Ekaterina Samoutsevitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ekaterina Samoutsevitch
Description de l'image Yekaterina Samutsevich (Pussy Riot) at the Moscow Tagansky District Court - Denis Bochkarev.jpg.
Naissance (36 ans)
Moscou
Nationalité Drapeau de Russie Russe
Pays de résidence Russie
Profession
Artiste, étudiante en recherche
Activité principale
Formation

Ekaterina Samoutsevitch (en russe : Екатерина Самуцевич), née le (36 ans) à Moscou, est une étudiante en philosophie, artiste et militante politique russe. Elle est principalement connue pour être membre du groupe de punk-rock féministe russe Pussy Riot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ekaterina Samoutsevitch est née à Moscou en 1982 dans une famille soviétique de la classe moyenne. Elle était enfant unique et allait souvent chez ses grands-parents. Sa mère était professeur de dessin dans une école et son père travaillait dans un institut de recherche. Son enfance fut heureuse, ses parents s’occupaient beaucoup d’elle.

Douée pour les mathématiques et la physique, elle a décidé d’intégrer l’université des énergies. Elle fut diplômée en février 2005. Elle a cherché du boulot mais elle a eu des difficultés à trouver un emploi dans une société commerciale où la concurrence était très forte, elle a donc été embauchée dans une entreprise d’État qui fabriquait des sous-marins. Elle était programmeur informatique, elle travaillait sur des appareils équipant les sous-marins, il s’agissait de saisir des codes pour des logiciels. Elle y a travaillé pendant deux ans dans cette entreprise. La première année, ça lui plaisait, mais elle a commencé à avoir une attitude critique à partir de la seconde année. Elle a donc trouvé sur internet des informations sur l’école Rodtchenko de multimédia et de photos et elle y est entrée en septembre de la même année. Il y a des cours d’histoire de l'art contemporain, d’histoire de la photographie, de la vidéo d’art, des nouveaux médias.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Son passage au militantisme politique fut progressif. Elle réfléchissait beaucoup à la société russe quand elle était à l’université : elle y voyait de nombreux problèmes non résolus, comme par exemple l’inégalité économique, surtout dans les années 1990 avec Elstine. Quand la crise de 1998 est arrivée, sont apparus des écarts de revenu énormes entre les gens, certains gagnant 5 000 roubles et d’autres 500 000 roubles alors que rien n’était fait pour réduire cet écart.

Pussy Riot est né de la rencontre de gens proches de l’opposition, de l’art contemporain, de la musique et de l’art féministe. L’accent a été mis sur le féminisme et l’opposition, elles se réclamaient de la gauche non autoritaire et du féminisme.

Elles ont fait le choix de la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou il y a longtemps. Elles ont ensuite conçu la chanson et la chorégraphie puis ont répété parce qu’il fallait tout faire en quelques secondes y compris se changer et enfiler des cagoules. Puis elles sont allées voir sur place et elles ont choisi ce terrain ouvert avec des spectateurs, elles ont également choisi de le faire à un moment où il n’y aurait pas de rite religieux.

Avec Nadejda Tolokonnikova et Maria Aliokhina, elle est arrêtée en mars 2012 puis condamnée le à deux années de colonie pénitentiaire pour avoir réalisé une performance contre Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.

Elle est libérée de manière anticipée le [1]. Quelques jours après, interrogée par le magazine Russkiï reporter, elle s’exprime sur l’avenir de Pussy Riot, la prison et les conséquences de la prière punk[2]. Ses deux codétenues sont libérées en décembre 2013.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Ekaterina Samoutsevitch apparaît dans le film documentaire Pussy Riot: A Punk Prayer (2013).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Libération d'Ekaterina Samoutsevitch », sur lecourrierderussie.com. Consulté le 25 janvier 2013.
  2. (ru) Владислав Моисеев, « Десакрализация жертвы », Русский репортёр,‎ (ISSN 1993-758X, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Entretien de Nadejda Tolokonnikova, membre du groupe Pussy Riot, au sein de la colonie pénitentiaire où elle purge une peine de 2 ans. [1]
  • « Pas de libération anticipée pour Maria Alekhina » [2]
  • Opinion de Gérard Depardieu sur l'opposition russe. [3]
  • Ekaterina Samoutsevitch s’exprime sur l’avenir de Pussy Riot, la prison et les conséquences de la prière punk dans le magazine Russkïi Reporter