Eleutherococcus senticosus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la flore
Cet article est une ébauche concernant la flore.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Eleutherococcus senticosus est un buisson de la famille des Araliaceae originaire de Sibérie et d'Asie du nord-est[1]. Il peut atteindre 3 m. et supporte des climats froids (zone de rusticité USDA 3a à 8b)[2].

La racine est appelée improprement [3] Ginseng de Sibérie à cause de ses effets adaptogènes, étudiés et utilisés chez les sportifs du temps de l'URSS[1]. Il est employé en médecine homéopathique [4] et souvent mentionné comme complément alimentaire avec pour indication : fatigue, surmenage, herpes, immunodéficience[5],[6], et plus généralement qualité de vie des personnes âgées [7]. L'écorce est également utilisée en médecine traditionnelle [8].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Synonymes : Eleutherococcus asperatus (Franch. & Sav.) Koidz, Acanthopanax asperatus Franch. & Sav., A. senticosus (Rupr. & Maxim.) Harms, Hedera senticosa Rupr. & Maxim.

Egalement nommé en français : Eleuthérocoque [3], ginseng sibérien, buisson du diable, racine de la taïga[4].

Maria Davydov recommandait en 2000 de ne pas utiliser le terme "ginseng sibérien" à cause de la confusion possible avec le ginseng [9] (Panax ginseng C.A. Mey). Aux États-Unis, seules les plantes ou dérivés de plantes du genre Panax peuvent être nommées, étiquetées ou vendues sous le nom "ginseng"[10].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Concernant les aspects pharmacologiques cette même publication notait à propos des éleutherococcus " Six composés présentent différents niveaux d'activité anti-oxydante, quatre montrent une action anti-cancer, trois montrent une activité hypocholestérolémiante, deux montrent des effets immunostimulants, et un une activité cholérétique, la capacité modérée de diminuer le niveau d'insuline, une activité radio-protectrice, anti-inflammatoire, antipyrétique, anti-bactérienne."[9]

Depuis lors, les publications se sont multipliées sur les composants des diverses parties de la plante (feuille [11], écorce [12], fruit [13]) qui confirment, in vitro ou en expérimentation animale [14], que la plante est une source significative d'anti-oxydants naturels et d'antimicrobiens. Parmi eux l'éteuthéroside B (syringine à l'effet hypoglycémiant chez le rat [15]) spécialement présente dans le rhizome et les racines (qui se conserve mal dans la poudre de racine, disparait de 50% en 1 an et totalement en 3 ans) [16].

Chez l'homme les indications de la médecine traditionnelle chinoise sont soumises à confirmation expérimentale : effet adaptogène[17], effet anti-œdémateux [18], etc.

Il n'y a pas d'incompatibilité médicamenteuse ni d'effet tératogène signalés [19] ni d'effet indésirable ou d'allergie décrits [20], la contrindication pour les sujets hypertendus, fréquemment citée, n'est pas démontrée [21] sont rapportés, sans mention des dosages ingérés, des réactions cutanées et des insomnies [20].

