Ekaterina Samoutsevitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ekaterina Samoutsevitch
Description de l'image Yekaterina Samutsevich (Pussy Riot) at the Moscow Tagansky District Court - Denis Bochkarev.jpg.
Naissance (36 ans)
Moscou
Nationalité Drapeau de Russie Russe
Pays de résidence Russie
Profession
Artiste, étudiante en recherche
Activité principale
Formation

Ekaterina Samoutsevitch (en russe : Екатерина Самуцевич), née le (36 ans) à Moscou, est une programmeuse informatique, artiste et militante politique russe. Elle est principalement connue pour être membre du groupe de punk-rock féministe russe Pussy Riot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ekaterina Samoutsevitch nâit à Moscou en 1982 dans une famille soviétique de la classe moyenne[Quoi ?]. Elle est enfant unique et va souvent chez ses grands-parents. Sa mère est professeur de dessin dans une école et son père travaille dans un institut de recherche.

Douée pour les mathématiques et la physique, elle intègre l’université des énergies dont elle est diplômée en février 2005. Après des difficultés à trouver un emploi dans le secteur privé, elle est embauchée dans une entreprise d’État qui fabrique des sous-marins en tant que programmeuse informatique, notamment pour le K-152 Nerpa[1]. Elle travaille pendant deux ans dans cette entreprise. Ensuite elle intègre l’école de multimédia et de photos Rodtchenko à Moscou.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Son passage au militantisme politique est progressif. Elle réfléchit beaucoup à la société russe quand elle est à l’université : elle y voit de nombreux problèmes non résolus, comme par exemple l’inégalité économique, surtout dans les années 1990 avec Elstine.

Membre du groupe anarchiste d'art Voïna, elle participe à la création du groupe Pussy Riot, né de la rencontre de gens proches de l’opposition, de l’art contemporain, de la musique et de l’art féministe.

Avec Nadejda Tolokonnikova et Maria Aliokhina, elle est arrêtée en mars 2012 puis condamnée le à deux années de colonie pénitentiaire pour avoir réalisé une performance contre Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.

Elle est libérée de manière anticipée le [2]. Quelques jours après, interrogée par le magazine Russkiï reporter, elle s’exprime sur l’avenir de Pussy Riot, la prison et les conséquences de la prière punk[3]. Ses deux codétenues sont libérées en décembre 2013.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Ekaterina Samoutsevitch apparaît dans le film documentaire Pussy Riot: A Punk Prayer (2013).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elena Vlasenko, « Pussy Riot father: "Putin is a symbol of a sick system" », Index on Censorship,‎ (lire en ligne[archive du ])
  2. « Libération d'Ekaterina Samoutsevitch », sur lecourrierderussie.com. Consulté le 25 janvier 2013.
  3. (ru) Владислав Моисеев, « Десакрализация жертвы », Русский репортёр,‎ (ISSN 1993-758X, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Interview de Ekaterina Samoutsevitch à la radio « Echo de Moscou » Tatiana Felguengauer
  • Ekaterina Samoutsevitch s’exprime sur l’avenir de Pussy Riot, la prison et les conséquences de la prière punk dans le magazine « Russkïi » Reporter