El Chaltén

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis El Chalten)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le sommet du cerro Chaltén (ou cerro Fitz Roy), voir Fitz Roy.

El Chaltén
Blason de El Chaltén
Héraldique
El Chaltén
Administration
Pays Drapeau de l'Argentine Argentine
Province Province de Santa Cruz Santa Cruz
Département Lago Argentino
Maire Susana Oroño
Code postal Z9304
Indicatif téléphonique 2962
Démographie
Gentilé chaltenense
Population 324 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 54″ sud, 72° 53′ 06″ ouest
Altitude 450 m
Divers
Fondation
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Argentine

Voir la carte administrative d'Argentine
City locator 14.svg
El Chaltén

Géolocalisation sur la carte : Argentine

Voir la carte topographique d'Argentine
City locator 14.svg
El Chaltén

El Chaltén est un village situé dans le département de Lago Argentino de la province de Santa Cruz au sud de l'Argentine, en Patagonie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom El Chaltén vient du tehuelche Chaltén (le peuple Aonikenk ne possédant pas d'écriture propre, la graphie du nom a été approximativement retranscrite et il est possible que le nom original du sommet ait davantage ressemblé à Cháltel[1]) signifiant « bleu », « bleuté »[1]. Le nom a ensuite été utilisé par les Aonikenks pour baptiser le mont Fitz Roy. Selon la mythologie de ce peuple, le héros Elal serait arrivé au sein des Tehuelches déposé au sommet du Fitz Roy par le cygne Kelfü, et la couleur de la montagne aurait incité le cygne et l'enfant à baptiser le sommet Chaltén. D'autres sources rapportent par ailleurs que Chaltén signifie en tehuelche « la montagne qui fume », faisant allusion aux nuages fréquemment accrochés à son sommet[réf. nécessaire]. Le nom El Chaltén a finalement été choisi par Daniel Rodriguez lors de la création de la localité, afin de rendre hommage à la culture Tehuelche[2], le nom de Chaltén pour le sommet voisin ayant été remplacé par celui de Fitz Roy par Francisco Moreno lors de son exploration en 1877[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupations par les indiens Tehuelches[modifier | modifier le code]

Exploration par les occidentaux[modifier | modifier le code]

Premières occupations[modifier | modifier le code]

Le premier occupant de la zone au pied du Fitz Roy où se trouve aujourd'hui El Chaltén est Jean Orth (ou Fred Otten) fils de Léopold II de Toscane et de Marie-Antoinette de Bourbon-Siciles, et neveu de l'empereur d'Autriche François-Joseph Ier[a 1]. Sa présence est attestée par le rapport de 1904 de l'ingénieur Lázaro Molinari, chargé selon le décret du sur la loi d'occupation des terres de relever les conditions topographiques et diviser les terrains en parcelles de 10 000 hectares afin qu'elles puissent être réparties entre les populateurs[a 1],[3]. La colonisation de ces terrains avait cependant commencé avant cette répartition, et Jean Orth s'est probablement installé près de la confluence entre le río Fitz Roy et le río de las Vueltas aux alentours de 1903, fondant son restancia Cañadon largo[a 1]. Il y demeure en compagnie de Jack van der Hayden (ou Juan Venría) et Malcom Nicholson, jusqu'à sa mort, aux alentours de 1910[a 1].

Le lieu reste ensuite inoccupé quelques années, les deux compagnons de l'Autrichien étant partis après sa mort, avant que le Danois Andreas Madsen ne vienne s'installer aux alentours de 1913[a 2],[4]. Il y travaille quelques années comme employée de l’Administracíon Bonvalot, puis construit une estancia, nommée Fitz Roy, où il vit avec sa femme et ses 4 enfants[a 2]. Il fournit aussi des données climatologiques pour le service météorologique national entre 1935 et 1958[a 2], et tient à partir de 1937 un petit magasin où il vend divers produits de première nécessité aux autres habitants de la région[a 2]. Après la mort de l'un des fils dans un accident de voiture en 1945, de la femme de Madsen en 1950, puis de Madsen lui-même peu de temps après[Quand ?], les enfants quittent à leur tour l'estancia Fitz Roy[a 2]. Seul le dernier des employés de Madsen, l'Allemand Hern Ernst Standhardt reste alors vivre dans l'estancia, vivant de son métier de photographe, jusqu'à sa mort en 1967[a 2].

