Elyès Jouini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Elyès Jouini (arabe : إلياس الجويني), né le 5 janvier 1965 à Tunis[1], est un universitaire et homme politique franco-tunisien.

Il est fellow de la Société d'économétrie, membre de l'Institut universitaire de France et membre correspondant de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours académique et professionnel[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Pierre-Mendès-France de Tunis puis au lycée Sainte-Geneviève à Versailles[2], il est reçu en 1984 à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm à Paris puis décroche une maîtrise de mathématiques de l'université Paris-Diderot ainsi qu'un DEA de mathématiques appliquées aux sciences économiques en 1986 de l'université Paris-Dauphine[3]. En 1987, il est reçu major au concours d'agrégation de mathématiques[4]. Il obtient également un PhD en mathématiques appliquées de l'université Panthéon-Sorbonne[5].

Il est professeur au lycée Sainte-Geneviève en 1985-1986, à l'âge de vingt ans[2]. En 1987, il rejoint le laboratoire d'économétrie de l'École polytechnique et ce jusqu'en 1997[2]. Il enseigne par ailleurs en tant que professeur à l'université Panthéon-Sorbonne et à l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (1992-2000), et en tant que professeur associé à l'université de Tunis (1992-1996) et à la Stern School of Business de l'université de New York (1998-2000)[2].

En 2000, il rejoint l'université Paris-Dauphine en tant que professeur, assurant les fonctions de vice-président à partir de 2005, de directeur de la 'House of Finance dès 2003[2],[6] ainsi que du master en gestion d'actifs[7]. En 2011, il se retire temporairement dans le cadre de son entrée au gouvernement[8],[9]. Il préside également la Fondation Dauphine[10].

Il est nommé en 2003 à l'Institut universitaire de France[2], en 2012 comme fellow de l'Institute of Labor Economics[11], en 2017 comme fellow de la Société d'économétrie[12] et en 2020 comme membre correspondant de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts[13].

Elyès Jouini a été membre au Haut Conseil de la science et de la technologie auprès du président de la République française (2006[2]), du Conseil d'analyse économique auprès du Premier ministre français (2008[2]) et de la Commission nationale d'évaluation du financement des charges de démantèlement des installations nucléaires de base et de gestion des combustibles usés et des déchets radioactifs auprès du Parlement français (2008[14]).

Il a, d'autre part, été membre du Research, Innovation and Science Policy Experts High Level Advisory Group[5] auprès de Carlos Moedas, commissaire européen à la Recherche, à l'Innovation et à la Science.

Il est par ailleurs directeur scientifique de l'Institut Europlace de finance depuis 2002[2] et vice-président de l'Institut Louis Bachelier[15].

Il a siégé dans plusieurs conseils d'administration parmi lesquels ceux de la Banque de Tunisie (2005[2],[16]), de la Société Magasin général (2007[2]), d'Altran Telnet Corporation (2008[2] et d'Oddo-BHF Tunisie[5] et a été président du conseil d'administration d'AMI Assurances (2014[17]).

En 2017, il contribue à créer l'Association tunisienne des actuaires et en devient le premier président[18].

Engagement et parcours politique[modifier | modifier le code]

Elyès Jouini est le fondateur et premier président de l'Association des Tunisiens des grandes écoles (1989-1993[2]).

À la suite de la révolution de 2011 en Tunisie, il est nommé le 27 janvier comme ministre auprès du Premier ministre Mohamed Ghannouchi, chargé des Réformes économiques et sociales et de la Coordination avec les ministères concernés, au sein du gouvernement provisoire[19]. Il démissionne alors de ses mandats d'administrateur[20]. Il quitte cependant le gouvernement le 1er mars à la suite de la démission du Premier ministre[21]. Il accompagne son successeur, Béji Caïd Essebsi dans le cadre de la préparation de la participation de la Tunisie au sommet du G8[22].

En 2012, il crée un think tank, Idées (Initiative pour le développement économique et social)[23] et publie dans ce cadre en 2014 un ouvrage intitulé Tunisie, l'espoir : mode d'emploi pour une reprise[24] aux éditions Cérès[25].

Toujours en 2012, il est l'un des acteurs de la fusion de neuf partis dont le Parti démocrate progressiste et Afek Tounes pour créer Al Joumhouri[26].

Il milite notamment pour la mise en place d'un impôt progressif sur la fortune afin de rendre la fiscalité tunisienne plus équitable[27].

Il est nommé au Conseil des analyses économiques auprès du chef du gouvernement tunisien (2018[28],[29]).

