Ella Hepworth Dixon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hepworth et Dixon.
Ella Hepworth Dixon
Ella Hepworth Dixon.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Margaret WynmanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Britannique, Britannique (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Œuvres principales
The Story of a Modern Woman (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ella Hepworth Dixon, également connue sous le nom de plume Margaret Wynman, née le à Londres, où elle meurt le , est une romancière et éditrice britannique. Elle est l'auteure du roman féministe à portée autobiographique, The Story of a Modern Woman, dont le succès vaut à l'auteure le surnom de New Woman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans le quartier londonien de Marylebone, Ella Nora Hepworth Dixon est la septième des huit enfants de l'éditeur de littérature et d'arts de Manchester William Hepworth Dixon, et de Marian MacMahon Dixon, originaire d'Irlande[1]. Le récit autobiographique As I knew them: Sketches of People I have met On the way, publié en 1930, décrit plusieurs personnalités rencontrées au domicile familial devenu le lieu de réunion d'un cercle d'écrivains et de penseurs britanniques tels que Geraldine Jewsbury, T. H. Huxley, Richard Francis Burton, Lord Bulwer Lytton, Sir John Everett Millais et E. M. Ward.

Elle reçoit une éducation privée, puis est scolarisée brièvement à Heidelberg, puis étudie la peinture à Paris[2]. Après la mort de son père, elle commence une carrière professionnelle de journaliste, écrivant pour les journaux The World, le Daily Telegraph et le Daily Mail[3].

Elle consacre la fin de sa vie à son combat de suffragette en s'engageant pour les droits de la femme. Londres lui apparaît à la fois comme un lieu conservateur et un obstacle à la réalisation de la femme, tout comme un endroit d'espoir pour l'avenir[4].

Ella Hepworth Dixon meurt à Londres le , à l'âge de 74 ans[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Édition[modifier | modifier le code]

En 1888, Ella Hepworth Dixon accepte la proposition d'Oscar Wilde de lui succéder comme directrice d'édition du magazine féminin victorien The Woman's World, publié par Cassel de 1886 à 1890[5].

Entre mars et août 1895, elle est rédactrice en chef du magazine The Englishwoman et s'affirme progressivement comme une championne des droits des femmes[3].. The Englishwoman, édité par F. V. White & Co., à un moment de l'histoire de l'engagement des femmes dans la presse périodique[6]. Le choix des contenus et le style de l'écriture sont fondamentalement influencés par sa compréhension des rôles féminins à la fin XIXe siècle. La revue contient des pages couvrant l'actualité sportive, la mode, la littérature, des histoires d'auteurs populaires, des articles d'intérêt général, des entrevues avec des célébrités, des concours mensuels, ainsi que des articles sur des sujets liés à la maison et un examen critique des situations professionnelles, économiques et sociétales de la femme anglaise[7].

Littérature[modifier | modifier le code]

Son unique et premier roman, publié sous le pseudonyme de Margaret Wynman, My Flirtations, paraît en 1892, met en scène des moment de sa vie quotidienne[3].

Elle publie en 1894, The Story of a Modern Woman (1894), livre à portée autobiographique, où elle envisage les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui tentent d'écrire sur leur vie[3]. Elle souligne qu'elle a voulu faire un plaidoyer en faveur d'un syndicalisme moral et social féminin[8]. Le succès critique et éditorial que rencontre ce livre, publié par l'éditeur londonien William Heinemann, suscite de nombreuses amitiés littéraires[9], en Angleterre, où elle fréquente Oscar Wilde, H.G. Wells, le poète Yeats, Somerset Maugham, aux États-Unis et en Europe — il est notamment traduit en français[10] — et vaut à l'écrivaine son surnom de « New Woman »[3].

L'universitaire Gail Marshall, dans le Cambridge Guide to Women's Writing in English (1999), considère ce livre comme « un récit poignant des tentatives d'une femme de survivre économiquement et émotionnellement lorsqu'elle est laissée seule après la mort de son père. Dans un récit courageux et sans récompense, le seul espoir de rédemption du roman est que les femmes s'entraident pour survivre dans une société fondée sur le "sourire féminin qui acquiesce". »[11],[12],[13].

Le Bloomsbury Dictionary of English Literature publié en 1997, le considère comme « l'un des romans les plus émouvants de la New Woman »[14].

