Electrolux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Electrolux
Image illustrative de l'article Electrolux
illustration de Electrolux

Création 1910
Dates clés 1919 (fusion avec Lux)
Fondateurs Axel Wenner-Gren
Forme juridique Aktiebolag (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Thinking of you
Siège social Drapeau de la Suède Stockholm Voir et modifier les données sur Wikidata (Suède)
Direction Jonas Samuelson
Activité Électroménager
Produits Appareil ménager (en), aspirateur et Four à vapeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Electrolux (Australia) (d), Electrolux (United Kingdom) (d), Electrolux (Germany) (d) et Electrolux (Italy) (d)
Effectif 58 000 (2011)[1]
Site web www.electrolux.com

Chiffre d’affaires en diminution 109,15 milliards SEK (2013)
- 1% vs 2013
Résultat net en diminution 672 millions SEK (2013)
- 72% vs 2012 [2].
Le siège de la société à Stockholm.

Electrolux (OMX : ELUX B) est une entreprise suédoise leader mondial de l'électroménager. Le groupe vend chaque année, dans plus de 150 pays, 60 millions de produits à usage domestique et professionnel sous les marques Electrolux, AEG, Zanussi, Eureka (en), Westinghouse, Molteni, Faure, Arthur Martin, Frigidaire et bien d'autres marques locales.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1901, AB Lux est créé[3]. En 1912, AB Lux fusionne avec Elektromagnetiska AB. AB Elektrolux est créé ; Elektrolux est un pionnier de l'aspirateur et du réfrigérateur. En 1919, la collaboration avec Axel Wenner-Gren débute ; l'aspirateur The Lux I est lancé.

En 1921, Elektrolux crée l'aspirateur modèle V, le premier aspirateur sur roulettes, transportable et adapté à une utilisation domestique [4]. En 1925, Elektrolux introduit les premiers réfrigérateurs sur le marché. Il s'agit du modèle D, de 91 litres, mis au point par deux ingénieurs de l'Institut royal de technologie de Stockholm, Baltzar von Platen et Carl Munters[5].

En 1928, Elektrolux est coté à Londres, puis à Stockholm en 1930. En 1957, le nom de l'entreprise change en Electrolux.

En Amérique du Nord, le nom Electrolux a longtemps été utilisé par un fabricant d’aspirateurs. Cette société était d’abord associée à la société-mère suédoise, mais fut vendue à un actionnaire américain dans les années 1960. Depuis, la société américaine a restitué ses droits sur la marque en Amérique du Nord au groupe Electrolux et utilise désormais le nom de Aerus. Après le retour de sa marque, Electrolux a commencé à vendre ses propres équipements ménagers aux États-Unis et au Canada sous le nom de Electrolux of Sweden.

En 1984, acquisition de l'italien Zanussi, premier fabricant européen d'électroménager ; Electrolux devient le leader mondial de l'électroménager, aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels. En 1986, Electrolux rachète le numéro 3 américain, White Consolidated, et ses marques Frigidaire, Kelvinator et Westinghouse.

En 1994, Electrolux acquiert l'allemand AEG auprès de Daimler-Benz. En 2001, Electrolux des activités électroménager de la société australienne Email. En 2011, Electrolux acquiert les fabricants égyptien Olympic Group et chilien CTI.

Le Electrolux annonce le rachat du gros électroménager de General Electric, 5,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires et numéro 3 du marché américain, pour 3,3 milliards de dollars[6]. En juillet 2015, les autorités de la concurrence émettent un avis défavorable à cette acquisition et souhaitent remettre en question celle-ci[7]. En décembre 2015, l'opération est abandonnée[8].

En février 2017, Electrolux annonce l'acquisition pour entre 115 et 250 millions de dollars d'Anova, une entreprise américaine spécialisée dans l'électroménager connecté[9]. Le mois suivant, Electrolux annonce l'acquisition de Grindmaster-Cecilware pour 108 millions de dollars, Grindmaster-Cecilware étant une entreprise américaine spécialisée dans les cafetières[10].

Activité[modifier | modifier le code]

Electrolux emploie 58 000 personnes dans 22 sites de production en Europe et occupe 28 % du marché mondial des équipements ménagers. Son principal concurrent est l'Américain Whirlpool. Electrolux produit et distribue aussi des matériels de cuisine et de blanchisserie pour les professionnels.

