Elle et lui (film, 1939)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elle et lui.
Elle et lui
Description de cette image, également commentée ci-après

Titre original Love Affair
Réalisation Leo McCarey
Scénario Delmer Daves
Donald Ogden Stewart
Acteurs principaux
Sociétés de production RKO
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Mélodrame romantique
Durée 88 min
Sortie 1939

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Love Affair

Elle et lui (Love Affair) est un film américain réalisé par Leo McCarey, sorti en 1939. Leo McCarey tournera en 1957 un remake en couleur de son propre film : Elle et lui (An Affair to Remember) avec Deborah Kerr et Cary Grant.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Elle, c'est Terry McKay, une chanteuse de cabaret qu'un mariage doit bientôt « sauver » de son sort. Lui, c'est Michel Marnet, célèbre play-boy français appelé à épouser une riche héritière américaine. Ils font connaissance à bord du bateau qui les conduit de l'Europe vers les États-Unis où ils doivent épouser leurs fiancés respectifs. Michel fait la cour à Terry comme à toutes les femmes attirantes qu'il rencontre, mais est surpris par sa résistance. Lors d'une escale à Madère, toutefois, ils se rendent ensemble chez la grand-mère de Michel. Terry apprend alors que Michel a beaucoup plus de talents, notamment de peintre, que ce que laisse apparaître sa réputation dans les magazines, et cette rencontre avec la grand-mère, qui laisse entendre qu'elle pourrait être une excellente épouse pour Michel, la touche profondément.

Désormais la mer est forte et le navire change de cap pour l'Amérique, à l'image de Michel et Terry qui sentent que leur badinage est devenu sérieux. Or tous deux ont l'habitude de se faire entretenir par des personnes qui leur procurent une vie de luxe. Ils se promettent d'abandonner, chacun de son côté, leurs projets de mariage et de se retrouver six mois plus tard, le 1er juillet à cinq heures de l'après-midi : d'ici là Michel aura dû démontrer qu'il est capable de trouver un travail. Le lieu de rendez-vous est le 102e étage de l'Empire State Building, « ce qu'il y a de plus proche du paradis à New-York ».

Six mois passent. Michel, après des débuts difficiles, commence à vendre ses tableaux et peut penser à l'avenir ; Terry, pour sa part, a passé ce temps à chanter dans un cabaret. Chacun se rend au rendez-vous, mais, trop enthousiaste, Terry est renversée par une voiture au pied de l'Empire State Building sans que Michel, qui l'attend déjà en haut, le sache. Terry perd l'usage de ses jambes, et se refuse à reprendre contact avec Michel tant qu'elle ne marche pas à nouveau. Michel reprend le bateau : c’est pour se rendre à Madère, où sa grand-mère vient de mourir ; il en ramène un châle brodé que celle-ci avait promis de donner à Terry.

Six mois passent encore. Les jambes de Terry ne vont toujours pas mieux, mais elle dirige à présent la chorale d'un orphelinat. Aucun ne parvient à oublier l'autre et à avoir une nouvelle relation sentimentale. L'ancienne fiancée de Michel l'emmène au théâtre la veille de Noël. En se levant à la fin du spectacle, il voit Terry et son ancien fiancé ; elle lui dit simplement « Bonjour » et il croit qu'elle a fini par épouser son fiancé.

Le lendemain, Terry s'apprête à passer la soirée de Noël seule chez elle. Michel fait irruption en expliquant avoir retrouvé son adresse par hasard dans l'annuaire. Il prétend avoir manqué le rendez-vous à l'Empire State Building, mais c’est une manière de lui faire comprendre indirectement la souffrance qu'il a alors ressentie. Terry, dont les jambes sont couvertes d'une couverture sur un canapé, continue à lui cacher son accident. Michel lui donne le châle de sa grand-mère et, sur le point de partir, se retourne pour lui raconter qu'il l'a un jour peinte avec ce châle ; le tableau ayant trop de valeur sentimentale pour lui, il n'a pas voulu le vendre, mais a accepté que le marchand le donne à une jeune femme qui manquait d'argent et qui, de plus, était handicapée. Il s'arrête toutefois avant de prononcer ce mot, car il comprend à cet instant que la jeune femme est Terry. Faisant le tour du petit appartement, il trouve le tableau accroché dans la chambre ; bouleversé, il revient vers Terry et celle-ci lui promet qu'elle parviendra certainement à marcher à nouveau : « Pas besoin de miracle, si tu peux peindre, je peux bien remarcher. ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Lien externe[modifier | modifier le code]