Si elle continue à publier des histoires courtes et des articles, Ella Hepworth Dixon ne publie pas d'autre roman, tout en consacrant progressivement tout son temps à la littérature. En 1904, elle publie le recueil de nouvelles One Doubt Hour and Other Side-Lights on the Feminine Temperament, dans lequel elle évoque l’identité féminine et dépeint les combats auxquels sont confrontées les femmes dans leur vie quotidienne à la fin du XIXe siècle[15]. L'auteure évoque ainsi l'indépendance économique, la vie de couple ou le défi que représente la vie dans une société de plus en plus ouverte sur le monde. À travers cet ouvrage, elle souhaite toucher des lectrices qui refusaient de se qualifier de féministes, bien que sensibles à des modèles de féminité susceptibles de les aider à revoir leur conception personnelle du genre et du patriarcat[16]. Sa pièce en un acte The Toy-Shop of the Heart a été mise en scène à Londres en 1908[17].

En 1930, elle publie son autobiographie As I knew them : Sketches of people I have met on the way[18].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • My Flirtations, [1892], rééd. Forgotten Books, 2012, 194 p. (ISBN 1331274400)
  • The Story of a Modern Woman, [1894], rééd. General Books LLC, 2012, 62 p. (ISBN 0217134394)
  • One Doubtful Hour and Other Side-Lights on the Feminine Temperament, [1904], rééd. Kessinger Publishing, 2010, 124 p. (ISBN 1419138960)
  • As I knew them : Sketches of people I have met on the way, Hutchinson & co. ltd, 1930, 287 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ella Hepworth Dixon », sur www.oxforddnb.com (consulté le 13 novembre 2017)
  2. (en) Dinah Birch, The Oxford Companion to English Literature, OUP Oxford, Édition : 7 , Oxford Companions, , 1 184 p. (ISBN 0192806874)
  3. a b c d et e (en) Nicola Beauman, « Dixon, Ella Nora Hepworth [pseud. Margaret Wynman] », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, .
  4. Antoinette Fouque, Béatrice Didier, Mireille Calle-Gruber, Le Dictionnaire universel des créatrices, Editions des Femmes, Collection : Biblio Belin SC, , 10 004 p. (ISBN 2721006312)
  5. (en) « The Woman’s World : Oscar Wilde as Editor of a Woman’s Magazine », sur www.victorianweb.org (consulté le 13 novembre 2017)
  6. Beth Palmer, « Ella Hepworth Dixon and Editorship », Women's Writing, vol. 19, no 1,‎ , p. 96–109 (ISSN 0969-9082, DOI 10.1080/09699082.2012.622989, lire en ligne, consulté le 13 novembre 2017)
  7. (en) « Ella Hepworth Dixon and Editorship », sur http://epubs.surrey.ac.uk,
  8. It's a plea for a kind of moral and social trades-unionism among women, Review of Reviews, 71).
  9. As I Knew them, p. 187.
  10. (en) James Silk Buckingham, John Sterling, Frederick Denison Maurice, The Athenaeum : A Journal of Literature, Science, the Fine Arts, Music, and the Drama., Nabu Press, , 868 p. (ISBN 1278408754)
  11. (en) Lorna Sage, The Cambridge Guide to Women's Writing in English, Cambridge University Press, , 706 p. (ISBN 0521668131)
  12. Ella Hepworth Dixon, The Story of a Modern Woman, General Books LLC, , 62 p. (ISBN 0217134394)
  13. (en) Charles Finch, « The Story of a Modern Woman by Ella Hepworth Dixon », sur http://www.chicagotribune.com,
  14. (en) Marion Wynne-Davies (éditrice), Dictionary of English Literature, Bloomsbury Publishing PLC, , 768 p. (ISBN 0747533431)
  15. (en) Ella Hepworth Dixon, One Doubtful Hour and Other Side-Lights on the Feminine Temperament, Kessinger Publishing, , 124 p. (ISBN 1419138960)
  16. (en) Cheryl A. Wilson, « New Perspectives on Old Questions: Ella Hepworth Dixon’s One Doubtful Hour », Journal of the Short Story in English. Les Cahiers de la nouvelle, no 62,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2017)
  17. Margaret D. Stetz, « Ella Hepworth Dixon: The Story of a Modern Woman (review) », Victorian Studies, vol. 49, no 1,‎ , p. 126–127 (ISSN 1527-2052, lire en ligne, consulté le 13 novembre 2017)
  18. (en) « Miss Ella Hepworth Dixon's As I knew Them (Hutchinson, 21s.) », The Spectator Archive,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]