Elmar Theodor Mäder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mader.
Elmar Theodor Mäder en 2008

Elmar Mäder né le à Niederuzwil, village de la commune d’Uzwil dans le canton de Saint-Gall en Suisse, fut le 33e commandant de la Garde suisse pontificale de 2002 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'un des cinq enfants de Théo et Katharina Mäder. Passant son enfance à Zuzwil (canton de Saint-Gall), il étudie à la Hochschule de Saint-Gall, puis entre à l’Université de Fribourg. Il s’engage dans l'armée suisse, où il atteint le grade de premier-lieutenant dans les forces de défense aérienne.

Il entre dans la Garde suisse pontificale en 1998 et obtint le commandement de celle-ci en 2002 en remplacement de Pius Segmüller.

En 2004, il avait affirmé que jamais une femme n'entrerait dans la Garde suisse, « du moins pas sous mon commandement » avait-il ajouté[1], objectant que les quartiers de casernement étaient trop exigüs et que, selon lui, la présence de femmes « pourrait engendrer des rivalités amoureuses et des problèmes disciplinaires chez des jeunes de 20 à 25 ans ». Il a ajouté également : « Les gardes sont jeunes et je ne veux pas qu'il y ait des problèmes. Je ne dis pas que les femmes ne sont pas aptes à servir dans les forces de sécurité, c'est plutôt une question de discipline. [...] Les gardes sont jeunes et ils ne sont au service que de Dieu et du pape ».

Elmar Mäder est marié à Thérèse Blöchliger et ils ont quatre enfants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Matin », article du 5 mai 2009
Précédé par Elmar Theodor Mäder Suivi par
Pius Segmüller
Commandant de la garde suisse pontificale
2002 - 2008
Daniel Anrig