Ellen Gallagher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ellen Gallagher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvements
Black Atlantic (d), art contemporainVoir et modifier les données sur Wikidata
Représentée par
Hauser & Wirth (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Influencée par
Enregistrement vocal
Œuvres principales
Untitled (d), Untitled (d), Teeth Tracks (d), Untitled (d), Tally (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ellen Gallagher, née le 16 décembre 1965, à Providence, Rhode Island, est une plasticienne afro-américaine, connue pour ses œuvres politiques dénonçant les stéréotypes vécus par les Afro-Américains[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ellen Gallagher grandit aux États-Unis d'une mère irlandaise et d'un père cap-verdien[2].

Elle étudie à l’École du musée des Beaux-Arts de Boston (School of the Museum of Fine Arts) en 1992, puis à la Skowhegan School of Painting and Sculpture du Maine, l'année suivante[1].

Elle travaille et vit depuis plusieurs années entre New York et Rotterdam[3]. Très visible sur la scène internationale, la journaliste Valérie Duponchelle la qualifie de « star du marché de l’art contemporain[2] ».

Œuvre[modifier | modifier le code]

Confrontée très tôt au racisme latent aux États-Unis, Ellen Gallagher s'empare des problématiques liées à l’identité noire à l’histoire post-coloniale[4]. Ainsi, dès les années 1990, elle se réapproprie une histoire culturelle, notamment par ses premières œuvres consacrées au blackface. Des thèmes comme les mythologies africaines ou le commerce des esclaves[4].

À partir des années 2000, elle se penche sur les stéréotypes des corps noirs véhiculés par les médias. Dans eXelento (2004), elle remploie des images de publicité auxquelles elle accole des perruques jaunes pour dénoncer la mode de la dépigmentation de la peau[1].

Elle développe aussi une pratique picturale inspirée par les travaux de l'artiste peintre abstraite Agnès Martin[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Ellen Gallagher », sur AWARE : Archives of Women Artists, Research and Exhibitions (consulté le )
  2. a et b « Ellen Gallagher, parole d’une artiste entre noir et blanc », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  3. (en) « Ellen Gallagher », sur Art21 (consulté le )
  4. a et b « Ellen Gallagher, peintre des mythologies africaines et de l’esclavage », sur Télérama.fr (consulté le )
  5. (en) « Ellen Gallagher’ », sur thebroad.org (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]