Eliz Iza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eliz Iza (E ti Eliz Iza, « Dans la maison d'Eliz Iza ») est une gwerz (chanson traditionnelle bretonne), un thème breton très ancien qui figurait au répertoire des sœurs Goadec.

Présentation[modifier | modifier le code]

Sujet[modifier | modifier le code]

Dans la maison d'Eliz-Iza, il y a une jolie petite fille nommée Korantenig. En allant en Égypte, son père est noyé par les Anglais dans la mer profonde et le cœur de sa mère s'est brisé à l'annonce de cette nouvelle. Sur un rocher au bord de la mer, elle pleure la mort de ses parents et se sent seule : aux cieux il y a un bon père, à Rumengol il y a une bonne mère. Priant la Vierge Marie, mais n'ayant rien que ses cheveux blonds, elle lui donne comme couronne une natte de ses cheveux blonds.

Nom[modifier | modifier le code]

En 1867, Jean Pierre Marie Le Scour, dans son recueil de poèmes Telen Rumengol, l'intitule « Plac'hig Eusa » (La jeune fille d'Ouessant), et précise que ce poème se chante sur la mélodie An deiz kentan deus a viz du (Le premier jour du mois de novembre), également connue sous le nom de Marivonik.

Elle est également connue sous divers nom : Elysa (Goadec), Kaourantenig (Maryvonne Goadec), Enez Eussa, Azeliz Iza. Yann-Fanch Kemener par exemple chante cette chanson en employant En Enez Eusa (Ouessant)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Interprétations[modifier | modifier le code]

Eliz Iza
Chanson de Alan Stivell
extrait de l'album Renaissance de la harpe celtique
Sortie 1971
Enregistré Studio des Dames, Paris
Durée 2:56
Genre Chanson bretonne des montagnes
Auteur-compositeur trad. - arr. A. Stivell
Producteur Franck Giboni
Label Fontana

Pistes de Renaissance de la harpe celtique

L'interprétation des trois sœurs Goadec est restée célèbre.

Alan Stivell arrange la mélodie en 1970 sur son album Renaissance de la harpe celtique. Outre la harpe celtique aux arpèges limpides, Alan y fait intervenir un chœur d’hommes et de femmes, un ensemble de cordes, des bombardes ainsi qu’un groupe rock, pour la toute première fois[2].

En collectant les paroles de chants traditionnels, Denez Prigent rencontre Eugénie Ebrel, l'une des sœurs Goadec, qui lui transmet la chanson. Sur scène, il la chante ensuite avec la fille d'Eugénie, Louise Ebrel[3]. Denez Prigent interprète sa version a cappella sur son premier album Ar gouriz koar et une version live avec un bagad sur son album suivant. Il la reprend également en 2016 sur les chœurs de Story of Me de Masta Ace[4].

Le groupe Tri Yann en fait sa version sous le nom Korantenig.

D'autres ensembles l'on reprise comme le bagad Bleimor, Dan Ar Braz et l'Héritage des Celtes (Enez eusa par Yann-Fanch Kemener et le pianiste Didier Squiban, et sur leur album Enez Eusa en 1996), Gwerz... En 1997, Didier Squiban l'intègre à son album instrumental Molène.

Lors de son 50e anniversaire, le Bagad Kemper présente en 2000 « Azeliz Iza », une création musicale construite autour de la complainte Eliz Iza, s'ouvrant sur le chant des sœurs Goadec. À cette occasion, le bagad s’entoure d’une section de cuivres, d’une section de guitares et est accompagnée au chant par Marthe Vassallo[5].

Jacques Pellen réalise une version instrumentale jazzy, sur l'album A celtic procession live.

Des versions énergiques sont apparues, par le groupe Dao Dezi (1994), le groupe Kroazhent sur leur album Extraits (1997), Pat O'May sur son album Celtic Wings (2012). Le groupe Wig a Wag y fait référence dans le titre E Ti Lisa de la première chanson de l'album éponyme sorti en 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marine Mingam, Une gwez traditionnelle bretonne à travers le siècle : Eliz Iza, UHB-Rennes 2, 1999, 42 pp. Dastum
  • Jean Pierre Marie Le Scour, Telenn Remengol (La Harpe de Rumengol), 1867, Brest : Lefournier, 1868. 179 p. avec les partitions arrangées par Pierre Thielemans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Boidron, « Yann-Fañch Kemener/Didier Squiban (Enez Eusa) », Musique bretonne, no 135, mai 1995, p. 26-27, Dastum lire en ligne
  2. Jonathyne Briggs, Sounds French : Globalization, cultural communities, and pop music in France, 1958-1980, Oxford University Press, , 230 p. (ISBN 9780199377091), p. 129
  3. Benjamin MiNiMuM, « Denez Prigent », Mondomix (consulté le 18 décembre 2009)
  4. « Musique. Denez Prigent de la gwerz au hip-hop », sur letelegramme.fr, (consulté le 4 août 2016)
  5. Bagad Kemper, dossier de presse

Liens externes[modifier | modifier le code]