El Argar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

El Argar
El Argar
Objets funéraires.
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Province d'Almería Province d'Almería
Commune Antas
Coordonnées 37° 15′ 08″ nord, 1° 55′ 03″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

(Voir situation sur carte : Andalousie)
El Argar
El Argar

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
El Argar
El Argar

El Argar est un site archéologique de la culture d'El Argar (âge du bronze de 2300/2200 à 1400 environ avant notre ère, Espagne), situé près de Antas (province d'Almería, Espagne).

Selon les recherches archéologiques effectuées, le site aurait été le siège d'un pouvoir fort, doté d'une milice armée, qui aurait opprimé le peuple, il s’agirait du premier État totalitaire d’Europe Occidentale jusqu’à ce qu’une révolution populaire ait lieu et entraînent la disparition et l’oubli de cette culture.

Les fouilles[modifier | modifier le code]

Les tout premiers vestiges ont été découverts au 19e siècle par deux ingénieurs belges, les frères Siret, qui découvrent dans le village d'El Argar une étrange métropole. Ils comprennent par la suite qu’il s’agit d’une nouvelle civilisation de l’Âge du bronze, ils vont lui donner le nom « El Argar » en référence au lieu de ces découvertes. Ces dernières ont été oubliées au 20e siècle durant la période franquiste. Un siècle plus tard, en 2015, un groupe universitaire barcelonais a repris l’enquête. Le point de départ est l'Almoloya, il s’agit d’un piton rocheux. Vicente Lull (un archéologue faisant partie du groupe barcelonais) a découvert une cité, formée de tombes, de rues, d’habitations et d’édifices.

Les découvertes[modifier | modifier le code]

L'édifice[modifier | modifier le code]

L’édifice de 120 m2 dont 90 m2 utile datent d’il y a 3000 ans, c’était donc un exploit technologique pour ce temps. Il n’y avait dans cette salle aucun artefact de vie quotidienne ni de production. C’est pour cela qu’elle devait servir à penser et résonner. Il s’agirait donc de la première architecture politique en Europe Continentale. Dans cet édifice se trouve un banc pouvant accueillir 150 personnes, celui-ci s’élève graduellement ce qui, à cette époque, était utilisé pour créer une hiérarchie. L’hypothèse est que les personnes les plus influentes s’assaillaient où le banc était le plus haut. 

Urne en céramique[modifier | modifier le code]

Une urne en céramique a été retrouvée à l'intérieur du banc à l’endroit où il est le plus haut. Dans celle-ci se trouvaient deux squelettes, le premier était une femme de 25-27 ans et le deuxième était un homme de 35-40 ans. Ces deux personnes avaient un lien de parenté. Dans l’urne il y avait aussi des bijoux, de la poterie et un squelette portait un diadème. Ce qui indique que ces deux squelettes devaient faire partie d’une classe dominante. Cette découverte est un indice capital pour savoir qui dirigeait El Argar.

Arme[modifier | modifier le code]

En 2012, des archéologues dirigés par Raphael Miko, découvrent une muraille (de 7m de haut et 300m de long) qui est les vestiges d’une ville de 1000 habitants ce qui est considérable pour l’âge du bronze. Au pied de celle-ci une arme datant de près de 4000 ans a été retrouvée, c’était une hallebarde en cuivre qui constituait l’une des premières armes de la préhistoire européenne. Elle était emmanchée dans une sorte de bâton et on s’en servait comme d’une hache utilisée avec un poignard que les fouilleurs ont également retrouvé. Plusieurs dizaines de hallebardes de ce type ont été découvertes dans les tombes des différents sites algériens. L’unique but de cette arme était de tuer. Ainsi elle était utilisée pour exercer le pouvoir dans la cité. Cette hypothèse a été confirmée quand aucune trace d’ennemis extérieurs a été retrouvée.

Crâne d'El Argar au diadème d'argent (dessin de Louis Siret, 1887).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]