Emerald (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emerald.
Emerald
Description de l'image Logo Emerald Stivell.png.
Album de Alan Stivell
Sortie Drapeau de la France 22 octobre 2009
Enregistré Rennes, 2009
Durée 58 minutes (approx.)
Genre Musique bretonne
musique celtique
rock celtique
chanson bretonne folk rock progressif
Producteur Alan Stivell
Label Keltia III / Harmonia Mundi

Albums de Alan Stivell

Singles

  1. Brittany's (+ Lusk)
    Sortie : 2009

Emerald (Emrodez en breton, Émeraude en français) est le vingt-troisième album original d'Alan Stivell et son dix-neuvième album studio, sorti le . L'album célèbre les quarante ans de carrière d'Alan Stivell (« noces d'émeraude ») commencée avec Reflets (1970), son premier album chanté professionnel sorti sous le nom « Alan Stivell ».

Étapes de réalisation[modifier | modifier le code]

Concept[modifier | modifier le code]

Le titre de l'album est en anglais (plutôt qu'Émeraude en français ou Emrodez en breton) car Stivell trouvait qu'il sonnait mieux dans cette langue[1]. De plus, il est polysémique : au sens premier c'est le minéral et pierre précieuse d'émeraude, la couleur de la nature et pour les alchimistes, l'émeraude (dans laquelle on aurait taillé le Graal) perce les ténèbres et symbolise la régénération. Pour Alan Stivell, il s'agit aussi de noces d'émeraude, 40 ans après la sortie de son premier album professionnel Reflets[2], voir un clin d’œil à la côte d'Émeraude située près de son lieu de résidence. La couleur glaz (pays Glazik), un mot breton qui n'a pas d'équivalent en français (bleu-vert), est mise en avant dans le graphisme ; le vert, synonyme de naturel et d'équilibre, et le bleu, synonyme de fraîcheur et de liberté, peuvent également représenter l’optimisme, la sérénité, le calme, le bonheur, l’énergie, la réussite[3]. Il choisit de voyager à travers les pays celtiques, à travers le monde (Afrique, Inde, Amérique) et les courants musicaux qui l'ont influencé (rock, électro, traditionnel)[2].

De l'enregistrement à la présentation sur scène[modifier | modifier le code]

Dom DufF participe au chant à l'album

Alan Stivell fini son « travail-passion » de création le 30 juin 2009[4]. L'enregistrement mêle cornemuses acoustique et MIDI, de même que pour les harpes. Il utilise déjà la cornemuse MIDI dans son précédent album et concernant la harpe MIDI, il réussit à appliquer ce principe à son instrument dès 1987, sur la harpe douze cordes réalisée par Leo Goas[5]. Cependant, pour lui, « la réalité technologique n'avance pas aussi vite que les idées ou que la musique »[6]. La réalisation de l'album montre malgré tout l'évolution technologique depuis ses premiers enregistrements. Le mastering est effectué à Londres mi-juillet[7].

Le single Brittany's est disponible sur l'iTunes Store dès le 28 juillet[8]. L'album sort le 22 octobre. Il est présenté dans l'émission CD'Aujourd'hui le 29 octobre 2009 sur France 2[9]. En novembre, il donne un concert événement au Bataclan à Paris et une prestation au festival Yaouank à Rennes, avec la présence lors de ce grand fest-noz de Dom Duff[10]. Dès janvier, Alan Stivell et ses musiciens démarrent au Canada une tournée mondiale qui passe ensuite par la France, puis une rencontre de harpistes en Irlande au printemps, un voyage au Vietnam pour préparer une résidence avec des musiciens vietnamiens, présentée aux Tombées de la Nuit à Rennes en juillet[11]. Au début de 2011, à la suite du MIDEM à Cannes, l'album est distribué dans plusieurs pays européens[12].

Réception dans les médias[modifier | modifier le code]

Alan Stivell est l'invité d'honneur de l'émission On va s'gêner présentée par Laurent Ruquier sur Europe 1 le 27 janvier 2011, au cours de laquelle Brittany's est diffusé[12]. Dans l'émission Taratata, diffusée le 17 mai 2011 sur France 2, il interprète Brittany's avec ses musiciens et Robert Le Gall[13]. En conclusion de l'interview, le présentateur Nagui déclare à propos de l'album Emerald : « ce bijoux est signé par ce diamantaire qu'est Alan Stivell. »[14].

