek, Josef. Gitarretyder från 1800 - talet: (antologi). Göteborg: Univ., Musikhögskolan, Avd. för Musikvetenskap, 1996, p. 92.
  17. Jahrbücher Des Deutschen Nationalvereins Für Musik Und Ihre Wissenschaft, numéro 44, 29 octobre 1840. http://books.google.fr/books?id=qApDAAAAcAAJ&pg=PA352&lpg=PA352&dq=NationalVerein+giuliani&source=bl&ots=ZGZurNgJ-y&sig=URqt_-GvDvOjh2Nqchi5p4HSmxA&hl=fr&sa=X&ei=7mInUb7DAaO40QXF1oGACg&ved=0CDUQ6AEwAQ#v=onepage&q=NationalVerein%20giuliani&f=false
  18. Castelli 1840
  19. Allgemeine musikalische Zeitung, 1841
  20. a, b et c Bozóki Andrea. A magyar gitározás története a. 19. század végéig, 2009, p. 55. http://www.lisztakademia.hu/netfolder/public/PublicNet/Doktori%20dolgozatok/bozoki_andrea/disszertacio.pdf
  21. Wiener Theaterzeitung no. 43 (3 décembre 1850), p. 1144
  22. http://www.sophie-drinker-institut.de/cms/index.php?page=morra-nina
  23. http://www.sophie-drinker-institut.de/cms/index.php?page=bolzmann-franziska
  24. http://www.sophie-drinker-institut.de/cms/index.php?page=willemer-marianne
  25. Nadorp, Franz, and H. W. van Os. Der Zeichner Franz Nadorp, 1794-1876: ein romantischer Künstler aus Anholt : Werke aus dem Besitz der Fürsten zu Salm-Salm in Anholt. Rhede bei Bocholt: N.L. Fürst zu Salm-Salm, 1976. p. 107.
  26. Massimo Agostinelli et Danilo Prefumo, Il Conte Luigi Moretti, Portrait d'un compositeur, guitariste, auteur d'une méthode. Répertoire thématique de son œuvre, Il Fronimo. 37.148, ottobre 2009, p. 16-29.
  27. AmZ 1841: 201.
  28. http://mediatheque.cite-musique.fr/masc/?INSTANCE=CITEMUSIQUE&URL=/ClientBookLineCIMU/recherche/NoticeDetailleByID.asp
  29. Rosemary Hilmar: Der Musikverlag Artaria & Comp. Geschichte und Probleme der Druckproduktion. Schneider, Tutzing 1977, p. 161.
  30. http://www.hofmeister.rhul.ac.uk/2008/content/monatshefte/1834_11.html#hofm_1834_11_0091_06
  31. http://www.hofmeister.rhul.ac.uk/2008/content/monatshefte/1835_10.html#hofm_1835_10_0100_11
  32. http://www.hofmeister.rhul.ac.uk/2008/content/monatshefte/1836_09.html#hofm_1836_09_0083_24
  33. a et b http://www.hofmeister.rhul.ac.uk/2008/content/monatshefte/1837_07.html#hofm_1837_07_0083_19

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie à propos de Mauro Giuliani[modifier | modifier le code]

Bibliographie à propos de Emilia Giuliani[modifier | modifier le code]

Bibliographie à propos de Anna Giuliani[modifier | modifier le code]

Nicola Giuliani La sesta corda, vita narrata di Mauro Giuliani, edizioni Levante Bari 2008

Nicola Giuliani ascesa e declino del virtuoso del virtuoso della chitarra edizione il salabue Torino 2005

Bliographie à propos de Michele Giuliani[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Mauro Giuliani (1781-1829), guitariste et compositeur, père de Emilia Giuliani Guglielmi.
  • Michele Gordigiani (1835-1909), peintre, neveux de Emilia Giuliani Guglielmi.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :