Elliot Page

Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ellen Page)

Elliot Page
Description de cette image, également commentée ci-après
Page en 2021.
Nom de naissance Ellen Grace Philpotts-Page
Naissance (35 ans)
Halifax (Canada)
Nationalité Canadienne
Profession Acteur
Films notables X-Men : L'Affrontement final
Hard Candy
Juno
Bliss
Inception
X-Men: Days of Future Past
Séries notables Umbrella Academy
Les Chroniques de San Francisco

Elliot Page est une personnalité canadienne célèbre pour ses interprétations à la télévision et au cinéma, née le à Halifax en Nouvelle-Écosse, et connue sous le nom d'Ellen Page avant son coming out trans et non binaire en 2020.

Le grand public découvre Page à la suite du succès de deux films indépendants : le thriller horrifique Hard Candy (2005) et la comédie dramatique Juno (2007). Son interprétation dans ce long-métrage lui vaut une nomination aux Oscars 2008 dans la catégorie meilleure actrice.

Son rôle de Kitty Pryde dans la franchise X-Men (2006-2014) et sa participation au blockbuster Inception (2010) de Christopher Nolan confirment sa stature internationale alors que, parallèlement, Page reste fidèle au cinéma indépendant américain mais sans grand succès commercial[1].

Page s'éloigne ensuite d'Hollywood en jouant (voire produisant) des films à petit budget. En 2019, les séries Umbrella Academy et Les Chroniques de San Francisco, marquent son retour.

Biographie

Jeunesse et formation

Elliot Page naît le 21 février 1987 à Halifax, en Nouvelle-Écosse au Canada. Ses parents, Martha Philpotts, enseignante, et Dennis Page, graphiste et designer, lui donnent pour prénoms Ellen Grace. Encore bébé au moment du divorce de ses parents, Page passe son enfance en alternance entre les maisons de sa mère et de son père[2],[3], à Halifax, avec une scolarité à la Halifax Grammar School[2], suivie par des études secondaires à la Queen Elizabeth High School puis à l'École privée Shambhala en 2005[3]. Page passe également deux ans à Toronto, en Ontario, dans le cadre du programme Interact au Vaughan Road Academy, avec un ami proche et collègue, l'acteur canadien Mark Rendall[4],[5],[3].

Page indique dans un entretien avec Oprah Winfrey qu'à l'âge de neuf ans, « je me sentais comme un garçon… Je voulais être un garçon. Je demandais à ma mère si je pouvais l'être un jour[6]. »

Il aime jouer au football avec les équipes de garçons[7] ainsi qu'au hockey de rue. Il se coupe les cheveux très courts, et demande les jouets pour garçons lorsqu'il mange un Happy Meal. Il se rend compte durant son adolescence qu'il est attiré par les filles plus que par les garçons. Au lycée, il écrit un long article sur l'absurdité d'un système de genre binaire[2].

Débuts précoces au Canada (1997-2004)

Alors considéré publiquement comme une personne de genre féminin, Page commence sa carrière à l'âge de 10 ans en interprétant le rôle de Maggie Maclean, dans la série télévisée Pit Pony[8], qui fera l'objet d'un téléfilm deux années plus tard. Son interprétation lui vaut des nominations pour le prix Gemini de la meilleure actrice dans un programme pour enfant[9] et le Young Artist Award de la meilleure actrice dans une série dramatique. S'en suit un rôle récurrent dans la série télévisée Trailer Park Boys.

Cette première expérience lui permet de tourner dans des films indépendants au Canada comme Marion Bridge (prix du meilleur premier film canadien au festival de Toronto), Love That Boy et Wilby Wonderful, film choral de Daniel MacIvor présenté au festival de Toronto en 2004. Ses interprétations lui valent respectivement le prix ACTRA et le prix de la meilleure actrice à l'Atlantic Film Festival, ainsi que le prix Gemini de la meilleure actrice dans une émission pour enfants pour Mrs. Ashboro's Cat (2004) et celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour la série dramatique ReGenesis (2005).

Révélation critique et commerciale (2005-2008)

E. Page au Hollywood Life Magazine's 7th Annual Breakthrough Awards, le , suite au succès mondial de Juno.

Le public international découvre Page grâce à son incarnation d'Hayley Stark dans le film Hard Candy, thriller psychologique de David Slade, présenté au Festival du film de Sundance 2005 et qui rencontre un important succès d'estime. Son rôle d'adolescente prenant un éphébophile à son propre piège, lui vaut les éloges de nombreuses critiques dont USA Today, qui qualifie sa prestation comme « l'une des interprétations les plus complexes, dérangeantes et obsédantes de l'année »[10].

Les portes des blockbusters lui sont dorénavant ouvertes : en 2006, Page partage l'affiche de X-Men : L'Affrontement final de Brett Ratner avec de nombreuses stars comme Hugh Jackman, Famke Janssen ou encore Halle Berry, incarnant Kitty Pryde, surnommée Shadowcat.

La jeune star reste malgré tout fidèle au cinéma indépendant avec des participations à des œuvres telles que The Tracey Fragments et An American Crime dans le rôle d'une jeune fille battue et torturée à mort. Ces deux films connaissent un franc succès critique mais une distribution extrêmement limitée, car uniquement diffusés dans les festivals de cinéma, puis sortis dans très peu de salles et disponibles directement en vidéo ou diffusés à la télévision[réf. nécessaire].

Mais c'est en 2007 que Page combine de façon inattendue succès critique et commercial avec la comédie Juno, seconde réalisation de Jason Reitman. Son interprétation lui vaut une nomination aux Golden Globes, aux British Academy Film Awards et aux Oscars en 2008, dans la catégorie de la meilleure actrice. Les MTV Movie Awards lui décernent la récompense de meilleure actrice en juin 2008[réf. nécessaire].

La même année, la jeune célébrité canadienne apparaît dans les colonnes du magazine Time parmi les 100 célébrités les plus influentes[11] et se positionne à la 61e place du classement FHM des 100 femmes les plus sexy au monde[12].

Toujours en 2008, Page, qui se décrit alors comme féministe pro-choix[13],[14], est l'une des 30 célébrités intervenant dans une série d'annonces en ligne pour l'U.S. Campaign for Burma, appelant à la fin de la dictature militaire en Birmanie[15], puis participe à des projets de permaculture à Lost Valley Educational Center[16].

Confirmation hollywoodienne (2008-2010)

E. Page lors de la première projection de Bliss au Festival international du film de Toronto, en 2009.

Cherchant à se démarquer des « rôles stéréotypés et sexistes pour adolescentes » [réf. nécessaire], Page joue ensuite aux côtés de Dennis Quaid et Sarah Jessica Parker dans Smart People de Noam Murro dans le rôle d'une adolescente surdouée et cynique.

Ses apparitions dans des programmes télévisés prestigieux (invitation dans l'émission humoristique Saturday Night Live, interprétation d'Alaska Nebraska dans la série d'animation Les Simpson) confirment sons statut de star [réf. nécessaire].

En 2009, Page incarne une adolescente paumée qui découvre un univers inconnu : le roller derby dans le film Bliss (Whip It!), première réalisation de Drew Barrymore[17].

L'année suivante, un premier rôle d'adulte lui est offert dans le thriller Inception, écrit et réalisé par Christopher Nolan[18]. Ce blockbuster obtient un succès public et critique dans le monde entier. Toujours en 2010, la comédie satirique Super, écrite et réalisée par James Gunn, lui permet de retrouver Rainn Wilson après Juno. Le tandem est entouré de Liv Tyler, Kevin Bacon et Nathan Fillion, pour ce film indépendant, variation adulte et noire des films de super-héros[réf. nécessaire].

Production, cinéma indépendant et télévision (années 2010)

En 2012, Page fait partie de la distribution internationale de la comédie romantique To Rome with Love de Woody Allen, avant d'apparaître l'année suivante à l'affiche du thriller à petit budget The East de Zal Batmanglij, co-produit et co-scénarisé par Brit Marling, qui joue également le rôle principal[réf. nécessaire].

Beyond: Two Souls, développé par Quantic Dream et édité par Sony Computer Entertainment en 2013, lui permet de connaître un large succès critique et commercial en dehors du cinéma, via le prêt de sa voix et de son physique à l'héroïne de ce jeu vidéo[réf. nécessaire].

