Elsie Clews Parsons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elsie Clews Parsons
Elsie Clews Parsons aboard Malabar V.jpg
Elsie Clews Parsons à bord du Malabar V.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Henry Clews Jr. (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Herbert Parsons (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Elsie Worthington Clews Parsons, née le à New York, et morte le dans cette même ville, est une anthropologue, sociologue, folkloriste, et féministe américaine. Elle est connue pour son étude des tribus amérindiennes, notamment les Tewa et les Hopi dans l'Arizona, le Nouveau-Mexique et au Mexique. Elle est l'une des fondatrices de l'université privée The New School[1]. Elle est rédactrice en chef adjointe de la revue scientifique Journal of American Folklore (1918-1941), présidentz de l'American Folklore Society (1919-1920), présidente de l'American Ethnological Society (1923-1925), et est élue première femme présidente de l'American Anthropological Association en 1941, peu de temps avant sa mort[2],[3],[4].

Chaque année, l'American Ethnologic Society remet l'Elsie Clews Parsons Price pour le meilleur travail étudiant, en son honneur[5],[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Parsons est la fille de Henry Clews, un riche banquier New yorkais, et de Lucy Madison Worthington. Son frère, Henry Clews Jr. (en)., est artiste. Elle obtient son baccalauréat universitaire du Barnard College en 1896[7]. Elle reçoit sa maîtrise en 1897 et son doctorat en 1899 à Université Columbia. Le 1er septembre 1900, elle épouse, à Newport[8] Herbert Parsons (en), un membre du congrès américain républicain, allié politique de Theodore Roosevelt[9]. Quand son mari est membre du Congrès, elle publie deux ouvrages controversés sous le pseudonyme de John main[10].

Elle s'intéresse à l'anthropologie à partir de 1910[4]. Son travail, intitulé Pueblo Indian Religion, est considéré comme un classique. Il s'agit d'un ouvrage réunissant la plupart de ses travaux antérieurs, de même que ceux d'autres auteurs[11]. Il comprend cependant des travaux anthropologiques aux méthodologies remises en cause par l'anthropologie actuelle[12].

Elle est considérée par le monde universitaire comme un exemple typique de « féministe antimoderne » (Antimodern Feminist), connues pour leur engouement pour les cultures amérindiennes, dont l'attrait se manifeste par une volonté de préserver un aspect « traditionnel » et « pur » de l'identité amérindienne, indépendamment de la façon dont ces populations abordaient elles-mêmes les questions de modernisation ou de changement culturel.

Publications[modifier | modifier le code]

Sociologie[modifier | modifier le code]

  • The Family (1906)
  • Religious Chastity (1913)
  • The Old-Fashioned Woman (1913)
  • Fear and Conventionality (1914)
    • (en) Elsie Clews Parsons, Fear and Conventionality, University of Chicago Press, (ISBN 0-226-64746-3)
  • Social Freedom (1915)
  • Social Rule (1916)

Anthropologie[modifier | modifier le code]

  • The Social Organization of the Tewa of New Mexico (1929)
  • Hopi and Zuni Ceremonialism (1933)
  • Pueblo Indian Religion (1939)

Ethnographie[modifier | modifier le code]

  • Mitla: Town of the Souls (1936)
  • Peguche (1945)

Folkloristique[modifier | modifier le code]

  • Folk-Lore from the Cape Verde Islands (1923)
  • Folk-Lore of the Sea Islands, S.C. (1924)
  • Folk-Lore of the Antilles, French and English (3v., 1933-1943)

Republication[modifier | modifier le code]

  • (en) Elsie Clews Parsons, North American Indian Life: Customs and Traditions of 23 Tribes, Dover Publications, (ISBN 0-486-27377-6)
  • (en) Elsie Clews Parsons, Taos Tales, Dover Publications, (ISBN 0-486-28974-5)
  • (en) Elsie Clews Parsons, Tewa Tales, University of Arizona Press, (ISBN 0-8165-1452-6)
  • Parsons, Elsie Clews (1996). Pueblo Indian Religion. 2 vols. Introductions by Ramon Gutierrez and Pauline Turner Strong. Bison Books reprint. Lincoln and London: University of Nebraska Press.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Leslie Spier (en), and Alfred L. Kroeber.
  2. Kathleen Del Monte et Karen Bachman, « Elsie Clews Parsons », Celebration of Women Anthropologists, sur Celebration of Women Anthropologists, University of South Florida, (consulté le 16 mai 2007)
  3. « Elsie Clews Parsons Papers », American Philosophical Society (consulté le 16 mai 2007)
  4. a et b Gladys E. Reichard. 1943. Elsie Clews Parsons The Journal of American Folklore Vol. 56, No. 219, Elsie Clews Parsons Memorial Number (Jan. - Mar., 1943), pp. 45-48
  5. « Elsie Clews Parsons Prize », AESonline.org, sur AESonline.org, American Ethnological Society, (consulté le 24 avril 2012)
  6. « 2007 Elsie Clews Parsons Prize for Best Graduate Student Paper », AESonline.org, sur AESonline.org, American Ethnological Society, (consulté le 16 mai 2007)
  7. (en) Barbara A. Babcock et Nancy J. Parezo, Daughters of the Desert: Women Anthropologists and the Native American Southwest, 1880-1980, University of New Mexico Press, , 15 p. (ISBN 0826310877)
  8. (en) « Miss Clews is Married », The New York Times, Newport, Massachusetts,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  9. Robert C Kennedy, « Cartoon of the Day », HarpWeek, sur HarpWeek, HarpWeek, LLC (consulté le 16 mai 2007)
  10. « Parsons, Elsie Clews », Encyclopædia Britannica, sur Encyclopædia Britannica, Encyclopædia Britannica Online, (consulté le 16 mai 2007)
  11. Gladys A. Reichard, The Elsie Clews Parsons collection Proceedings of the American Philosophical Society vol. 94, No. 3, Studies of Historical Documents in the Library of the American Philosophical Society, , 308–309 p.
  12. Pauline Strong, « Parsons, Elsie Clews. », Theory in Social and Cultural Anthropology, ed. R. Jon McGee and Richard L. Warms,, vol. 2,‎ , p. 609-612

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]