Elissa Rhaïs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Elissa Rhaïs
Elissa rhais-1.jpg
Elissa Rhaïs vers 1920
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
BlidaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Elissa Rhaïs, pseudonyme (nom de plume) utilisé par Rosine Boumendil née le à Blida en Algérie et décédée dans la même ville le . Rosine Boumendil est une écrivaine, auteur de romans et de nouvelles orientalistes se déroulant en Algérie. Elle se fait à l'époque passer pour une musulmane ayant fui un harem[1]. Elle avoue par la suite être une juive d'Algérie, et certains critiques l'accusent même de ne pas être l'auteur des romans qu'elle signe.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'Algérie[modifier | modifier le code]

Rosine Boumendil naît en 1876 à Blida dans une famille juive aux revenus modestes[2]. Son père, Jacob, est boulanger et sa mère, Mazaltov (née Seror), est mère au foyer. Cette famille est juive[2]. Elle va à l'école communale jusqu'à l'âge de douze ans, puis est placée comme domestique dans une famille juive. À dix-huit ans, elle épouse Moïse Amar, rabbin de la synagogue de la rue Sabine, dans la Basse-Casbah d'Alger[2]. Installé dans cette ville, le couple a trois enfants, une fille, qui meurt à onze ans, puis un fils Jacob-Raymond (1902-1987) et une autre fille Mireille (1908-1930). Jacob-Raymond sera également écrivain ainsi que journaliste sous le nom de Roland Rhaïs, et fut l'un des rares juifs d'Algérie à obtenir la nationalité algérienne après l'indépendance[3].

À trente-huit ans, divorcée, elle se remarie avec un commerçant, Mardochée Chemouil, qui lui permet de s'installer dans une villa à Alger, où elle ouvre un salon littéraire[2]. Très rapidement, elle devient renommée comme conteuse d'histoires. Elle raconte que ses histoires lui ont été transmises par sa mère et sa grand-mère, et font donc partie du patrimoine folklorique de sa région natale. Elle est encouragée à publier par quelques critiques littéraires fréquentant son salon[2].

Paris[modifier | modifier le code]

En 1919, Rosine Boumendil décide de s'installer en France et obtient une séparation de biens d'avec son mari, car celui-ci désapprouve ses ambitions littéraires[2]. Elle débarque le à Marseille avec son fils Jacob-Raymond, sa fille Mireille et son fils adoptif, Raoul-Robert Tabet, neveu de son second mari Mardochée Chemouil. Ils vont s'installer à Paris, où après avoir fait publier trois nouvelles sous le titre Le Café chantant dans la Revue des deux Mondes, elle signe un contrat de cinq ans avec la maison d'édition Plon. Elle publie son premier roman Saâda la Marocaine sous le pseudonyme d'Elissa Rhaïs. Son éditeur lui invente une histoire romanesque, et la fait passer pour une musulmane qui a appris le français en Algérie à l'école publique. Il la surnomme « L'Orientale ». La mode est alors à l'orientalisme, et les histoires écrites par une femme orientale est de nature à exciter la curiosité de nombreux lecteurs. Le fait qu'elle écrive en français est la preuve de l'apport de la colonisation aux peuples indigènes. Or, ce que la quasi-totalité des lecteurs ignorent, c'est que depuis le décret Crémieux de 1870 qui a donné la nationalité française aux Juifs d'Algérie, ceux-ci ont librement accès à l'école publique et à l'éducation française, ce qui n'est absolument pas le cas pour le reste des natifs.

De 1919 à 1930, Rhaïs publie neuf romans et trois recueils de courtes nouvelles. Ce sont des romans à l'eau de rose, se déroulant dans une Afrique du Nord exotique. Ses récits sentimentaux se déroulent, à quelques exceptions près, dans différents milieux musulmans d'avant la Première Guerre mondiale avec de nombreuses héroïnes féminines. Une seule exception, Les Juifs ou la fille d'Éléazar, considéré comme son meilleur roman et dont les personnages sont des Juifs de la classe moyenne, se débattant entre modernité et tradition sur fond d'intrigues amoureuses.

À Paris, elle rouvre un salon, fréquenté par des artistes dont entre autres Colette, Paul Morand, ou l'actrice Sarah Bernhardt[2].

Séjours à Blida[modifier | modifier le code]

À partir de 1922, Rhaïs effectue de nombreux séjours en Algérie, à Blida. Après la mort de sa fille en 1930, de la fièvre typhoïde, lors d'un séjour qu'ils effectuent ensemble au Maroc, Rhaïs se retire alors de la vie publique et ne publie plus de livres. Assez rapidement, elle tombe dans l'oubli, et il faut plus de cinquante ans pour que l'on reparle d'elle et que ses livres soient réédités[2].

Elle meurt brutalement à Blida, où elle est revenue habiter, en 1940[2].

Couverture du Café chantant de 1920
Couverture de Les Juifs ou la fille d'Éléazar de 1921

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Les romans de Rhaïs vont au-delà des stéréotypes dominant à cette période coloniale, qui voit la femme arabo-berbère sous les traits soit d'une odalisque soit d'une fatma. Elle décrit la vie courante, les coutumes, les habits, les fêtes religieuses et les relations familiales.