Dans Télérama, Eliane Azoulay écrit : « Toutes les facettes du polymorphe prince des musiques celtiques sont ici représentées. Le retour aux sources traditionnelles comme l'avant-garde électro, les douceurs folk comme les véhémences rock, le mélange des langues »[15]. Yves Pouchard, dans Le Parisien, estime que « Stivell a une nouvelle fois su conjuguer techniques électroniques d'aujourd'hui et tradition avec, entre autres, l'époustouflant mix « Kan-ha-diskan » (chant à répondre), ou les voix galloises et le piano de la suite « Mac Crimon ». La fougue de cet album doit sans doute beaucoup à la pérennité de la formation »[16].

La revue Musique bretonne compare cet opus au précédent et aux disques des débuts : « Les morceaux sont joués plus droit. Il y a davantage de présence, de matière, dans l’ensemble pour les oreilles. Cette production cohérente s’appuie sur de bons musiciens. On retrouve avec plaisir ces associations de timbres qui ont fait les grandes heures du phénomène musical improbable advenu dans les années 1970 avec Alan Cochevelou. Le plaisir évident de la harpe au premier plan et celui du chant. Plijadur a-leizh ! »[17]. Yann Bertrand, l'auteur de la chronique, poursuit avec une autre comparaison : « On pourra penser à la Symphonie celtique avec l’arrangement et l’intervention de l’Ensemble chorale du Bout du Monde sur Mac Crimon ».

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Analyse des chansons[modifier | modifier le code]