Conflit limitrophe et création du village[modifier | modifier le code]

Développement touristique[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le río de las Vueltas depuis les hauteurs d'El Chaltén. Cette rivière relie le lago del Desierto au lac Viedma.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village d'El Chaltén est situé à environ 49° 19′ de latitude sud et 72° 53′ de longitude ouest, en Patagonie argentine, à l'ouest du département de Lago Argentino, dans la province de Santa Cruz. Il se trouve au nord-ouest du lac Viedma, juste au nord de la baie Túnel, à la confluence du río Fitz Roy et du río de las Vueltas. Le village est entouré au Sud par le lac Viedma, à l'ouest par le massif du Fitz Roy, et au nord par la vallée du río de las Vueltas menant jusqu'au lac del Desierto.

Le village est situé à environ 220 km d'El Calafate, 344 km de la ville de Comandante Luis Piedra Buena, 467 km de Puerto San Julian et 480 km de Río Gallegos[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'El Chaltén est un climat de pampa patagonienne, caractérisé par un vent d'ouest fort et persistant, surtout pendant l'été[6]. Il est souvent imprévisible, à cause de la proximité du massif du Fitz Roy et du campo de Hielo Sur à l'ouest, et la température peut varier brusquement au cours d'une même journée[7].

Les températures sont moyennes à basses, et varient peu au cours de l'année. Les températures moyenne varient d'environ 13 °C en été (janvier et février) à un peu plus de °C en hiver (juin et juillet)[7]. La température la plus haute enregistrée dans ce village au cours des 15 dernières années est de 31,6 °C en février 2003, la plus basse de −20 °C en juillet 2001[7].

Les précipitations atteignent environ 85 cm par an, et sont relativement réparties au cours de l'année, bien que sous forme de neige en hiver[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population d'El Chaltén
Année 1985 1991 1993 1998 2001 2010 2015
Population 0 41 70 (93 en été) 160 (236 en été) 371 1627 2325
Source INDEC[réf. nécessaire] estimation[réf. nécessaire] recensement INDEC[8]

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Le village d'El Chaltén n'est pas assez grand pour être une municipalité, nécessitant au moins 1 000 habitants, et est donc dirigé par une comision de fomento, c'est-à-dire une commission de développement[9]. Le commissionnaire et les quatre autres membres responsables de la comision de fomento ne sont donc pas élus par les habitants du village, mais sont nommés par le gouverneur de la province de Santa Cruz[10].

Liste des commissionnaires responsables d'El Chaltén
Période Commissionnaire Source
2008-… Susana Oroño [11],[12]
2008 (février-août) Jorge Riggi Luperti [13],[14]
?-2008 Jorge Velázquez [13]
1999-2004 Jorge Cerezo [15],[16]
1996-1999 Fomento Álvaro Masci [16]
1991-1996 Emilio Valenzuela [16]
1991 (septembre-décembre) Fomento Álvaro Masci [16]

El Chaltén possède aussi un juge de paix, c'est-à-dire un juge non lettré, habilité à rendre des décisions de justice sur les affaires les plus bénignes en menant une démarche conciliatrice plus qu'en se fondant sur les lois. Ce tribunal de paix fut instauré à El Chaltén par la loi provinciale no 2288 et les limites de la juridiction furent définies en 1997[17].

Transport et communications[modifier | modifier le code]

Le village de El Chaltén, vu du sentier menant au parc national de Los Glaciares.

La principale voie d'accès au village d'El Chaltén est la route provinciale 23, reliée à la route 40 au sud-est, laquelle mène à El Calafate au Sud et Gobernador Gregores au Nord. Durant la saison touristique, trois entreprises d'autobus effectuent en 4 heures la liaison depuis El Calafate (Cal-Tur, Chaltén Travel Turismo et TAQSA) assurant au total 6 voyages par jour dans chaque direction[18]. Au nord, la route provinciale 23 mène jusqu'au lac del Desierto, vers lequel plusieurs entreprises assurent des transferts sur demande.

