Elizabeth Alexander (poète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elizabeth Alexander
Elizabeth Alexander 6738.JPG
Biographie
Naissance
(55 ans)
Harlem (New York)
Nationalité
Domicile
Lieu de travail
Formation

1984, Bachelor of Arts à l'université de Yale, 1987, Master of Arts à l'université de Boston,

1992, Ph. D à l'université de Pennsylvanie.
Activité
poète , essayiste , auteur dramatique, professeur d'université
Père
Clifford Alexander Jr
Mère
Adele Alexander-Logan
Autres informations
Yale University, Université de Columbia.
Domaine
Membre de
Site web
Distinctions
Bourse Guggenheim ()
Prix Anisfield-Wolf (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
Praise Song for the Day (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Elizabeth Alexander, née le 30 mai 1962 à Harlem (New York)[1],[2] est une poèteessayisteauteur dramatique, professeur d'université américaine. Après avoir enseigné la poésie et dirigé le département  d'études afro-américaines à l'université de Yale[3], elle a rejoint la faculté de l' Université de Columbia[4] en 2016. Elisabeth Alexander a été élue en 2015 Chancelière de l'Academy of American Poets[5]. Elle est également directrice de création et d'expression libre à la Ford Foundation de New York City[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elizabeth Alexander est la fille de Clifford Alexander Jr, ancien conseiller de John F. Kennedy et de Lyndon B. Johnson et Secrétaire de l'armée sous l'administration de Jimmy Carter et d'Adele Alexander-Logan, professeur à luniversité George-Washington.

Elle est régulièrement publiée dans des revues et périodiques tels que : The Paris Review[7]American Poetry ReviewThe Kenyon Review[8]The Village VoiceThe Women's Review of Books[9], The Washington Post[10], etc.

Après l'obtention de son Bachelor of Arts en 1984[11], elle sera journaliste notamment au Washinton Post, puis dès 1992 elle commence sa carrière d’enseignante à l'université de Chicago. Pendant son séjour à Chicago, elle rencontrera Barack Obama. En 1997, elle rejoint le Smith College[12] à Northampton dans le Massachusetts, en 2000 elle est recrutée par l'université Yale elle y restera jusqu'en 2015 pour enfin prendre la direction du département des études en littérature anglaise et littérature comparée à l'université de Columbia[13].

Elizabeth Alexander réside à New York[2].

Cursus universitaires[modifier | modifier le code]

Après la fin de ses études secondaires à la Sidwell Friends School[14] en 1980, Elizabeth Alexander entreprend ses études universitaires jusqu'à l'obtention de son doctorat[11].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Crave Radiance: New and Selected Poems 1990-2010 , éd. Graywolf Press, 2010,
  • American Sublime, éd. Graywolf Press, 2005,
  • Antebellum Dream Book, éd. Graywolf Press, 2001,
  • Body of Life, éd. Tia Chucha Press, 1996,
  • The Venus Hottentot, éd. University of Virginia Press, 1990.

Essais[modifier | modifier le code]

  • The Light of the World: A Memoir, éd. New York: Grand Central Publishing, 2015[16]
  • The Black Interior éd.Graywolf Press, 2004,
  • The Essential Gwendolyn Brooks éd. Graywolf Press, 2005,
  • Love’s Instruments: Poems by Melvin Dixon éd. University of Michigan Press, 1995.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Diva's studies, 1996.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Boursière Cave Canem, 2011[17],
  • Le Jackson Poetry Prize en 2007[18],
  • Boursière de la Fondation Guggenheim, 2002[19],
  • Le Quantrell Awards for Excellence in Undergraduate Teaching, en 1997[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Love, Loss and What Comes Next, interview menée par Sheryl Sandberg pour le New York Times, 2017[21],
  • Elizabeth Alexander: The light of the word, article suivi d'une interview de Julie Krug pour le magazine "The Writer", 2016[22],
  • How poet Elizabeth Alexander turned sorrow into a celebration of love, article de  Laurie Hertzel pour le Star Tribune, 2016[23],
  • Poet Elizabeth Alexander’s memoir of love, loss, art and glorious food, article de Karen Heller pour le Washington Post, 2015[24],
  • ‘The Light of the World’ by Elizabeth Alexander, article de Priscilla Gilman pour le Boston Globe, 2015[25],
  • Elizabeth Alexander's praise poem was way too prosy, article de Carol Rumens pour The Guardian, 2009[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Elizabeth Alexander », sur Poetry Foundation, (consulté le 13 août 2017)
  2. a et b (en) Elizabeth Alexander, « Elizabeth Alexander », sur Elizabeth Alexander, (consulté le 13 août 2017)
  3. « Alexander | English », (consulté le 13 août 2017)
  4. (en) « Elizabeth Alexander, poet and professor, to depart for Columbia », Yale Daily News,‎ (lire en ligne)
  5. (en) aapone, « chancellors », sur chancellors, (consulté le 13 août 2017)
  6. (en) « Elizabeth Alexander », sur Ford Foundation (consulté le 13 août 2017)
  7. (en) « Paris Review - Writers, Quotes, Biography, Interviews, Artists », sur The Paris Review (consulté le 18 août 2017)
  8. (en) « Search for "elizabeth alexander" - The Kenyon Review », sur www.kenyonreview.org (consulté le 18 août 2017)
  9. (en) « Women's Review of Books - Current Issue | Women's Review of Books | Publications Wellesley Centers for Women », Women's Review of Books,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Elizabeth Alexander et Elizabeth Alexander, « Poet Elizabeth Alexander celebrates the power of a people’s voice », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  11. a et b (en) Revolvy, LLC, « "Elizabeth Alexander (poet)" on Revolvy.com », sur www.revolvy.com (consulté le 13 août 2017)
  12. « Smith college », sur smith college,
  13. (en) « Renowned Poet and Scholar Elizabeth Alexander Joins Faculty | Department of English and Comparative Literature », sur english.columbia.edu (consulté le 13 août 2017)
  14. (en) « Home - Sidwell Friends », sur www.sidwell.edu (consulté le 13 août 2017)
  15. « Two faculty members and a Yale alumna win awards from Phi Beta Kappa », sur YaleNews, (consulté le 14 août 2017)
  16. (en) Meghan O’rourke, « ‘The Light of the World,’ by Elizabeth Alexander », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  17. « Spotlight on Cave Canem | NEA », sur www.arts.gov (consulté le 14 août 2017)
  18. (en) « Jackson Poetry Prize | Poets & Writers », sur www.pw.org (consulté le 14 août 2017)
  19. (en) « John Simon Guggenheim Foundation | Elizabeth Alexander », sur www.gf.org (consulté le 14 août 2017)
  20. « Quantrell award: Elizabeth Alexander », sur chronicle.uchicago.edu (consulté le 14 août 2017)
  21. (en) Philip Galanes, « Sheryl Sandberg and Elizabeth Alexander on Love, Loss and What Comes Next », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  22. (en) « Elizabeth Alexander: The light of the word - The Writer », The Writer,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « How poet Elizabeth Alexander turned sorrow into a celebration of love », Star Tribune,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Karen Heller, « Poet Elizabeth Alexander’s memoir of love, loss, art and glorious food », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  25. (en) « Review of “The Light of the World” by Elizabeth Alexander - The Boston Globe », BostonGlobe.com,‎ (lire en ligne)
  26. (en) Carol Rumens, « Elizabeth Alexander's praise poem was way too prosy », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]