Brittany's - Ar Bleizi mor (« De Bretagne - Les loups de la mer ») 
Les paroles écrites par Stivell placent la Bretagne comme un acteur du monde et rappellent le sens de son existence. Il est question de la mer comme trait d’union des pays celtiques, mais aussi la langue comme trait d’union entre les peuples puisque Alan Stivell mélange le breton, l’anglais, le français et le gaélique[18]. La musique et l'interprétation présentent un côté breton assez « ethnique », rassembleur autour d'une joie partagée ; « j'avais envie de proposer une chanson qu'on peut reprendre en chœurs comme le Bro gozh, dans les stades..., ou en bis, à la manière d'un Tri martolod »[19]. Cela s'exprime par exemple par l'influence de la « gamme vannetaise », le balancement, les anticipations, les ornementations des marches traditionnelles des sonneurs de couple, l'influence du rock anglais et pour les paroles une couleur irlandaise[20]. Le début est un assemblage « fantaisiste » de mots piochés dans un mélange de langues celtiques, ce qui évoque sa vision du monde celte[21]. Les assonances en d rendent le début dansant et l'emploi de la flûte irlandaise, du violon et de la bombarde en fait une sorte de nouvel hymne. « Océanais on est », les citoyens de la mer, pourrait être sa devise, car ça exprime à quel point, pour un marin, sa patrie c'est la mer (c'est-à-dire le monde mais c'est aussi son pays, la Bretagne). Le refrain (« Ar Bleizi mor… ») est directement inspiré des chants bretons qu'il chantait chez les scouts Bleimor (« loup de mer »)[22]. Au dernier couplet, il revient au breton à des quasi-onomatopées qui ont quand même un sens.
Une adaptation pour cornemuse de The Skye Boat Song
Ruines du château de Duntulm sur l'île de Skye, siège du clan Mac Donald au XVIIe siècle.
Lusk 
Adaptation de l'air écossais Skye Boat Song (en) et des paroles en breton Luskell va bag de Yann Kerlann, avec une traduction libre en français en sous-titre : « Swing ma barque, vers Skye ». Cette ballade raconte l'échappée du prince Bonnie Charles vers l'île de Skye, grâce à l'aide de la jeune Flora McDonald, après sa défaite à la bataille de Culloden en 1746 : c'est la fin des espoirs de restauration de la lignée des Stuarts sur les trônes d'Écosse et d'Angleterre[23]. Dans les paroles, Stivell joue avec les deux noms gaéliques de ce chant, pour rappeler son origine de l'île de Skye, mais aussi avec l'onomatopée la plus utilisée dans les Hébrides, hirio, qui signifie en breton « aujourd'hui »[24]. Il revendique aussi « une ligne mélodique inspirée librement des vieux chants de travail, les chants « sauvages » de la région, remontant ses racines à l'an mille av. J.-C., et se reliant au monde asiatique et extra-occidental, on peut y déceler aussi le relent des marches ternaires écossaises »[25].
Marionig 
Déclinaison en slow d'un thème mélodique autrefois sonné dans des concours de bagadoù[26]. Les paroles sont un hommage à Marion du Faouët (Marionig ar Faoued, 1717-1755)[27], chef d'une bande de voleurs de grand chemin qui ne versaient pas le sang et épargnaient les pauvres, partie en guerre contre les Prévôts du roi de France[28] ; une « super Robin des Bois féminine de mon coin de Bretagne » pour le chanteur[29].
Tamm ha tamm (« Peu à peu ») 
Le chant débute avec un écho comme dans les montagnes mais où les tempi hypnotiques de la danse bretonne kost ar c'hoad, proche de la gavotte, sont bien présents. Puis, le dialogue en kan ha diskan fait apparaître le chanteur Dom DufF à la fin de l'Appel à la danse, un peu en surprise[30]. Le chant exprime l'une des préoccupations essentielles pour Stivell : la nécessité de la réunification de la Bretagne, le fait que Nantes (ancienne capitale du duché de Bretagne) doit être, d'évidence, une des trois « capitales » bretonnes, avec Rennes et Brest[n 1],[31]. Il utilise la harpe pour le thème instrumental mais elle prend également le rôle de guitare électrique solo, qu'elle remplace totalement.
Avec sa harpe électrique, il utilise des pédales d'effets, de distorsion, boucle, delay.
Gaels' call (Glaoch na nGael
« L'appel des Gaëls » (Galv ar gouezel), « "jig binaire et normale" et round pagan », très rock et subtilement électro. La partie percussions du milieu mêle la harpe qui prend un son de guitare électrique, la cornemuse midi électronique et traditionnelle, la batterie de Marcus Camus jouée en « rebondissements » à la caisse claire écossaise d'Iwan Ellien du Bagad Gwengamp.
Harplinn 
Morceau improvisé de harpe, entre inspiration celtique et jazzy (avec parfois des illusions de contrebasse) que Stivell présente ainsi : « Mon impro solo en re-recording sur le proto « Solid body » (sans caisse de résonance) coélaboré avec Camac. Je joue 2 mesures de basse que je mets en « boucle », puis mon thème Plinn à l'aigu. Puis l'impro la plus libre qui soit. »[32]
Goadec Rock 
« Le rock des Goadec, elles-mêmes un rock des montagnes d'Argoad » ; une réinterprétation d'une danse plinn en hommage aux chanteuses qui l'ont le plus influencé, où le rythme et la transe de ces danses sont associés à la musique rock, clin d'œil à la fusion déjà présente dans Pop Plinn en 1971[33].
Eibhlin (Eibhlin a Ruin / Eileen Aroon)
« Viendras-tu Eileen, amour ? », chant gaélique d'un dialogue d'un homme et d'une femme, celle-ci qui se trouve déchirée entre sa famille et son amour. « Je me suis souvenu du premier chant gaélique écouté sur le vieil électrophone paternel, un disque de Mary O'Hara qui s'accompagnait de la harpe irlandaise cordée nylon ou boyau. Sans le vouloir spécialement, mon arrangement met en exergue à quel point le « sean nós », le chant traditionnel gaélique, peut faire penser à l'Inde, ou d'autres fois à la Chine. »[4]
Aquarelle / Er penn all d'al lanneg 
En ouvrant au hasard la revue Al Liamm, Alan tombe sur le poème O terriñ kleuz (« Autour du talus ») de Jakez Konan (1910-2003) qu'il chante pour s'amuser sur le thème instrumental An hader qu'il connaissait depuis longtemps sans avoir eu l'occasion de l'enregistrer. Et comme le poème « collait parfaitement », il l'enregistre d'une voix douce à laquelle se joignent violon, harpe, guitare acoustique 12 cordes[4].
An hirañ noz (« Longue nuit d'hiver ») 
Chant qui s'inspire du traditionnel gallois Ar Hyd y Nos (en) (All Through the Night en anglais, A-hed an noz en breton)[34] avec une interprétation telle une berceuse ; l'introduction s'inspire du penillion gallois, une tradition qui consiste à jouer à la harpe un morceau et improviser un chant en superposition. Ce chant nocturne intime est ouvert sur les rêves des enfants et l'espoir timide des adultes, à Noël ou au creux de la nuit du solstice d'hiver[35].
Représentation d'un "Mac Cruimin" du clan Mac Leod (île de Skye) par R. McIan en 1845
Mac Crimon 
Trois versions inspirées du thème de Klemmgan Mac Crimon de Roger Abjean qu'il a arrangé et réécrit les paroles[n 2]. Cet air traditionnel le hante depuis l'enfance, depuis qu'il l'entendit sonné dans la forêt par son ami Gwennole Ar Menn (disparu en 2009) lors de camps scouts Bleimor ; souvenir aussi des enregistrements d'une chorale du Léon, « Kanerien Bro-Leon » et plus tard leur interprétation de l'adaptation du compositeur classique Paul Ladmirault[36].
Le rythme est hypnotique, avec une influence electro dans la méthode mais en même temps très "environnementale" dans l'application. En effet, le frottement régulier de deux galets (rythme immémorial des origines), ainsi qu'un mélange de bourdons de piob-mhor (grande cornemuse) et de nappes, contrastent dans leur horizontalité sans aspérité. Ce rythme plutôt binaire permet aussi un relief très contrasté avec ce qui va se superposer. La grosse caisse qui arrive rappelle celle du pipe-band, en évoquant des percussions amérindiennes. Le rythme contraste du très lent au très rapide : le Urlar (Arleur), thème de base du piobaireachd, d'un bout de Lemluath (lammlusk), puis d'un bout de Crunluath (krommlusk), des variations basées sur la quadruple-croche. Il reprend les variations Urlar et Taorluath dans la partie III[4].
Ses interventions chantées arrivent de temps en temps comme un commentaire, presque un sous-titrage. Elles sont basées sur les mêmes thèmes, mais pas du tout en unisson avec la cornemuse, décalé dans l'espace (voix plus proche de nous), dans le temps, sans tenir compte l'un de l'autre à l'enregistrement, mais suivant simplement le même balancement. Étant forcément sur la même gamme, le tout s'enchevêtre à la manière d'un entrelac. La harpe est utilisée de manière assez discrète, parfois des « tenues » influencées par la mandoline, parfois une partie de basse, plus tard, l'évocation d'un piobaireachd avec la partie Crunluath de Cha till Mac Cruimein (« MacCrimmon will never return »)[19]. Le piano évoque des sonorités anciennes et une manière très droite sur le temps, contrastant avec les mélodies interprétées très "en l'air". Dans l'avant dernière intervention, il joue lui-même au piano de manière plus libre. L'ensemble choral du bout du Monde interprète également le chant breton sur le temps, comme écrit par Paul Ladmirault et à peu près comme l'interprétaient les Kanerien Bro Leon. Il joue encore avec d'autres contrastes : son interprétation rejoint le final solo de la cornemuse, avec des intervalles proches de la gamme pythagoricienne, il aime le « fromtement » de certaines notes comme dans le blues, entre des interprétations tempérées et les siennes[37].

