Elysium (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Elysium.
Ne doit pas être confondu avec Elyseum.
Elysium
Description de l'image Elysium-temp-logo-wide-560x282.jpg.

Réalisation Neill Blomkamp
Scénario Neill Blomkamp
Acteurs principaux
Sociétés de production Alphacore
Media Rights Capital
QED International
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Durée 109 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Elysium est un film de science-fiction américain écrit, produit et réalisé par Neill Blomkamp, sorti en 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au XXIIe siècle, la population humaine riche vit désormais dans une station spatiale baptisée Elysium.

Un ouvrier qui a été gravement irradié apprend qu'il ne lui reste plus que quelques jours à vivre. Il met à profit ce court laps de temps pour tenter de se rendre sur Elysium, car des cabines médicales y ont été installées, permettant la guérison de toutes les maladies existantes.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

XXIIe siècle. La Terre est rongée par la maladie, la pollution et la surpopulation ; la violence est omniprésente. La fraction la plus riche de la population s'est réfugiée au sein d'une station orbitale, Elysium, où se trouvent des medbox, cabines médicales permettant une régénération instantanée des cellules du corps. Max, un orphelin, rencontre dans une institution la jeune Frey, et lui promet qu'un jour tous deux iront s'établir sur la station. Afin de réunir l'argent nécessaire, Max entame une carrière de délinquant.

2154. Vivant à Los Angeles transformée en gigantesque favela, Max, devenu adulte, n'a pas oublié son rêve et tente d'économiser assez d'argent pour s'offrir un billet sur une navette clandestine à destination de la station. Un jour, trois navettes non répertoriées transportant des Terriens malades décollent de la Terre et s'approchent d'Elysium. Passant outre la loi, la secrétaire à la Défense Delacourt contacte un de ses exécutants terrestres, Kruger, et lui ordonne de détruire les navettes. Ce dernier se rend à sa « planque », s'arme d'un lance-missiles et fait feu, détruisant deux des trois navettes dans l'espace, la troisième n'échappant au missile qui la suit que grâce à l'habileté de son pilote. La navette se pose et ses occupants se ruent dans les villas environnantes pour y trouver des medbox, mais tous finissent par être capturés. Ils sont réunis dans un vaste hangar avec beaucoup d'autres en attendant qu'une navette les ramène sur Terre.

Travaillant dans une usine de fabrication de droïdes, Armadyne, Max, en allant travailler, fait une plaisanterie à des robots-policiers qui n'apprécient pas et lui brisent un bras. À l'hôpital, il se fait soigner par Frey, devenue infirmière. En rentrant chez lui, Max rencontre son ami Julio, qui vante son passé légendaire de délinquant et lui propose de participer à un vol de voitures, mais Max a tiré un trait sur cette vie-là.

Le lendemain, Delacourt doit répondre de ses actes devant une commission dirigée par le président Patel. Ce dernier, qui n'approuve pas du tout ses méthodes, menace de la démettre de ses fonctions au prochain incident. Kruger, quant à lui, est révoqué. Delacourt s'adresse alors en secret au milliardaire John Carlyle, le concepteur du système d'exploitation d'Elysium (et PDG d'Armadyne) afin qu'il truque son programme pour être désignée présidente aux élections suivantes. Se voyant promettre un contrat de 200 ans sans autres conditions, ce dernier accepte.

Pendant ce temps, Max est gravement irradié à la suite d'un accident à son travail. Se sachant condamné à brève échéance, il retrouve Spider (pour qui il a déjà travaillé), l'homme qui gère les vols clandestins vers Elysium et lui offre ses services en échange d'un accès à la station pour s'y soigner. Spider lui confie l'enlèvement d'un riche élyséen pour pirater ses données bancaires (Max choisira Carlyle, pour se venger de l'avoir vu le mépriser après son accident) et l'équipe d'un réseau neural externe relié à un exosquelette afin de pallier son affaiblissement musculaire prononcé.

À l'aide de quelques hommes fournis par Spider, Max abat la navette personnelle de Carlyle (qui se rendait sur Elysium avec le nouveau programme) mais ce dernier est mortellement blessé dans l'affrontement entre ses droïdes de sécurité et l'équipe de Max. Ce dernier parvient tout de même à copier ses données cérébrales, intégrant sans le savoir le programme destiné à prendre le contrôle d'Elysium, que Carlyle, prudent, a auparavant crypté avec un programme de protection létal pour le porteur des données. Sur Elysium, Delacourt, qui a appris qu'il s'agissait d'un piratage de données et craignant que le programme ne lui échappe, réactive secrètement Kruger et deux de ses agents. Ce dernier ne tarde pas à se rendre sur les lieux de l'attaque et provoque la mort de l'équipe de Max (dont son ami Julio, qui participait à l'expédition).