En 2019, il lance avec Hakim Ben Hammouda et Abderrazak Zouari l'initiative Econ4Tunisia[30], qui a notamment publié le Livre bleu, sauver l'économie pour réussir la transition démocratique[31].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Principaux articles[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elyès Jouini est marié à Sihem Ben Mahmoud, professeure associée à HEC Paris, et père de deux garçons[1],[36].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Elyes Jouini », sur jeuneafrique.com, (consulté le 12 février 2018).
  2. a b c d e f g h i j k l m et n « Elyès Jouini », sur leaders.com.tn, (consulté le 12 février 2018).
  3. « Elyès Jouini », sur ilboursa.com (consulté le 24 novembre 2020).
  4. « Concours. Agrégations », sur lemonde.fr, (consulté le 27 novembre 2020).
  5. a b et c (en) « RISE Expert Biographies » [PDF], sur ec.europa.eu (consulté le 26 mai 2018).
  6. « Gouvernance », sur housefinance.dauphine.fr (consulté le 24 novembre 2020).
  7. « Le mot du directeur »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur master222.com.
  8. « Elyès Jouini démissionne de ses fonctions à l'université Paris Dauphine », sur businessnews.com.tn, (consulté le 12 février 2018).
  9. « Gouvernance et organisation », sur dauphine.fr (consulté le 26 mai 2018).
  10. « L'Université Paris-Dauphine inaugure son incubateur », sur mondedesgrandesecoles.fr, (consulté le 26 mai 2018).
  11. (en) « Elyès Jouini », sur iza.org (consulté le 24 novembre 2020).
  12. a et b (en) « 2017 Newly Elected Fellows », sur econometricsociety.org (consulté le 26 mai 2018).
  13. « Beit El Hikma : élection de 15 nouveaux académiciens », sur leaders.com.tn, (consulté le 24 février 2020).
  14. Décret du 20 juin 2008 portant nomination des membres de la Commission nationale d'évaluation du financement des charges de démantèlement des installations nucléaires de base et de gestion des combustibles usés et des déchets radioactifs, JORF no 0145 du 22 juin 2008, p. 10067
  15. « Gouvernance », sur institutlouisbachelier.org (consulté le 24 novembre 2020).
  16. Omar Tiss, « Banque de Tunisie : le come-back d'Elyès Jouini », sur tunisienumerique.com, (consulté le 26 mai 2018).
  17. « Elyès Jouini nouveau président du conseil d'administration de AMI Assurances », sur atlas-mag.net, (consulté le 26 mai 2018).
  18. « Constitution d'une association », Journal officiel de la République tunisienne, no 17,‎ , p. 994 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF]).
  19. « Nouvelle composition du gouvernement d'union nationale », sur tap.info.tn, .
  20. « Elyès Jouini : ses démissions, sa communication », sur turess.com, (consulté le 12 février 2018).
  21. « Tunisie : une Assemblée constituante pourrait être créée », sur lemonde.fr, (consulté le 12 février 2018).
  22. « Tunisie : Elyès Jouini raconte la genèse du plan de relance économique », sur webmanagercenter.com, (consulté le 26 mai 2018).
  23. « Elyès Jouini lance son Initiative pour le développement économique et social », sur leaders.com.tn, (consulté le 27 mai 2018).
  24. « Publication : Tunisie, l'espoir », sur webmanagercenter.com, (consulté le 27 mai 2018).
  25. « Tunisie, l'espoir : mode d'emploi pour une reprise », sur ceresbookshop.com (consulté le 27 mai 2018).
  26. Lilia Weslaty, « Zeineb Turki du parti Al Joumhouri : “La priorité est de réaliser une paix sociale” », sur nawaat.org, (consulté le 27 mai 2018).
  27. Elyès Jouini, « Vers une fiscalité plus équitable : l'impôt progressif sur la fortune », sur leaders.com.tn, (consulté le 27 mai 2018).
  28. « Arrêté du chef du gouvernement », Journal officiel de la République tunisienne, no 31,‎ , p. 1157 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF]).
  29. « Tunisie : voici la composition du Conseil des analyses économiques », sur africanmanager.com, (consulté le 26 mai 2018).
  30. « Econ4Tunisia, la nouvelle initiative économique réunissant 70 économistes tunisiens », sur businessnews.com.tn, (consulté le 24 novembre 2019).
  31. Najoua Hizaoui, « Le Livre bleu de l'initiative Econ4Tunisia : réussir la transition économique », sur lapresse.tn, (consulté le 24 novembre 2020).
  32. « Tunisie l'espoir », sur webmanagercenter.com, (consulté le 27 mai 2018).
  33. « Attribution de l'Ordre national du mérite par décret du 28 juillet 1995 », Journal officiel de la République tunisienne, no 62,‎ , p. 1635 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 10 mars 2017).
  34. « Sarkozy décerne la Légion d'honneur à Elyès Jouini », sur leaders.com.tn, (consulté le 26 mai 2018).
  35. (en) « Elyès Jouini », sur iza.org (consulté le 26 mai 2018).
  36. Jean Azéma, « Elyès Jouini », sur leaders.com.tn, (consulté le 12 février 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]