Pochette[modifier | modifier le code]

Gérald Nimal est le graphiste et designer de l'album : couleur émeraude, volutes celtiques (triskell), rappel de l'île d'Avant d'accoster (Before landing), lettres toujours dans un esprit computer, photographies prises en live. Il avait d'abord travaillé (à la demande du tourneur Antoine Crespin) sur une affiche qu'aimait Alan Stivell, qui lui proposa de réaliser la pochette et le livret[38].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des morceaux[modifier | modifier le code]

No Titre Durée
1. Brittany's (Ar bleizi mor) 5:56
2. Lusk (Skye Boat Song) 4:08
3. Marionig (à propos de Marion du Faouët) 3:29
4. Tamm ha tamm (Rennes, Nantes & Brest) 3:16
5. Gaels' Call (Glaoch na nGael) 6:07
6. Harplinn 4:13
7. Goadec Rock (en référence aux Sœurs Goadec) 5:17
8. Eibhlin (Eileen a Roon) 6:52
9. Aquarelle (Er penn all d'al lanne) 3:44
10. An hirañ noz (Noël, Espoir / Ar hyd y nos / All Through The Night) 4:41
11. Mac Crimon (9.12) (part I) 2:23
12. Mac Crimon (9.12) (part II) 4:51
13. Mac Crimon (9.12) (part III) 2:58
57:55

Crédits[modifier | modifier le code]

  • 1, 4 : Alan Stivell / Traditionnel, arrangement Alan Stivell
  • 2 : Yann Kerlann (paroles), sauf partie gaélique par Alan Stivell / Traditionnel, arrangement Alan Stivell
  • 3 : Traditionnel, arrangement Alan Stivell
  • 5, 6 : Alan Stivell
  • 7, 8 : Traditionnel / Traditionnel, arrangement Alan Stivell
  • 9 : Jakez Konan / Traditionnel, arrangement Alan Stivell
  • 10 : Alan Stivell - John Ceiriog Hughes, Harold Bolton, Taldir / Traditionnel, arrangement Alan Stivell
  • 11, 12, 13 : Alan Stivell / Alan Stivell - Traditionnel, arrangement Alan Stivell

Équipe artistique[modifier | modifier le code]