Blessé par Kruger qui le poursuit sans relâche, Max trouve refuge dans la maison de Frey qui le supplie d'emmener sa fille, mourante d'une leucémie. Max est contraint de refuser car il est lui-même en danger de mort et ne veut pas lui faire courir de risques. Max se rend peu après chez Spider (qui lui apprend que le ciel de Los Angeles est verrouillé depuis l'attaque : aucune navette ne peut plus décoller) et lui livre les données, mais ce dernier se rend compte que le cryptage n'est pas anodin : il s'agit d'une mise à jour de l'ordinateur central d'Elysium : Max a le pouvoir de faire de chaque Terrien un habitant d'Elysium.

Pendant ce temps, Kruger, toujours à la recherche de Max, capture Frey et sa fille, qu'il sait avoir hébergé Max. Voulant à tout prix rejoindre Elysium et contre l'avis de Spider, Max se livre, promettant les données à Kruger à condition qu'il les emporte à Elysium, Kruger possédant le seul vaisseau pouvant passer outre l'interdiction de vol. Pour plus de sûreté, Max dégoupille une grenade avant d'entrer dans le vaisseau et menace de faire exploser sa tête, ce qui détruirait les données.

Alors que l'équipage de Kruger tente de le maîtriser peu avant l'arrivée sur la station, Max fait exploser sa grenade, qui arrache le visage de Kruger et provoque le crash de la navette et la capture de Max. Frey s'enfuit avec sa fille et constate avec dépit que sans code, les medbox refusent de la soigner. Frey est reprise par Kruger que ses hommes ont sauvé grâce à une medbox et équipé d'un exosquelette plus puissant.

Une fois l'interdiction de vol levée, Spider s'introduit à Elysium et retrouve Max, qui s'apprête à se faire extraire les données par des techniciens d'Elysium, mais se libère et les mets K.O. Delacourt est furieuse contre Kruger qui n'a pas respecté son contrat impliquant une certaine discrétion dans ses actions. Se sachant plus puissant et connaissant le secret enfoui dans la mémoire de Max, Kruger tue Delacourt, ambitionnant de s'emparer d'Elysium, avant de se lancer à la poursuite de Max ; lui et ses hommes sèment le chaos et la destruction sur leur passage. Alors que l'un d'eux s'apprêtait à tuer Frey, Max tue les deux hommes de main de Kruger, avant d'envoyer son amie rechercher une nouvelle medbox, lui jurant de la retrouver plus tard une fois qu'il aura pris le contrôle de la station.

Spider et lui sont interceptés par Kruger qui manque de tuer Max. Ce dernier arrive à tuer son adversaire après un long duel avant de s'enfermer avec Spider dans la pièce où se tient l'ordinateur central d'Elysium. Spider connecte Max mais il se rend compte que le téléchargement des données va tuer son ami à cause du programme de protection ; aucune medbox ne pourra soigner les dégâts faits à son cerveau. Après un dernier contact radio avec Frey, Max déclenche la mise à jour.

Les services de sécurité ouvrent finalement la porte mais la station entière est réinitialisée : tous les humains sont désormais considérés comme étant des citoyens d'Elysium. Les robots de sécurité refusent d'arrêter Spider en raison de sa citoyenneté nouvelle. Frey voit avec joie la medbox accepter de soigner sa fille pendant que des flottes de navettes médicales s'envolent pour aller soigner la population terrestre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : version française (VF) sur AlloDoublage[4]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En , la société de production indépendante Media Rights Capital rencontre les plus grands studios pour présenter les storyboards du film, faits par Neill Blomkamp. Sony Pictures acquiert immédiatement le projet[5].

Neill Blomkamp déclare dans une entrevue au Comic-Con que le budget du film serait de 90 000 000 de dollars[6]. Une somme considérable par rapport à son premier film à succès District 9 (2009) valant 35 000 000 de dollars pour encaisser environ 211 000 000 de dollars dans le monde entier.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute à Vancouver au Canada, en , avant que l'équipe de la production s'envole pour le Mexique[7].

