Ellis Clarke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sir Ellis Clarke
Illustration.
Sir Ellis Clarke en 2010.
Fonctions
Président de la
République de Trinité-et-Tobago

(10 ans, 7 mois et 18 jours)
Élection 24 septembre 1976
Premier ministre Eric Williams
George Chambers
Arthur Robinson
Prédécesseur Poste crée
Successeur Noor Mohammed Hassanali
Gouverneur général de Trinité-et-Tobago

(3 ans, 10 mois et 17 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Eric Williams
Prédécesseur Sir Solomon Hochoy
Successeur Poste supprimé
Lui-même (président de la République)
Biographie
Nom de naissance Ellis Emmanuel Innocent Clarke
Date de naissance
Lieu de naissance Port-d'Espagne (Trinité-et-Tobago)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Maraval (Trinité-et-Tobago)
Nationalité trinidadienne
Diplômé de University College de Londres
Profession avocat

Ellis Clarke
Présidents de la République de Trinité-et-Tobago

Sir Ellis Clarke, né le à Port-d'Espagne et mort le à Maraval[1], est un magistrat et un homme d'État trinidadien. Il est le deuxième gouverneur général et le premier président de la République de Trinité-et-Tobago. Il est l'un des principaux acteurs de l'indépendance du pays en 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Clarke étudie au Saint Mary's College, remportant une bourse d'étude en mathématiques en 1938, il étudie ensuite à la University College de Londres où il décroche un Bachelor of Laws avant de s'inscrire au barreau de Gray's Inn.

En 1952, il épouse Ermyntrude Hagley (1921-2002), avec laquelle il a trois enfants : Peter Clarke, marié à Suzanne Traboulay, une ancienne reine de beauté, Margaret-Ann, mariée à Gordon Fisken d'Édimbourg et Richard, qui est mort jeune enfant.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il retourne à Port-d'Espagne en 1941 et exerce dans le secteur privé. Il est solliciteur général à partir de 1954 à 1956, secrétaire colonial adjoint de 1956 à 1957 et procureur général de 1957 à 1962. Après l'indépendance en 1962, il est en poste comme ambassadeur auprès des États-Unis, du Canada et du Mexique, et représentant permanent auprès des Nations unies à New York.

Gouverneur général puis président[modifier | modifier le code]

En 1972, il succède à Sir Salomon Hochoy comme gouverneur général. Lorsque Trinité-et-Tobago devient une république le , Clarke devient le premier président de Trinité-et-Tobago en vertu d'une disposition transitoire de la Constitution avant d'être élu à l'unanimité le 24 septembre suivant par le collège électoral qui comprend les élus membres des deux chambres du Parlement. Il est réélu en 1981. Les désaccords avec l'Alliance nationale pour la reconstruction le poussent à ne pas briguer un troisième mandat en 1987. Il est remplacé par Noor Hassanali en 1987[2].

Retraite[modifier | modifier le code]

En 1993, Ellis Clarke est l'un des six experts invités à soumettre des rapports à l'Australie détaillant l'expérience de son pays du passage d'une monarchie constitutionnelle à une république.

Mort[modifier | modifier le code]

Le , Clarke est victime d'une hémorragie cérébrale massive. Il meurt le suivant, deux jours après son 93e anniversaire[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ellis Clarke est nommé compagnon de Saint-Michel et Saint-Georges par la reine Élisabeth II en 1960 et chevalier grand-croix de cet ordre en 1972. Bien qu'il cesse d'utiliser le titre de Sir quand le pays devient une république, il reprend son titre après sa présidence et est alors généralement dénommé comme « l'ancien président, Sir Ellis Clarke ou Sir Ellis ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « T&T's first President Sir Ellis Clarke is dead », CTNT World (consulté le 31 décembre 2010)
  2. (en) Anne Kerr, A Dictionary of World History, Oxford University Press, , 740 p. (ISBN 978-0-19-968569-1, lire en ligne)
  3. (en) Richard Lord, « Sir Ellis passes at 93 », Trinidad Guardian,‎ (lire en ligne)