Le séquençage progresse, l'ADN du chloroplaste a été publié en 2012 [22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Djaja D. Soejarto et Norman R. Farnsworth, « THE CORRECT NAME FOR SIBERIAN GINSENG », Botanical Museum Leaflets, Harvard University, vol. 26,‎ , p. 339–343 (lire en ligne)
  2. « PlantFiles: Siberian Ginseng, Ci wu jia », sur Dave's Garden (consulté le 8 octobre 2016)
  3. a et b (fr) « Éleuthérocoque - EurekaSanté par VIDAL », sur EurekaSanté (consulté le 8 octobre 2016)
  4. a et b Bernard Chemouny, Soigner le stress par l'homéopathie et la phytothérapie, Odile Jacob, (ISBN 9782738178237, lire en ligne)
  5. Barbara Zablocki, Du stress au bien-être et à la performance, Edipro, (ISBN 9782874960437, lire en ligne)
  6. (en) Michelle Morgan, « Major Therapeutic Activity of Eleuthero », Michelle Morgan,‎ (lire en ligne)
  7. A. F. G. CICERO, G. DEROSA, R. BRILLANTE et R. BERNARDI, « EFFECTS OF SIBERIAN GINSENG (ELEUTHEROCOCCUS SENTICOSUS MAXIM.) ON ELDERLY QUALITY OF LIFE: A RANDOMIZED CLINICAL TRIAL », Archives of Gerontology and Geriatrics, série Supplement 9: Affective, Behavior, and Cognitive Disorders in the Elderly, vol. 38, Supplement,‎ , p. 69–73 (DOI 10.1016/j.archger.2004.04.012, lire en ligne)
  8. Shu Zhu, Yanjing Bai, Mayuko Oya et Ken Tanaka, « Genetic and chemical diversity of Eleutherococcus senticosus and molecular identification of Siberian ginseng by PCR-RFLP analysis based on chloroplast trnK intron sequence », Food Chemistry, vol. 129,‎ , p. 1844–1850 (DOI 10.1016/j.foodchem.2011.05.128, lire en ligne)
  9. a et b Marina Davydov et A. D. Krikorian, « Eleutherococcus senticosus (Rupr. & Maxim.) Maxim. (Araliaceae) as an adaptogen: a closer look », Journal of Ethnopharmacology, vol. 72,‎ , p. 345–393 (DOI 10.1016/S0378-8741(00)00181-1, lire en ligne)
  10. (en) « Detention Without Physical Examination of Foods Labeled As Being Or Containing Siberian Ginseng »,‎
  11. Yue-Wei Ge, Chihiro Tohda, Shu Zhu et Yu-Min He, « Effects of Oleanane-Type Triterpene Saponins from the Leaves of Eleutherococcus senticosus in an Axonal Outgrowth Assay », Journal of Natural Products, vol. 79,‎ , p. 1834–1841 (ISSN 0163-3864, DOI 10.1021/acs.jnatprod.6b00329, lire en ligne)
  12. Maho Sumiyoshi et Yoshiyuki Kimura, « Effects of Eleutherococcus senticosus Cortex on Recovery from the Forced Swimming Test and Fatty Acid β-Oxidation in the Liver and Skeletal Muscle of mice », The Natural Products Journal, vol. 6,‎ , p. 49–55 (lire en ligne)
  13. (en) Daehan Jang et al., « Composition, antioxidant and antimicrobial activities of Eleutherococcus senticosus fruit extracts », Journal of Applied Pharmaceutical Science Vol. 6 (03),‎ , p. 125 (ISSN 2231-3354, lire en ligne)
  14. (en) K. K. Chen et B. Mukerji, Pharmacology of Oriental Plants: Proceedings of the First International Pharmacological Meeting, Stockholm, 22-25 August, 1961, Elsevier, (ISBN 9781483185408, lire en ligne)
  15. (en) Ho-Shan Niu, I-Min Liu, Juei-Tang Cheng et Che-Ling Lin, « Hypoglycemic Effect of Syringin from Eleutherococcus senticosus in Streptozotocin-Induced Diabetic Rats », Planta Medica, vol. 74,‎ , p. 109–113 (ISSN 0032-0943, DOI 10.1055/s-2008-1034275, lire en ligne)
  16. (en) Weici Tang et Gerhard Eisenbrand, Chinese Drugs of Plant Origin: Chemistry, Pharmacology, and Use in Traditional and Modern Medicine, Springer Science & Business Media, (ISBN 9783642737398, lire en ligne)
  17. (en) Jip Kuo et al., « The Effect of Eight Weeks of Supplementation with Eleutherococcus senticosus on Endurance Capacity and Metabolism in Human », Chinese Journal of Physiology 53(2),‎ , p. 105-111 (lire en ligne)
  18. « Antiedema effects of Siberian ginseng in humans and its molecular mechanism of lymphatic vascular function in vitro », sur www.sciencedirect.com (consulté le 8 octobre 2016)
  19. « WHO Monographs on Selected Medicinal Plants - Volume 2: Radix Eleutherococci », sur apps.who.int (consulté le 8 octobre 2016)
  20. a et b (en) Adverse Effects of Herbal Drugs 2, Springer Science & Business Media, (ISBN 9783642489068, lire en ligne)
  21. (en) Mathias Schmidt, Michael Thomsen, Olaf Kelber et Karin Kraft, « Myths and facts in herbal medicines: Eleutherococcus senticosus (Siberian ginseng) and its contraindication in hypertensive patients », Botanics: Targets and Therapy, vol. Volume 4,‎ (DOI 10.2147/BTAT.S60734, lire en ligne)
  22. (en) Dong-Keun Yi, Hae-Lim Lee, Byung-Yun Sun et Mi Yoon Chung, « The complete chloroplast DNA sequence of Eleutherococcus senticosus (Araliaceae); Comparative evolutionary analyses with other three asterids », Molecules and Cells, vol. 33,‎ , p. 497–508 (ISSN 1016-8478 et 0219-1032, DOI 10.1007/s10059-012-2281-6, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]