Sortie[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

La première bande-annonce survient en représentant une fausse publicité et la deuxième, en novembre de la même année, montre une vidéo utilisant la technique de la « caméra à l'épaule » (la Shaky camera) dévoilant une bête singulière abandonnée sur la route[8].

Critique[modifier | modifier le code]

Selon Cinema Teaser, « il s’agit avant tout d’un film dense, confiant en l’intelligence de son public ». En effet, « Blomkamp a la malice de faire de son troisième acte un exemple d’ambiguïté, poussant le spectateur à réfléchir sur ce qu’il vient de voir. Sans trop en révéler : les événements concluant Elysium s’affirment-ils en fugace note d’espoir ou en cache-misère digne d’un certain paternalisme colonialiste ? Blomkamp laisse la réponse à tout un chacun »[9].

Laurent Dandrieu trouve le film « décevant » et reposant « sur l’idée démente qu’il suffirait d’appuyer sur un bouton pour que tout le monde soit riche et heureux, ce que seule la malignité des méchants empêche »[10].

Dans Le Figaro Magazine, Valérie Lejeune note : « Esthétique en diable, bourré d'effets spéciaux et de bonnes intentions, mais aussi de violence, Elysium se laisse voir sans déplaisir »[11].

Dans Kritikat, Matthieu Santelli déplore [12] « ça faisait longtemps qu’on avait pas vu un blockbuster aussi catastrophiquement raté ».

Box-office[modifier | modifier le code]

Elysium est sorti le et a rapporté 29 807 393 dollars lors de sa première fin de semaine d'exploitation aux États-Unis[13].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
États-Unis et Canada 92 370 045 $[13] 9
France 1 501 035 entrées[14] 7
Monde 276 970 045 $[13] -

Le film récolte 11 088 228 de dollars au jour de sa sortie aux États-Unis, en se classant numéro un[15]. Le , il remporte 55 914 000 dollars au box-office national et 37 700 000 dollars internationalement pour un total mondial de 93 614 000 dollars[16].

En France, il gagne immédiatement la première place avec 608 085 entrées[14] en une semaine, qui fait descendre Insaisissables (Now you see me) de Louis Leterrier à la troisième place avec plus 2 000 000 d’entrées depuis trois semaines ; derrière lui se trouve Percy Jackson : La Mer des monstres (Percy Jackson and the Olympians: The Sea Monsters) de Thor Freudenthal qui a su attirer 549 325 spectateurs[17].

Distinction[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Sharlto Copley étant de nationalité sud-africaine, le drapeau de son pays est nettement visible sur le flanc de la navette de Kruger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=182991.html
  2. (en) Elysium sur l’Internet Movie Database - voir section Details
  3. Civil Cooperation Bureau, dont le slogan est Stop civil disturbance before they start.
  4. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 15 août 2013
  5. Aurélien Allin, « Sony se paie l’Elysium de Neill Blomkamp », sur Cinemateaser, (consulté le 10 janvier 2013)
  6. « Neill Blomkamp parle d'Elysum à la Comic Con »
  7. Pierre-Éric Salard, « Sony aime Elysium », sur Fantasy.fr, (consulté le 10 janvier 2013)
  8. Louis Lepron, « Trois ans après District 9, Neill Blomkamp parle enfin d'Elysium », sur Vodkaster, (consulté le 10 janvier 2013)
  9. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-182991/critiques/presse/
  10. Laurent Dandrieu, « Cinéma: les sorties de la semaine du 22 août », Valeurs actuelles, (consulté le 26 août 2013)
  11. Valérie Lejeune, « Elysium - À tore et à travers », Le Figaro Magazine, semaine du 9 août 2013, page 81.
  12. « elysium », sur critikat, (consulté le 22 novembre 2014)
  13. a, b et c Anonyme, « Box Office Mojo - Elysium », sur Box Office Mojo, (consulté le 18 octobre 2013)
  14. a et b Anonyme, « Box Office France - Elysium », sur JP-Box-Office, (consulté le 18 octobre 2013)
  15. (en) Anonyme, « August 9-11, 2013 Weekend », sur Box Office Mojo, (consulté le 22 août 2013)
  16. (en) Anonyme, « Elysium (2013) », sur Box Office Mojo, (consulté le 22 août 2013)
  17. Anonyme, « Box-office France : "Elysium" en orbite, "Lone Ranger" à la peine… », sur AlloCiné, (consulté le 22 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]