Emanuel Nobel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emanuel Nobel
Emmanuel Nobel by Valentin Alexandrovich Serov.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Jakob (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Activités
Famille
Père
Fratrie
Carl Nobel (d)
Marta Helena Nobel-Oleinikoff (en)
Anna Maria Elisabeth Sjögren (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction
Nobel grav 2009.jpg
Vue de la sépulture.

Emanuel Nobel (-), est un membre de la famille Nobel, fils de Ludvig Nobel et de sa première femme, Mina Ahlsell Nobel. Il était le neveu d'Alfred Nobel, petit-fils d'Immanuel Nobel et descendant d'Olaus Rudbeck.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père, en 1888, Emanuel se chargea de la direction de la compagnie pétrolière de la famille Nobel, Branobel, un empire pétrolier qui était basé à Bakou et l'une des plus grandes compagnies pétrolières de l'Europe, dont Emanuel avec ses frères et sœurs detenait la majorité du capital. Le frère d'Emanuel, Carl Nobel fut chargé de l'usine Ludvig Nobel de fabrication de moteurs (Machine-Building Factory Ludvig Nobel)[1].

Le collectionneur[modifier | modifier le code]

Comme son père, Emanuel Nobel était un collectionneur avide et la résidence de la famille Nobel à Saint-Pétersbourg, ainsi que leur propriété d'été, Kirjola, abritaient l'une des plus importantes collections d'œuvres de Fabergé et de travaux de peintres russes, après la collection impériale des Romanov. Une partie considérable de la collection de Saint-Pétersbourg put être sauvée des Bolsheviks, ainsi que les objets qui décoraient Kirjola, lesquels furent renvoyés en Suède avant le bombardement de la propriété pendant la guerre d'Hiver russo-finlandaise, en 1940.

Dernières années[modifier | modifier le code]

L'éclosion de la Révolution russe força Emanuel à fuir la Russie pendant l'été 1918. Après la confiscation des biens de la famille Nobel, Emanuel s'éloigna progressivement des affaires de la famille. Il ne se maria jamais et décéda en 1932[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tolf, Robert (1976): The Russian Rockefellers : the saga of the Nobel family and the Russian oil industry Hoover Institution Press, Stanford University, p. 109. (ISBN 0-8179-6581-5)
  2. Daniel Yergin, The Prize: the Epic Quest for Oil, Money and Power, Free Press, 2003, p. 237. (ISBN 0-671-79932-0)