Elisabeth Irwin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elisabeth Irwin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ManhattanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Elisabeth Antoinette IrwinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
I Morningside Cemetery, Gaylordsville, CT, USA (2).jpg
Vue de la sépulture.

Elisabeth Irwin, née le à Brooklyn, New York, morte le à Manhattan, est une éducatrice, psychologue, réformatrice américaine, la fondatrice de la Little Red School House (en). Elle était ouvertement lesbienne, vivant avec sa partenaire de vie Katharine Anthony (en) et les deux filles qu'elles ont adoptées[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elisabeth Irwin est née à Brooklyn, de William Henry Irwin et Josephina Augusta Easton. Son père était marchand de coton. Elle a fréquenté le Packer Collegiate Institute et a obtenu son bachelor of arts de Smith College en 1903, et sa maîtrise de Columbia University en 1923. Elle était membre du club intellectuel féministe Heterodoxy.

En 1912, alors qu'elle était membre du personnel de la Public Education Association, elle a commencé à réviser le programme d'études pour les enfants de la Public School 64. Elle a fondé le programme d'études Little Red School House (en), à Manhattan en 1921, dans l'annexe peinte en rouge de Public School 61. Son travail là-bas, puis à la Public School 41, est décrit dans un article pour The New York Times comme une expérience pour démontrer que « le programme plus large et plus actif des écoles progressistes pourrait être réalisée dans les écoles publiques »[2].

Face aux coupes budgétaires, il semblait que l'expérience allait se teminer, mais un groupe de parents s'est réuni, la poussant à créer sa propre école et lui promettant un soutien financier. En septembre 1932, la « Little Red School House » a son propre bâtiment à Bleecker Street. Au début, seul l'enseignement primaire était disponible, mais en 1940, un lycée a été ajouté.

Elle est décédée au New York Hospital (en) en octobre 1942[3]. Sa partenaire, Katharine Anthony[4], et leurs deux filles adoptives, Mrs Howard Gresens et Mrs R.O. Bogue, lui ont survécu. Ses funérailles ont eu lieu à Gaylordsville, dans le Connecticut, où elle et Katharine Anthony avaient une maison d'été, se faisant appeler les « dames gays de Gaylordsville »[5]. Elle y a été enterrée aux côtés de Katharine Anthony.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Truancy: a study of the mental, physical and social factors of the problem of non-attendance at school, New York, Public education association of the city of New York, 1915

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lillian Faderman, To Believe in Women: What Lesbians Have Done for America - A History, Houghton Mifflin Books, (ISBN 0-618-05697-1, lire en ligne), 29
  2. The New York Times, 3 avril 1932, p. E7
  3. The New York Times, 17 october 1942, p. 15
  4. Faderman, Lillian (1991), Odd girls and twilight lovers: A history of lesbian life in twentieth-century America, (p. 23). New York: Penguin.
  5. Martinac, Paula (1997). The queerest places: A national guide to gay and lesbian historic sites, (p. 113). New York: Henry Holt and Company.

Liens externes[modifier | modifier le code]