Il existe un port sur le lac Viedma, localisé dans la baie Túnel à quelques kilomètres au sud du village.

La route provinciale 23 permet par ailleurs d'accéder au lac del Desierto au nord, qu'il est possible de traverser en bateau pour rejoindre en marchant la frontière chilienne, puis le poste de douane chilien au bord du lac O'Higgins. Un bateau permet ensuite de traverser le lac O'Higgins pour atteindre le village de Villa O'Higgins.

L'aéroport le plus proche est situé à environ 220 km d'El Chaltén, dans la ville voisine d'El Calafate. La commission du développement projette par ailleurs la construction d'un aéroport[Quand ?] pour le village, lequel devrait coûter 70 millions de pesos et pourra accueillir des Boeing 747[19].

Éducation[modifier | modifier le code]

Les habitants d'El Chaltén disposent d'un système éducatif complet, permettant aux élèves d'être scolarisés depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte. Le jardin d'enfant no 46 Los Huemules accueille les enfants de 3 à 6 ans[20], seule la dernière année étant obligatoire. L'école EGB no 59 assure l'enseignement primaire basique et l'enseignement secondaire basique[20], c'est-à-dire depuis le premier grade jusqu'au neuvième, incluant donc des enfants de 6 à 14 ans environ. Enfin le collège provincial d'éducation polimodale no 28 se charge de l'éducation secondaire supérieure pendant 3 ans[20], assurant ainsi la fin de l'enseignement obligatoire. Il existe de plus un relai de l'université nationale de la Patagonie australe[réf. nécessaire], permettant aux élèves de suivre une formation universitaire par correspondance. Le village d'El Chaltén dispose par ailleurs d'un enseignement pour les jeunes et adultes qui n'auraient pas terminé l'enseignement secondaire et éventuellement primaire, et qui souhaiteraient le terminer, via l'école pour jeunes et adultes EGB no 20 et l'école polimodale pour jeunes et adultes no 19[20]. El Chaltén possède enfin une bibliothèque associative Mujer pionera[réf. nécessaire], et le relai de l'université nationale de la Patagonie australe permet aux habitants d'accéder à internet[réf. nécessaire].

Services[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

El Chaltén

Le tourisme et l'escalade sont presque les seules raisons d'être de ce village en forte croissance, il n'y avait encore presque rien sur ce site vers 1980.

Le parc national Los Glaciares, aux portes du village, attire les randonneurs qui disposent de nombreux chemins balisés, d'hébergements de différents standings, dont des campings, et des lieux de bivouac gratuits. La vue sur le Fitz Roy et les aiguilles de granit environnantes est rare à cause des nuages fréquents, mais impressionnante. Différentes agences touristiques organisent des visites et excursions, dont une en minibus au Lago del Desierto.

L'escalade du Fitz Roy y attire des spécialistes de l'escalade du monde entier.

Culture[modifier | modifier le code]

Services culturels[modifier | modifier le code]

Évènements culturels[modifier | modifier le code]

El Chaltén dans la culture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (es) Mario Echeverriá Baleta, Toponima indigena de Santa Cruz, Buenos Aires, Cumacú, (réimpr. 1985, 1997), 4e éd. (1re éd. 1982), 83 p. (ISBN 950-869-057-7), chap. 15 (« Chalten »), p. 8-9
  2. (es) Daniel R. Rodriguez, Allá lejos, El Chaltén, Honorable chambre de député de la province de Santa Cruz, , 142 p., p. 27 :

    « El nombre del pueblo sería El Chaltén para así recuperar el verdadero nombre autóctono del cerro. »

  3. (es) Esla Mabel Barberia, Los Dueños de la Tierra en la Patagonia Austral, 1880-1920, Buenos Aires, Universidad Nacional de la Patagonia Austral, , 3e éd. (ISBN 987-99921-1-3), p. 36
  4. (es) Alberto María De Agostini, Andes Patagónicos, Buenos Aires, , p. 219 :