Electrolux possède les marques AEG, Arthur Martin racheté en 1976, Elektro Helios, Eureka, Faure, Frigidaire, Gibson Appliance, Kelvinator, Leonard, Marijnen, Parkinson Cowan, Progress, Simpson, Tornado, Tricity Bendix, Volta, Westinghouse, Zanker, Zanussi et Zoppas.

L'activité d'Electrolux est organisée en 6 zones géographiques (chiffres 2013[11]) :

  • Amérique du Nord : 32 % des ventes, avec les marques Electrolux, Frigidaire et Eureka

Les concurrents sont Whirlpool, General Electric, LG Electronics, Samsung, Dyson, Techtronic Industries (marques Dirt Devil, Vax et Hoover), Bissel, Illinois Tool Works

  • Europe de l'Ouest : 28 % des ventes du groupe, avec les marques Electrolux, AEG, Zanussi

Les concurrents sont Bosch-Siemens, Indesit, Whirlpool, Candy-Hoover, Groupe brandt (Cevital), Miele, Smeg, Gorenje, Samsung, LG Electronics, Dyson, ALI Group, Rational, Primus

  • Amérique Latine : 20 % des ventes avec les marques Electrolux et Frigidaire

Les concurrents sont Whirlpool, Mabe, LG Electronics, Samsung, Daewoo, SEB, Black & Decker, Philips, ITW, Fagor

  • Europe de l'Est, Afrique et Moyen-Orient : 10 % des ventes, avec les marques Electrolux, AEG et Zanussi

Les concurrents sont Bosch-Siemens, Indesit, Whirlpool, BEKO, Samsung, LG Electronics, Dyson, Ali Group, Rational

  • Chine et Asie du Sud-Est : 5 % des ventes avec la marque Electrolux

Les concurrents sont LG Electronics, Panasonic, Haier, Sanyo, Midea, Samsung, Dyson, Manitowoc, ITW, Sailstar, Image

  • Australie, Nouvelle-Zélande, Japon : 5 % des ventes, avec les marques Electrolux, Simpson et Westinghouse

Les concurrents sont Fischer & Paykel, Samsung, LG Electronics, Panasonic, Dyson, ITW, Hoshizaki, Alliance

Données financières[modifier | modifier le code]

Electrolux (en millions de couronnes suédoises)[12]
2012 2013
Chiffre d'affaires 109 994 109 151
Bénéfice opérationnel 4 000 1 580
Résultat net 2 365 672
Nombre d'employés 60 590 60 783

Les besoins en matières premières d'Electrolux en 2013 sont : acier (32 %), plastiques (32 %), cuivre et aluminium (10 %), acier inoxydable (7 %), autres (19 %).

La principale place boursière sur laquelle est cotée Electrolux est Nasdaq OMX Stockholm : 44,2 % de la capitalisation boursière en 2013.

Sites de production[modifier | modifier le code]

Sites actuels :

  • Rosières-près-Troyes (France) : fabrication de matériel de blanchisserie professionnel et industriel (Electrolux professionnel)
  • Aubusson (France) : fabrication de matériel professionnel de préparation dynamique sous la marque Dito Sama[13]
  • Rothenburg ob der Tauber (Allemagne) : ancienne usine AEG, fabrication de matériel de cuisson (fours et plaques de cuisson)
  • Ljungby (Suède) : fabrication de matériel de blanchisserie professionnel et industriel (Electrolux professionnel)
  • Susegana (Italie) : fabrication de réfrigérateurs[14]
  • Porcia (Italie) : fabrication de lave-linge à chargement par le bas[14]
  • Forlì (Italie) : fabrication de fours et plaques de cuisson[14]
  • Solaro (Italie) : fabrication de lave-vaisselle[14]
  • Oława (Pologne) : fabrication de lave-linge
  • Świdnica (Pologne) : fabrication de cuisinières et de fours
  • Żarów (Pologne) : fabrication de lave-vaisselle
  • Jászberény (Hongrie) : fabrication de réfrigérateurs, de congélateurs et d'aspirateurs
  • Satu Mare (Roumanie) : fabrication de fours et plaques de cuisson
  • Rayong (Thaïlande) : fabrication de matériel de blanchisserie professionnel et industriel (Electrolux professionnel)
  • Saint Cloud (Minnesota)
  • Memphis (Tennessee)