E. Page au Comic-Con de San Diego 2013 pour la promotion de X-Men: Days of Future Past.

En mai 2014, la star canadienne réendosse le rôle de Kitty Pryde / Shadowcat dans X-Men: Days of Future Past, réalisé par Bryan Singer. En décembre de la même année, lors d'une lecture publique de L'Empire contre-attaque, Page tient le rôle de Han Solo et donne la réplique à Jessica Alba, qui joue Leia Organa[19].

Miss Stevens, un film indépendant avec Anna Faris dans le rôle-titre, est sa première réalisation en 2015[20].

Le 1er novembre 2017, le Los Angeles Times annonce que six femmes[n 1] dont Olivia Munn et Natasha Henstridge accusent le réalisateur-producteur Brett Ratner de harcèlement, d'agression sexuelle et de viol[21],[22]. Page dénonce alors les propos humiliants de Brett Ratner sur le tournage de X-Men : L'Affrontement final : le réalisateur aurait publiquement conseillé à une femme de dix ans son aînée de « la baiser pour lui faire réaliser qu'elle est gay »[23].

À partir de 2015, la star s'investit dans la production de films dans lesquels elle joue également. Dans le cadre de sa première production, le film indépendant Free Love réalisé par Peter Sollett, Page prête ses traits à la compagne d'une inspectrice de police interprétée par Julianne Moore. Les critiques sont cependant mitigées. Le film indépendant canadien Into the Forest est sa deuxième production, avec le rôle d'une adolescente qui tente de survivre avec sa sœur, incarnée par Evan Rachel Wood, dans un futur post-apocalyptique[réf. nécessaire].

L'année suivante, la comédie dramatique à petit budget Tallulah, produite pour la plateforme Netflix, voit Page partager l'affiche avec Allison Janney, avant de prêter sa voix à deux films d'animation, Window Horses et Ma vie de courgette (en version anglaise)[réf. nécessaire]. Toujours en 2016, la star canadienne co-produit et anime la série documentaire Gaycation qui part à la rencontre de communautés LGBTQ+ à travers le monde[24].

En 2017, Page tient le rôle principal de plusieurs longs métrages et prend en charge leur production : la romance My Days of Mercy, réalisé par Tali Shalom Ezer, le film d'horreur The Cured de David Freyne et le thriller psychologique L'Expérience interdite : Flatliners de Niels Arden Oplev, qui est un flop critique et commercial[réf. nécessaire].

Page se tourne alors de nouveau vers les rôles de super-héros. En 2018, le projet de film de Tim Miller, le réalisateur de Deadpool, consacré à Kitty Pryde, retient son attention [25] mais il est finalement abandonné. En 2019, la série Umbrella Academy, centrée sur une famille dysfonctionnelle de super-héros, produite pour Netflix et adaptée du comic book éponyme publié chez Dark Horse Comics, lui permet de renouer avec le succès auprès du grand public[8],[26]. Sa collaboration avec cette plateforme se poursuit avec sa participation à la série Les Chroniques de San Francisco[27].

Vie privée

Coming out lesbien et mariage

Le , jour de la Saint-Valentin, Page, qui s'identifie toujours publiquement en tant que femme[28], annonce son homosexualité à l'occasion d'une soirée de soutien à la jeunesse LGBT organisée par Human Rights Campaign à Las Vegas[29],[30]. Page se déclare également végane la même année[31].

De 2015 à septembre 2016, Page fréquente la plasticienne Samantha Thomas[32] avant de rencontrer l'année suivante la danseuse canadienne Emma Portner[33]. Leur mariage a lieu le [34]. Le , le couple annonce sa décision de divorcer, après une séparation survenue lors de l'été 2020[35].

Transition de genre

À l'âge de 9 ans, Page se sent déjà comme un garçon et demande à sa mère quand il pourra en être un[6]. La star a cependant dû assumer une identité féminine en raison des contraintes liées à son début de carrière au cinéma[36], ce qui lui a causé des dépressions et des troubles alimentaires[7].