L'écrivain Jules Roy, lui aussi né en Algérie, écrit à son sujet en 1982, dans le journal Le Monde, sous le titre Le mythe d'une Algérie heureuse, avant que la supercherie sur ses origines ne soit davantage éclaircie[4] : « Juive ? Arabe ? Berbère ? La George Sand de l’Islam, un Loti enfin authentique, une Eberhardt qui aurait percé... Elle a chanté tout ce que nous avons aimé et que nous avons quitté pour un ailleurs plus âpre et plus vaste. Elle seule était capable de jouer de l’illusion coloniale comme elle en a joué. Elle fut quelqu’un de merveilleusement suranné : elle incarna le mythe d’une Algérie heureuse et irremplaçable dans nos cœurs. ».

  • Saâda la Marocaine. Paris: 1919[5]
  • Le Café chantant. Paris : 1920[6]
  • Les Juifs ou la fille d’Eléazar, Paris, 1921[7]
  • La Fille des pachas. Paris : 1922[8]
  • La Fille du douar, Paris, 1924[9]
  • La Chemise qui porte bonheur, Paris, 1925[10]
  • L'Andalouse. Paris: 1925[11]
  • Le Mariage de Hanifa, Paris, 1926[12]
  • Le Sein blanc. Paris: 1928[13]
  • Par la voix de la musique. Paris: 1927[14]
  • La Riffaine suivi de Petits Pachas en exil, Paris, 1929[15]
  • La Convertie. Paris: 1930[16]
  • Enfants de Palestine dans la Revue hebdomadaire, [17].
  • Le parfum, la femme et la prière, théâtre, 1933[18]
  • Judith, dans Le Journal du au

Mystification ou non[modifier | modifier le code]

Attaques contre le personnage qu'elle s'est créé[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1930, une revue antisémite, Le Péril Juif de Charles Hagel, la critique violemment et la traite d'imposteur pour s'être fait passer pour une musulmane[2].

La romancière Lucienne Favre écrit dans son roman Orientale 1930, publié en 1930[2] : « Il parait qu'en France, on aime les Mauresques de toutes conditions. C'est pourquoi il y a une vieille Juive, ancienne femme de rabbin, qui se fait passer pour une Arabe, et raconte d'une manière fausse des histoires sur notre race et nos traditions. Elle gagne ainsi énormément d'argent dit-elle. »

Véritable auteure ou mystificatrice[modifier | modifier le code]

Bien plus tard, en 1982, Paul Tabet, le fils de Raoul Tabet, le neveu d'Elissa Rhaïs, publie chez Grasset un livre Elissa Rhaïs[19], dans lequel il affirme que son père lui aurait avoué être le véritable auteur des romans attribués à Rhaïs[2]. Bien qu'Elissa Rhaïs soit une auteure un peu oubliée, le livre de Paul Tabet fait parler de lui dans les médias : Paul Tabet a l'honneur d'être interviewé par Bernard Pivot à Apostrophes le [2],[20], la revue Les Nouvelles littéraires publie les réactions des proches d'Elissa Rhaïs, qui réaffirment essentiellement qu'elle est bien l'auteure[2], un article du journal Le Monde, sans enquêter en profondeur, relève l'imboglio de la situation ainsi que des erreurs manifestes dans l'ouvrage de Paul Tabet[21]. Denise Brahimi, dans une introduction intitulée Lire Elissa Rhaïs parle « d'un piètre scandale[22] ».

Dans un second numéro des Nouvelles littéraires traitant de l’Affaire Elissa Rhaïs, Paul Enckell tente un bilan de la controverse et pose la question « Il n’y a pas d’affaire Elissa Rhaïs. Y a-t-il une affaire Paul Tabet ? »[2].

