Ekrem İmamoğlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir İmamoğlu (homonymie).

Ekrem İmamoğlu
Illustration.
Ekrem İmamoğlu en 2018.
Fonctions
Maire d'Istanbul
En fonction depuis le
(19 jours)
Élection 23 juin 2019
Prédécesseur Ali Yerlikaya (intérim)
Lui-même

(19 jours)
Élection 31 mars 2019
Prédécesseur Mevlüt Uysal
Successeur Ali Yerlikaya (intérim)
Lui-même
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Akçaabat (Trabzon, Turquie)
Nationalité Turque
Parti politique CHP (depuis 2008)
Diplômé de Université d'Istanbul
Profession Homme d'affaires
Religion Islam sunnite
Site web ekremimamoglu.com

Ekrem İmamoğlu (né le à Akçaabat) est un homme politique turc. Membre du Parti républicain du peuple (CHP), il est maire d'Istanbul depuis 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aslı Aydıntaşbaş, spécialiste de la politique turque au sein du Conseil européen des relations internationales, indique qu'il « est issu d’une famille traditionnellement située du côté social-démocrate, […] de la « gauche », mais avec des tendances conservatrices, où l’islam occupe une place importante »[1].

Il rejoint le Parti républicain du peuple (CHP) en 2008. L’année suivante, il devient le dirigeant du mouvement de jeunesse du parti.

À l’issue des élections municipales de 2014, il est élu maire de Beylikdüzü, un district d’Istanbul. Il occupe cette fonction jusqu’en 2019.

Candidat du CHP aux élections municipales de 2019 à Istanbul, il mène une campagne avec des allusions à l'islam[2]. Il est donné vainqueur par les premiers résultats, mais sa victoire est contestée par l’AKP et par le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan. Son élection est finalement annoncée par le Conseil électoral supérieur (YSK) avec 13 729 voix d’avance, après recompte, le [3].

Le suivant, l’YSK annule le scrutin et ordonne la tenue de nouvelles élections[4]. Durant la campagne, il est assimilé par l'AKP à la figure du « Grec ennemi de la nation », voulant « transformer Istanbul en Constantinople ». Il est également la cible d’accusations de terrorisme, notamment de la part d’Erdoğan[5]. De son côté, il fait intervenir un imam lors d'un meeting et promet de ne pas revenir sur l'interdiction de vente d'alcool dans les cafés municipaux, ni sur les horaires non mixtes pour les piscines[6]. À l’issue du nouveau scrutin, le , il est réélu avec 54,2 % des suffrages, soit 5,4 points de plus que lors de l’élection précédente[7]. Il prend ses fonctions le suivant[8]. Le conseil municipal, non renouvelé, reste majoritairement AKP[9].

Devenu maire, il suscite une polémique pour avoir déclaré « ici, c'est la Turquie, c'est Istanbul » en réaction à la présence d'enseignes en arabe de commerces appartenant à des réfugiés syriens[10]. Dans un autre registre, il promet de baisser les dépenses publiques et de planter des arbres et de la verdure sur la place Taksim, alors que le gouvernement a retiré aux maires, au profit des conseils municipaux, le droit de nommer les dirigeants des entreprises publiques[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élie SAÏKALI, « Qui est Ekrem Imamoglu, le nouveau maire d’Istanbul ? - Élie SAÏKALI », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 28 juin 2019)
  2. « Turquie : "Erdogan a réussi à imposer l'islam comme référent à tous les partis" », sur Marianne (consulté le 19 avril 2019)
  3. « Municipales en Turquie : le candidat de l’opposition proclamé vainqueur à Istanbul », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2019).
  4. « Turquie: l'Autorité électorale ordonne un nouveau scrutin municipal à Istanbul », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 mai 2019)
  5. « Municipale à Istanbul : l’AKP se démène pour ne pas perdre «sa ville» - Libération », sur www.liberation.fr (consulté le 23 juin 2019)
  6. « En Turquie, le camp islamique se fissure », sur Slate.fr (consulté le 25 juin 2019)
  7. « Municipales en Turquie: Imamoglu fait chuter Erdogan à Istanbul », sur lefigaro.fr,
  8. « Istanbul: une foule pour saluer la prise de fonction du nouveau maire », sur lefigaro.fr, (consulté le 27 juin 2019).
  9. « Turquie: les travaux d'Hercule d'Ekrem Imamoglu, maire d'Istanbul - Europe - RFI », sur RFI (consulté le 10 juillet 2019)
  10. « Des attaques contre des Syriens à Istanbul font craindre l’embrasement », sur Libération.fr (consulté le 10 juillet 2019)
  11. Le Point, magazine, « Istanbul: après son triomphe, de nombreux défis attendent le nouveau maire », sur Le Point (consulté le 13 juillet 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]