Le , Page fait son coming out trans et non binaire sur son compte Instagram, précisant son choix d'utiliser le prénom « Elliot » et d'être désigné par le pronom masculin « he » ou le pronom épicène « they »[37],[38],[6],[39]. Il explique alors que sa décision de parler ouvertement de son identité de genre était en partie motivée par la pandémie de COVID-19 et la rhétorique anti-transgenre en politique et dans l'actualité[40]. Le jour même, son épouse lui exprime son soutien pour sa transition[41].

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau[42],[43],[44], Hillary Clinton[45] et plusieurs célébrités comme Ellen DeGeneres[46],[47],[48], Miley Cyrus[48], James Gunn et Kumail Nanjiani[49] lui expriment aussi publiquement leur soutien[44]. Le GLAAD[50], pour qui « Page sera désormais une source d'inspiration pour d'innombrables personnes trans et non binaires »[51], publie un guide de rédaction à l'attention des journalistes pour leur expliquer comment décrire la transition de Page et sa nouvelle identité[51]. Netflix annonce être « fier de notre super-héros » et change son nom dans les crédits de sa bibliothèque de streaming[52].

En mars 2021, Page devient le premier homme ouvertement transgenre à faire la couverture du magazine Time[53] sous l'objectif du photographe transgenre, Wynne Neilly (en)[54]. Il y révèle que son coming out était consécutif à une chirurgie du torse et que celle-ci avait « sauvé sa vie »[40].

En mai 2022, Apple TV remporte un GLAAD Media Award pour l'interview réalisé avec Oprah Winfrey dans The Oprah Conversation[55] et Elliot Page après sa transition[56],[57].

Elliot Page travaille sur ses mémoires, dont la publication est prévue pour 2023 sous le titre Pageboy[7], et sur un documentaire consacré à la transidentité, intitulé Not in My Name[58].

Filmographie

Cinéma

Longs métrages

Courts métrages

Télévision

Téléfilms

Séries télévisées

Jeu vidéo

Distinctions

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Elliot Page a été récompensé et nommé à de nombreuses reprises avant son coming out trans, donc dans des catégories concernant les actrices[67].

Récompenses

  • Prix Gemini 2005 : meilleur second rôle féminin dans une série dramatique pour ReGenesis (épisode Black Out)

Nominations

  • Prix Gemini 2000 : meilleure interprétation dans un programme pour enfant ou une série pour jeune public pour Pit Pony
  • Young Artist Awards 2002 : meilleure jeune actrice dans une série télévisée dramatique pour Pit Pony
  • Teen Choice Awards 2019 : meilleure actrice dans une série de science-fiction/fantastique pour The Umbrella Academy

Voix francophones

Elliot Page est principalement doublé en français par Jessica Monceau depuis An American Crime (2007) et notamment dans Juno, Bliss, Inception, Beyond: Two Souls, Tallulah, Umbrella Academy et Les Chroniques de San Francisco[68].

Elliot Page a également été doublé par Barbara Kelsch[68] dans X-Men : L'Affrontement final et X-Men: Days of Future Past ainsi qu'à titre exceptionnel par Léopoldine Serre dans ReGenesis[69], Karine Foviau dans Hard Candy[68], Anouck Hautbois dans Super[n 3], Maia Baran dans The East[n 3], Juliette Allain dans Free Love[68],[70] et par Rose-Hélène Michon dans The Cured[n 3]

Au Québec, Elliot Page a été doublé par Karine Vanasse dans Dur à croquer et L'ange de pierre ainsi que par Annie Girard dans Ça roule et Origine[71].

Notes et références

Notes

  1. Page étant alors identifié publiquement comme étant une femme, l'expression « six femmes » l'inclut dans le contexte de l'époque.
  2. Il a participé au premier épisode de la série, mais ses scènes furent supprimées au montage. Il apparaît ensuite dans la saison 2 durant 4 épisodes.
  3. a b et c Carton du doublage français sur le DVD zone 2.