    « Madsen me confirma en efecto el extraordinario acontecimiento, occurido el 16 de diciembre de 1913 cuando desde hacía poco se había establecido en el puesto de las vacas, algunos metros al sur donde actualmente vive »

  5. « El Chalten », sur www.santacruz.gov.ar, Province de Santa Cruz (consulté le 25 mars 2010)
  6. a et b Louis Lliboutry, « La région du Fitz Roy (Andes de Patagonie) », Revue de géographie alpine, vol. 41, no 4,‎ , p. 667-694 (lire en ligne)
  7. a, b et c « El clima en El Chaltén », sur www.elchalten.com, losglaciares.com (consulté le 24 mars 2010)
  8. « Censo 2001 - Resultados generales - Santa Cruz », sur www.indec.gov.ar, INDEC (consulté le 25 mars 2010)
  9. « Constitution provincial de Santa Cruz - Section neuf - Chapitre I », sur www.hcdsc.gov.ar, Honorable Cámara de Diputados de Santa Cruz (consulté le 25 mars 2010) : « Art. 148 : En aquellos centros de población que no alcancen el número de mil (1.000) habitantes, los intereses y servicios de carácter comunal estarán a cargo de Comisiones de Fomento cuya integración y atribuciones serán fijadas por ley. »
  10. « Loi provinciale de Santa Cruz (Argentine) nº 111, décret 798 », sur www.tcuentas.gov.ar, Honorable Cámara de Diputados de Santa Cruz, septembre (consulté le 25 mars 2010) : « Articulo 83 : Todo centro poblado de la Provincia que tenga más de cuatrocientos habitantes y menos de mil, tendrá derecho a la designación de una Comisión de Fomento, compuesto de cinco miembros, vecinos del lugar, mayores de edad, que nombrará y renovará al Poder Ejecutivo de la Provincia. »
  11. « Ampliamos: Susana Oroño, nueva comisionada de fomento », sur www.dimensioncalafate.com.ar, Ahora Calafate, (consulté le 25 mars 2010)
  12. « Peralta recibió a Susana Oroño Comisionada de El Chaltén », sur www.elperiodicoaustral.com, El Periódico Austral, (consulté le 25 mars 2010)
  13. a et b (es) « Jorge Luperti asumió con todo el apoyo provincial como Comisionado de Fomento de El Chaltén », sur www.portal-patagonico.com.ar, Portal Patagónico, mars (consulté le 25 mars 2010)
  14. (es) « La renuncia del Comisionado de Fomento fue cuestionada al Gobernador Peralta », sur www.opisantacruz.com.ar, (consulté le 25 mars 2010) : « Ex Comisionado de El Chalten periodo 10/12/1999 al 04/08/2004 »
  15. « La renuncia del Comisionado de Fomento fue cuestionada al Gobernador Peralta », sur www.opisantacruz.com.ar, (consulté le 25 mars 2010) : « Ex Comisionado de El Chalten periodo 10/12/1999 al 04/08/2004 »
  16. a, b, c et d (es) Oscar W. Benard, Nace El Chaltén : El pueblo más Joven de la Patagonia, Argentine, Copiar, , 1re éd.
  17. « Busqueda de proyectos », sur www.hcdsc.gov.ar, Honorable Cámara de Diputados de Santa Cruz, (consulté le 25 mars 2010)
  18. « Empresas de Transporte », sur www.elchalten.com, losglaciares.com (consulté le 25 mars 2010)
  19. « Anuncian construcción de aeropuerto en El Chaltén », sur www.argentinamunicipal.com.ar, Argntina Municipal, (consulté le 25 mars 2010)
  20. a, b, c et d « Instituciones », sur www.elchalten.com, losglaciares.com (consulté le 26 mars 2010)
  • (es) Patricia Halvorsen, Entre el río de las vueltas y los hielos continentales, Buenos Aires, Vinciguerra, , 2e éd. (ISBN 950-843-278-0)
  1. a, b, c et d p. 71
  2. a, b, c, d, e et f p. 117-125

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]