Équipe technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation, arrangements, programmation : Alan Stivell
  • Enregistrement : Laurent Dahyot (Studio des Sports, Rennes, 35)
  • Mixage : Julien Birot (Futur Acoustic, Paris)
  • Mastering : Mike Marsh (Londres)
  • Graphisme et dedign : Gérald Nimal (Ille-et-Vilaine)
  • Photos : Paul Evrard, Gérard Classe, Nelly Aupy et tirées de la collection personnelle d'Alan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tamm ha tamm, forum officiel, Traduction du breton « Nous sommes restés des petits enfants, dont les Français ont étouffé la volonté en leur laissant régler les choses dans notre vie. Peu à peu, heureusement, est changé notre sentiment. Maintenant est en nous l'envie de bien garder cette maison »
  2. Les Mac Crimmon (en) était une famille de sonneurs attachés aux chefs de clan Mac Donaill sur l'île de Skye. Ce sont eux principalement qui ont développé, au XVIIe siècle, le « Ceol Mor » (la « grande musique ») appelée également « piobaireachd » qui signifie « musique de cornemuse » ; une musique où les variations répétitives, comme les gammes, rappellent davantage les ragas indiens que la musique baroque européenne, où le temps semble s'arrêter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ronan Le Flécher, Noces d'émeraude pour Alan Stivell : il fête ses 40 ans de carrière avec un album et une tournée, Agence Bretagne Presse, 28 octobre 2009
  2. a et b Régis Le Sommier, « Alan Stivell, le druide de la musique celtique », Paris Match, 25 novembre 2009
  3. Signification de la couleur "Vert", toutes-les-couleurs.com
  4. a b c et d Citations issues du site officiel d'Alan Stivell consacré à l'album en 2009.
  5. Bertrand 2010, p. 21
  6. Bertrand 2010, p. 25
  7. pochette de l'album
  8. Fanch Broudic, Le 23e CD d'Alan Stivell, blog "Langue bretonne", 14 octobre 2009
  9. Alan Stivell : Emerald, CD'Aujourd'hui, 29 octobre 2009, france2.fr
  10. Yaouank 2009. 7.000 participants au fest-noz géant de Rennes, Le Télégramme, 22 novembre 2009
  11. Alan Stivell, l’homme de la mer : Nouvel album, Emerald, RFI Musique, 14 décembre 2009
  12. a et b On va s’gêner ! - 27/01/11, europe1.fr, consulté le 29 juin 2015
  13. [vidéo] Brittany's", Émission "Taratata" n°385 du 17 mai 2011 (Spécial Celtique)
  14. [vidéo] Interview Alan Stivell, Émission "Taratata" n°385 du 17 mai 2011
  15. Eliane Azoulay, Emerald, Télérama, n° 3122, 14/11/2009
  16. Yves Pouchard, Les noces d'émeraude d'Alan Stivell, Le Parisien, 22 octobre 2009
  17. Bertrand 2010, p. 218
  18. Guillaume Lhénaff, Brittany’s – Ar Bleizi mor, Khimaira, 29 juillet 2009
  19. a et b Bertrand 2010, p. 22
  20. Bourdelas 2012, p. 292, citation d'Alan Stivell
  21. Paroles Brittany's (Ar Bleizi Mor), Lyric Wiki
  22. Ar Bleizi-Mor (Les Loups de Mer) ; paroles et notes du chant collecté par Jean-Marie de Penguern
  23. Skye Boat Song, cornemusique.free.fr
  24. Paroles Lusk, Lyric Wiki
  25. Bourdelas 2012, p. 294-295
  26. Gérard Simon, Alan Stivell embrase les Nuits Salines à Batz-sur-Mer, Culture & Celtie pour l'Agence Bretagne Presse, 30 juillet 2010
  27. Evain Brice, « La seconde vie de Marion du Faouët », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, janvier 2014 (n° 121-1), p. 85-113
  28. Paroles Marionig, Lyric Wiki
  29. Bourdelas 2012, p. 291
  30. Guillaume Lhénaff, Emerald, Khimaira, 29 juillet 2009
  31. Philippe Argouarch, « Alan Stivell : Encore plus fort », Agence Bretagne Presse, 20 août 2009
  32. Bourdelas 2012, p. 295
  33. Patrice Elegoet et Francis Favereau (dir.), La musique et la chanson bretonnes : de la tradition à la modernité, ANRT, thèse en études celtiques à l'Université de Rennes 2, , 468 p. (ISBN 2729569871), p. 150
  34. Paroles A-hed an noz (Au long de la nuit)
  35. Cf. le sous-titre « Noël, Espoir / Longue nuit d'hivers, les enfants rêvent, les grands espèrent »
  36. Bourdelas 2012, p. 296
  37. Bourdelas 2012, p. 297
  38. Bourdelas 2012, p. 290

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]