Références

  1. (en) « Ellen Page », sur boxofficemojo.com.
  2. a b et c (en-US) Sam Anderson, « Ellen Page Goes Off-Script », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c « Elliot Page », sur thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  4. (en) Dean Lisk, « Page making a scene on screen », The Daily News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « Profile: Ellen Page », sur entertainment.uk.msn.com
  6. a b et c Katy Steinmetz, « Elliot Page Is Ready for This Moment » [archive du ], Time, (consulté le )
  7. a b et c « Dépression, anxiété… Le témoignage fort d'Elliot Page sur les années avant sa transition », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  8. a et b « Elliot Page, au nom de tous les siens », sur Illustre (consulté le )
  9. « Ellen Page », sur evene.lefigaro.fr, (consulté le )
  10. (en) Claudia Puig, Ellen Manipulates Hard Candy to Great Effect, USA Today, .
  11. (en) « The 2008 Time 100 Finalists », sur time.com.
  12. (en) « #61 Ellen Page »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur FHM Online.
  13. « Inception : Ellen Page, la fille de vos rêves », sur Paris Match, .
  14. (en) « “People always see a movie and project how you're going to be”' », sur The Washington Post, .
  15. (en) « Trying to Put a Name to the Face of Evil] », sur The New York Times, .
  16. (en) « Ellen Page Likes Shoveling Goat Shit »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur earthfirst.com, (consulté le ).
  17. « Ellen Page, reine du patin pour Drew Barrymore », sur premiere.fr.
  18. « Ellen Page : Le scénario m'a transportée et en même temps paniquée », sur Le Monde, .
  19. « L'Empire contre-attaque revient avec Ellen Page en Han Solo et Jessica Alba en Leia »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur premiere.fr.
  20. « Ellen Page devient réalisatrice pour Miss Stevens avec Anna Faris », sur actucine.com.
  21. (en) Amy Kaufman et Daniel Miller, « Six women accuse filmmaker Brett Ratner of sexual harassment or misconduct », sur latimes.com, (consulté le ).
  22. « Six femmes accusent Brett Ratner de harcèlement et d’agression sexuelle », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  23. Maximilien Pierrette, « Harcèlement : Ellen Page accuse Brett Ratner de l'avoir humiliée sur le tournage d'X-Men 3 », sur Allociné, (consulté le ).
  24. Antoine Mournes, « Gaycation, une série de Ellen Page et Ian Daniel : Critique », sur lemagducine.fr, (consulté le )
  25. (en) « Ellen Page Wants in on Tim Miller’s Kitty Pryde Solo Movie », sur GeekTyrant (consulté le ).
  26. Renaud Machart, « Super-héros en herbe projetés dans le passé », Le Monde (supplément télé),‎ , p. 16
  27. « Après le coming-out trans d'Elliot Page, ce détail sur Netflix a toute son importance », sur Le HuffPost, (consulté le )
  28. (en) « Actress Ellen Page comes out in speech to Human Rights Campaign event », sur The Guardian, (consulté le )
  29. Le Monde, « L'actrice canadienne Ellen Page fait son coming-out », sur lemonde.fr, ajouté et consulté le 15 février 2014
  30. « L'émouvant coming out d'Ellen Page », sur lesoir.be, (consulté le ).
  31. (en) « Jared Leto and Ellen Page Are PETA's Sexiest Celebrity Vegetarians », Time.com, (consulté le )
  32. (en) « Ellen Page Makes Red Carpet Debut With Girlfriend Samantha Thomas: “I'm in love” », sur Eonline, (consulté le )
  33. (en) « Surprise! Ellen Page Is Married to Emma Portner », sur Time Magazine, (consulté le )
  34. (en) « Ellen Page Is Married to Emma Portner », sur JustJared, (consulté le )
  35. « Elliot Page demande le divorce », sur elle.fr, (consulté le )
  36. « Elliot Page Is Ready for This Moment », sur Time (consulté le )
  37. (en) Matt Donnelly, « Oscar-Nominated Umbrella Academy Star Elliot Page Announces He Is Transgender », sur Variety, .
  38. theelliotpage, « Hi friends… » [archive du ], sur Twitter, (consulté le ).
  39. (es) María Fernanda Ampuero, Luis Arriaga Valenzuela, Rubí Bobadilla et Eugenia Coppel, Elliot Page. Vivir sin miedo. Magis 480, ITESO, (lire en ligne).
