Emil Georg Bührle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emil Georg Bührle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Activité
Enfants
Dieter Bührle (d)
Hortense Anda-Bührle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
River Landscape with a Ferry (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Emil Georg Bührle, né le 31 août 1890 à Pforzheim dans le Grand-duché de Bade (Empire allemand) et mort le 26 novembre 1956 à Zurich en Suisse, est un fabriquant d'armes suisse. Il est également un grand collectionneur d'art. Sa collection a été donnée à la Fondation et Collection Emil G. Bührle en 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emil Georg Bührle fait des études de littérature et d'histoire de l'art à l'Université de Munich, études qui l'amènent à découvrir les impressionnistes dès 1913. De 1914 à 1919, après avoir abandonné ses études, il devient officier de cavalerie pour l'armée impériale. En 1920, il épouse Charlotte Schalk, fille d'un banquier qui lui ouvre les portes de la Magdeburger Werkzeugmaschinenfabrik. E.G. Bührle est envoyé en Suisse et s'installe à Oerlikon dans la banlieue zurichoise où il perfectionnera la fabrication de canons dans la Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon, usine créée en 1906.

En 1929, il rachète la moitié des parts de la fabrique puis en 1939, la totalité[1].

En 1937, il est naturalisé suisse, en devenant bourgeois de Zürich[2]. Dès 1938, conseillé par le marchand d'art Fritz Nathan[3], il réunit une importante collection d'art : entre des ventes d'armes importantes et des achats d'œuvres à prix « cassés », la période lui est particulièrement favorable. En 1939, sa fortune est estimée à 8,5 millions de francs suisses ; en 1945, elle s'élève à 170,6 millions[1]. De ses achats des années 1939-1945, treize se révéleront plus que douteux[4].

En 1948 il acquiert Le Gilet rouge de Cézanne, l'année suivante La petite Irène de Renoir.

En 1952, le marchand de tableaux parisien Max Kaganovitch le persuade de s'intéresser à la jeune peinture abstraite. C'est alors qu'il crée le Prix Bührle, décerné en 1952 à Joseph Pressmane, peintre franco-ukrainien, en 1953 à Bill Parker, peintre américain (tous deux de l'Ecole de Paris).

À sa mort, il laisse deux enfants, Dietrich et Hortense, qui créent en 1960 la fondation Bührle.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L'Hebdo, le 23 septembre 1999
  2. « Emil Georg Bührle » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  3. Commission Indépendante d'Experts Suisse – Seconde Guerre Mondiale, La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale - Rapport Final (ISBN 3-85842-602-4, lire en ligne)
  4. Tribune de Genève, 10 février 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]