El Palmar de Troya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

El Palmar de Troya
Blason de El Palmar de Troya
Héraldique
Drapeau de El Palmar de Troya
Drapeau
El Palmar de Troya
Cathédrale d'El Palmar de Troya.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de l'Andalousie Andalousie
Province Séville
Comarque Bas Guadalquivir
Maire
Mandat
Juan Carlos González
2019-2023
Code postal 41719
Démographie
Population 2 340 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 37° 03′ 48″ nord, 5° 48′ 23″ ouest
Altitude 117 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Andalousie
Voir sur la carte administrative d'Andalousie
City locator 14.svg
El Palmar de Troya
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
El Palmar de Troya
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
El Palmar de Troya

El Palmar de Troya est une commune espagnole située dans la province de Séville, en Andalousie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 33,16 km2 dans le bassin inférieur du Guadalquivir et son centre se situe à 15 km au sud d'Utrera et à 40 km de Séville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien qu'il y ait des vestiges historiques datant de l'époque romaine et aussi du XIIIe siècle, période à laquelle El Palmar se trouvait dans la Banda Morisca —système défensif pour parer les attaques des musulmans du Royaume de Grenade—, le bourg actuel a été fondé par les familles des prisonniers politiques de la Guerre civile espagnole amenés de force pour construire le barrage de Torre del Águila tout proche.

Constituant une entité locale autonome de la commune d'Utrera, le bourg entame en 2013 son processus de séparation vis-à-vis de celle-ci[1] et devient une commune à part entière le [2].

Apparitions mariales[modifier | modifier le code]

De nos jours, El Palmar de Troya est surtout connu pour son apparition mariale de 1968 (après celles de Garabandal de 1961 à 1966) qui aboutit à la création de l'Église chrétienne palmarienne des Carmélites de la Sainte-Face, une église schismatique sédévacantiste du catholicisme connue sous le nom d'Église catholique palmérienne, considérée comme étant une secte. Le 30 mars 1968, des apparitions mariales commencent dans la propriété La Alcaparrosa, à 3 km de Palmar de Troya et à 15 km d'Utrera, près d'un lentisque, croissant à une centaine de mètres de la propriété, bordant l'ancienne route de Cadix. Quatre jeunes filles, Ana García, Ana Aguilera, Rafaela Gordo et Josefa Guzmán, les premières voyantes, sont suivies de beaucoup d'autres, Rosario Arenillas, de Palmar de Troya, le 11 avril ; María Marín, de Utrera, le 20 mai ; María Luisa Vila, de Séville, le 6 juin 1968[3]. Clemente Domínguez y Gómez, qui aurait eu là sa propre vision de l'apparition l'année suivante, le 30 septembre 1969, fonde l'Église palmarienne[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population s'élevait à 2 401 habitants en 2014[4] et à 2 340 habitants en 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 20minutos.es, « El pleno de Utrera aprueba el expediente de segregación de El Palmar de Troya y lo eleva a la Junta » (consulté le )
  2. (es) « El Palmar de Troya celebra su independencia », sur Sevilla Actualidad,
  3. a et b (es) « Los orígenes del Palmar de Troya (1) », sur InfoCatólica (consulté le ).
  4. INE, « Provincia 41-3 » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]