  40. a et b (en) « Elliot Page on Oprah Winfrey: Transition surgery “life-saving” », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Elliot Page's Wife Says She's “So Proud” of Him for Coming Out as Transgender: “Love You So Much” » [archive du ], sur People, (consulté le ).
  42. (en-CA) « Trudeau Responded To Elliot Page Coming Out As Trans and The Message Is So Powerful », sur Narcity, (consulté le ).
  43. (en) « Elliot Page's authenticity “will mean so much” to trans community, says Canada's Trudeau », sur geo.tv (consulté le ).
  44. a et b (en-US) « Elliot Page: Canadian actor announces he’s transgender », sur Global News (consulté le ).
  45. (en) « Trudeau, Clinton praise Oscar-nominated Elliot Page, after star announced he is transgender », National Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. (en) Rishma Dosani, « eeEllen DeGeneres shares support for “inspirational” Elliot Pageee », sur Metro, (consulté le ).
  47. (en) Kelby Vera, « Ellen DeGeneres sends love to Elliot Page after he came out as trans », sur Mail Online, (consulté le ).
  48. a et b (en-US) « Ellen DeGeneres, Miley Cyrus and more show support as Elliot Page comes out as transgender », sur 101.9FM The MIX-WTMX Chicago, (consulté le ).
  49. (en) « Elliot Page comes out as Transgender; Ellen DeGeneres, Hugh Jackman, James Gunn and other Hollywood stars send him their love and support  », sur The Times of India, (consulté le ).
  50. E.J. Dickson, « Elliott Page Opens Up on Coming Out as Transgender in New Interview », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. a et b « Elliot Page, Oscar-nominated star of Umbrella Academy, speaks out about being transgender  » [archive du ], sur GLAAD, (consulté le ).
  52. (en) Brent Lang et Matt Donnelly, « Elliot Page Will Continue to Star in Umbrella Academy, Netflix Changes Credits on His Past Films », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. (en) Oscar Holland, « Elliot Page becomes first trans man to appear on Time Magazine cover », sur CNN, (consulté le ).
  54. (en) Peter Knegt, « When Elliot Page was ready for his closeup, he wanted photographer Wynne Neilly behind the lens », CBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. (en) Meghan Reads, The Biography of Elliot Page and the Oprah Interview (ISBN 9798746970527).
  56. (en-US) « Apple’s The Oprah Conversation featuring Elliot Page wins GLAAD Media Award », sur Apple TV+ Press, (consulté le ).
  57. « Elliot Page - The Oprah Conversation », sur Apple TV (consulté le ).
  58. « Elliot Page va publier ses mémoires », sur Le HuffPost, (consulté le )
  59. 2012: Time for Change sur ellenpage.org
  60. (en) « Ellen Page, Allison Janney to star in Tallulah », sur IMDB, (consulté le )
  61. (en) SNL Archives. Consulté le .
  62. (en-US) Joe Otterson, « Ellen Page Joins Umbrella Academy Series at Netflix », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. Tessa Lanney, « Avec Elliot Page, Umbrella Academy accueille Viktor », sur Têtu, (consulté le ).
  64. (en-GB) Huw Fullerton, « How The Umbrella Academy explores Elliot Page’s Vanya/Viktor transition », sur Radio Times, (consulté le ).
  65. « E3 2012 : Toutes les infos sur Beyond: Two Souls », sur Jeuxvidéo.com,
  66. Mehdi Derfoufi, Racisme et jeu vidéo, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, (ISBN 978-2-7351-2652-1, lire en ligne)
  67. (en) Catherine Shoard, « Elliot Page: star of Juno and X-Men announces he is transgender », sur The Guardian, (consulté le ).
  68. a b c et d « Comédiennes ayant doublé Ellen Page en France », sur RS Doublage (consulté le ).
  69. « Fiche du doublage de la série ReGenesis », sur Doublage Séries Database, consulté le 10 février 2010
  70. « Fiche du doublage français du film Free Love », sur Alterego75.fr.
  71. « Comédiennes ayant doublé Ellen Page au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le ).

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :