Elias Ashmole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elias Ashmole
Ashmole-after-Riley.jpg

Elias Ashmole en 1688, artiste inconnu (détail).

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
LambethVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Membre de

Elias Ashmole, né le à Lichfield et mort le à Lambeth, est un antiquaire anglais et un des premiers francs-maçons spéculatifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir servi quelque temps dans l'armée de Charles Ier, il quitta le service pour se livrer à l'étude. Il s'occupa d'abord d'alchimie, et publia en 1650 et 1652 quelques traités sur cette science chimérique, puis se livra à des recherches historiques.

Il publia en 1672 les Institutions, lois et cérémonies de l'ordre de la Jarretière, ouvrage estimé, qui lui fit donner par Charles II la place de héraut d'armes à Windsor. Il fut l'un des fondateurs de la Royal Society.

Il avait réuni un grand nombre de curiosités et d'antiquités qu'il légua à l'Université d'Oxford : on les déposa dans le cabinet qui prit de lui le nom de Muséum Ashmoléen (Ashmolean Museum).

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Elias Ashmole est aussi connu pour avoir rapporté dans ses mémoires le premier témoignage historique d'appartenance à la franc-maçonnerie. Initié en 1641, il est l'un des tout premier franc-maçon spéculatif dont l'histoire ait retenu le nom[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Elias Ashmole[modifier | modifier le code]

  • Theatrum Chemicum Britannicum, Londres, 1652 ; réimpr. New York, 1967. Anthologie d'alchimie.
  • Antiquities of Berkshire, 1665.
  • The Institution, Laws and Ceremonies of the Most Noble Order of the Garter, 1672. Sur l'ordre de la jarretière.

Études sur Elias Ashmole[modifier | modifier le code]

  • C. H. Josten (editor), Elias Ashmole (1617–1692). His Autobiographical and Historical Notes, his Correspondence, and Other Contemporary Sources Relating to his Life and Work, Oxford, Clarendon Press, 1966, 5 vols., 2065 p.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Alain Bauer et Roger Dachez, Les 100 mots de la franc-maçonnerie, PUF, coll. « Que sais-je? »,‎ (ISBN 9782130562634, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via Cairn.info.