Élie Péju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Elie Péju)
Aller à : navigation, rechercher

Elie Péju (1901-1969), communiste puis résistant français.

Elie Péju est d'abord militant du Parti communiste, qu'il quitte par opposition au stalinisme.

Dès juillet 1940 il crée un groupe de résistance intérieure, "France Liberté", avec Auguste Pinton, Antoine Avinin et Jean-Jacques Soudeille[1]. Ce mouvement devient par la suite Franc-Tireur. Il fait paraître les journaux clandestins Franc-Tireur, Le Père Duchesne avec Georges Altman, et La Revue Libre avec Marc Bloch. Il devient en 1943 délégué national des Mouvements unis de la Résistance (MUR). À la Libération, il est fait compagnon de la Libération.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Elie Péju est le grand-père du romancier Pierre Péju.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle von Bueltzingsloewen, Laurent Douzou, Jean-Dominique Durand, Hervé Joly et Jean Solchany, Lyon dans la Seconde guerre mondiale : villes et métropoles à l'épreuve du conflit, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 361 p. (ISBN 978-2-7535-4359-1, notice BnF no FRBNF44499152)
    • Laurent Douzou, « La Résistance à Lyon (1940-1944) », dans Lyon dans la Seconde guerre mondiale, , p. 271-281

Références[modifier | modifier le code]

  1. Douzou 2016, p. 274.

Lien externe[modifier | modifier le code]