Une étude sur la controverse provoquée par le livre de Paul Tabet, avec analyse de la position de nombreux critiques sur le sujet est réalisée par Mireille Rosello, de l'université Northwestern sous le titre de Elissa Rhaïs; Scandals; Impostures; Who Owns the Story[23]?. Un téléfilm Le secret d'Elissa Rhaïs[24]est tourné pour la télévision en 1993 par le réalisateur Jacques Otmezguine d'après le livre de Paul Tabet. Le scénario reprend donc la thèse de ce dernier d'une façon romancée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'écrivain Joseph Boumendil stipule que l'épisode du harem a été inventé par le romancier Paul Tabet.
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o Jean Déjeux, « Élissa Rhaïs, conteuse algérienne (1876 -1940) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, no 37,‎ , p. 47-79 (DOI 10.3406/remmm.1984.2021, lire en ligne)
  3. Jean Déjeux, « Rhaïs, Jean », dans Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Editions Karthala, , 404 p. (ISBN 978-2-86537-085-6, lire en ligne), p. 184.
  4. Jules Roy, « Le mythe d'une Algérie heureuse », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Saâda la Marocaine; édition originale: Plon-Nourrit; 1919; ASIN: B001BTLP4E; réédition: éditeur: Bouchène; collection: Escales; 3 décembre 2002; (ISBN 2912946611); (ISBN 978-2912946614)
  6. Le café-chantant. kerkeb. noblesse arabe: édition originale: Plon-Nourrit; 1920; ASIN: B0000DNACV; réédition: éditeur: Bouchène; 19 mars 2003; (ISBN 2912946670); (ISBN 978-2912946676)
  7. Les Juifs ou la fille d’Eléazar: édition originale: Plon-Nourrit; 1921; ASIN: B0000DP862; réédition sous le titre La Fille d’Eléazar, L'Archipel, Collection Archipel.Archip, 5 février 1997 (ISBN 284187057X et 978-2841870578)
  8. La Fille des pachas: édition originale: Plon; 1922; ASIN: B0000DWWCM; réédition: éditeur: Bouchène; collection Escales, 19 mars 2003; (ISBN 2912946638); (ISBN 978-2912946638)
  9. La Fille du douar : édition originale: Plon-Nourrit; 1924; ASIN: B001BTPKLS
  10. La Chemise qui porte bonheur: édition originale: Plon-Nourrit; 1925; ASIN: B001BTLPCG
  11. L'Andalouse: édition originale: Fayard; 1925
  12. Le Mariage de Hanifa: édition originale: éditeur: Plon-Nourrit; 1926; ASIN: B001BTPKJK
  13. Le Sein blanc: édition originale: Ernest Flammarion; 1928; ABE:1329960586; réédition: éditeur: L'Archipel; collection: Archipel.Archip; 24 janvier 1996; (ISBN 2841870197); (ISBN 978-2841870196)
  14. Par la voix de la musique: édition originale: éditeur : Les Petits-fils de Plon et Nourrit; 1927; ASIN: B001BTLP5I
  15. La Riffaine. Petits Pachas en exil: édition originale: Ernest Flammarion; 1929; ASIN: B001BTK1QW
  16. La Convertie: édition originale: Ernest Flammarion; 1930; ASIN: B001BTLPBM
  17. Enfants de Palestine; réédition: éditeur: Manuscrit; 1er juin 2007; (ISBN 2748193784); (ISBN 978-2748193787)
  18. Comoedia / rédacteur en chef : Gaston de Pawlowski, [s.n.], (lire en ligne)
  19. Paul Tabet, Elissa Rhaïs, Grasset; 5 mai 1982 (ISBN 224627611X) (ISBN 978-2246276111)
  20. (en) Apostrophes du 7 mai 1982; émission télévisuelle de Bernard Pivot
  21. Jacqueline Piatier, « Le mystère d'Élissa Rhais », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  22. Denise Brahimi: Actes du Congrès mondial des littératures de langue française; Responsable du volume : Giuliana Toso-Rodinis; éditeur: Centro Stampa di Palazzo Maldura; Padoue; 1984; pages: 463 à 471
  23. (en) Elissa Rhaïs; Scandals; Impostures; Who Owns the Story?, Mireille Rosello, Northwestern University, Research in African Litteratures, Volume 17, Numéro 1, printemps 2006, consulté le 7 juillet 2010
  24. Le secret d'Elissa Rhaïs; téléfilm de Jacques Otmezguine; 1993.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Allali, Elissa Rhaïs. La mystérieuse conteuse de Blida, Tribune juive, no 1369, 1996, page 29
  • Joëlle Bahloul, « Elissa Rhais » in: Anthologie des écrivains francophone du Maghreb, dirigée par A. Memmi, Seghers, 1985, pages 275-281
  • Albert Bensoussan, « L'image de la femme judéo-maghrébine à travers l'œuvre d'Elissa Rhais, Blanche Bendahan, Irma Ychou », Plurial, numéro spécial, La femme dans la société francophone traditionnelle, 1986, pages 29–34
  • Joseph Boumendil, Elissa ou Le mystère d'une écriture, enquête sur la vie et l'œuvre d'Élissa Rhaïs, Biarritz ; Paris : Séguier, 2008 (ISBN 978-2-84049-514-7)
  • Denise Brahimi, Femmes arabes et sœurs musulmanes, Tierce, collection Femmes et sociétés, Paris, 1984 (ISBN 2903144281 et 978-2903144289)
  • Guy Dugas, « Une expression minoritaire : La littérature judéo-maghrébine d'expression française » in: Littératures maghrébines, colloque Jacqueline Arnaud, Paris, 1990, pages 135–143
  • Guy Dugas, La Littérature judéo-maghrébine d'expression française: Entre Djéha et Cagayous, L'Harmattan, , (ISBN 2738408370 et 978-2738408372)
  • André Spire, « Un conteur judéo-arabe d'Afrique du Nord : Elissa Rhaïs » in: Souvenirs à bâtons rompus, Albin Michel, collection Spiritualité, (ISBN 222604776X et 978-2226047762)

Liens externes[modifier | modifier le code]