Anciens sites :

  • Revin (France) : lave-linge à chargement par le dessus (arrêt de production le 8 décembre 2016) site repris par Selni avec une reconversion dans la fabrication de moteurs[15],[16]
  • Schwanden (Suisse) : arrêt de production prévu fin 2016[17]
  • L'Assomption (Québec) Canada (fermée le 16 juillet 2014, perte de 1 300 emplois)[18]
  • Spennymoor (Royaume-Uni) : fabriquait des cuisinières pour les marchés britanniques et irlandais, fermé en décembre 2007. La production a été transférée sur le site de Świdnica en Pologne.[19]
  • Nuremberg (Allemagne) : ancienne usine AEG fermée en 2005, fabriquait des lave-vaisselle, des lave-linge et des sèche-linges. La production a été transférée sur les sites italiens et polonais.[20]

Direction de l'entreprise[modifier | modifier le code]

  • Jonas Samuelson est président directeur général depuis janvier 2016.
  • Pierre Perron est le directeur général d'Electrolux Home Products France depuis 2016.

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Le principal actionnaire d'Electrolux est au 31 décembre 2013[21] :

  • Investor AB avec 15,5 % du capital et 29,9 % des droits de vote.
  • Alecta Pension & Insurance (3,9 %, 4,3 %),
  • Swedbank Robur Funds (3,3 %, 2,7 %),
  • AMF Insurance & Funds (2,7 %, 2,2 %),
  • Gouvernement de Norvège (2,2 %, 1,7 %),
  • Didner & Gerge Funds (1,7 %, 1,4 %),
  • SHB Funds (1,2 %, 1,0 %),
  • Second Fonds de Pension national de Suède (1,1 %, 0,8 %),
  • Syndicats (1,0 %, 0,8 %),
  • SEB Funds (0,9 %, 0,8 %),
  • Premier Fonds de pension national de Suède (0,9 %, 0,7 %).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. About Electrolux
  2. Electrolux finit une année 2013 difficile sur une lourde perte, L'Expansion, 31 janvier 2014
  3. Electrolux, Annual Report 2013 : History, Electrolux, (lire en ligne), p. 52
  4. Electrolux : l'aspirateur de 1921, Journal du net, 30 mars 2014.
  5. Revolutionary products, Group Electrolux.
  6. Electrolux s'empare du gros électroménager de General Electric, Challenges, 8 septembre 2014
  7. U.S. sues to stop Electrolux acquiring GE's appliance business, Diane Bartz et Lewis Krauskopf, Reuters, 1 juillet 2015
  8. Electrolux's $3.3 billion acquisition of GE Appliances falls through, Reuters, 7 décembre 2015
  9. Electrolux buys Anova to tap into connected products growth, Reuters, 6 février 2017
  10. Electrolux buys U.S. coffee machine maker Grindmaster-Cecilware for $108 million, Reuters, 2 mars 2017
  11. Electrolux, Annual Report 2013 : Market Characteristics, Electrolux, (lire en ligne), p. 26
  12. Electrolux, Annual Report 2013 : Consolidated income statement, Electrolux, (lire en ligne), p. 87
  13. Electrolux, « Les usines Electrolux Professional », sur professional.electrolux.fr (consulté le 5 juillet 2016)
  14. a, b, c et d « En Italie, Electrolux veut réduire les salaires pour éviter une délocalisation », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  15. L'Usine Nouvelle, « Electrolux investit 10,5 millions d'euros à Revin - Quotidien des Usines », (consulté le 25 juillet 2016)
  16. « La dernière machine à laver a quitté Revin »
  17. (de) Blick, « Schock in Schwanden: 120 Electrolux-Jobs endgültig weg », Blick,‎ (lire en ligne)
  18. Zone Économie - ICI.Radio-Canada.ca, « L'Assomption : l'usine Electrolux ferme ses portes plus tôt que prévu », sur Radio-Canada.ca (consulté le 19 juin 2017)
  19. « Electrolux ferme son usine de Spennymoor », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne)
  20. « Electrolux va fermer une usine allemande de 1 750 salariés », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  21. Electrolux, Annual Report 2013 : The Electrolux share, Electrolux, (lire en ligne), p. 74

Liens externes[modifier | modifier le code]