Eileen Myles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eileen Myles, née le 9 décembre 1949 à Cambridge[1] dans la proche banlieue de Boston (Massachusetts) est une poète, romancière, nouvelliste, librettiste et universitaire américaine[2]. Elle est une figure majeure de la culture underground et LGBT aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires, Eileen Myles entre à l'université du Massachusetts à Boston, où elle obtiendra son Bachelor of Arts. Elle complète sa formation universitaire en travaillant au St. Mark's Poetry Project[3], puis dans des ateliers d'écriture animés par Ted Berrigan, Alice Notley, Jim Brodey, Paul Violi[4], Bill Zavatsky[5].

De 2002 à 2007 elle est professeur émérite de littérature à l'Université de Californie à San Diego[6],

Eileen Myles est régulièrement publiée dans des revues et magazines tels que : The Nation, Book Forum, Index, Art in America, The Village Voice, Nest, The Stranger, Poetry.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Recueils de poésies[modifier | modifier le code]

  • I Must Be Living Twice: New and Selected Poems, éd.  Ecco, 2015[7],
  • Snowflake / different streets, éd. Wave Books, 2012,
  • Sorry, Tree, éd. Wave Books, 2007,
  • Skies, éd. Black Sparrow Press, 2001,
  • On My Way, éd. Faux Press, 2001,
  • School of Fish, éd. Black Sparrow Press, 1997,
  • Maxfield Parrish: Early and New Poems, éd. Black Sparrow Press, 1995,
  • Sappho's Boat: Poems, éd. Little Caesar Press, 1982,
  • A Fresh Young Voice From the Plains, éd. Power Mad Press, 1981,
  • Polar Ode, coécrit avec Anne Waldman, éd. Dead Duke Books, 1979.

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Afterglow, éd. Grove Press, 2017,
  • Inferno, éd. Or Books, 2008, rééd. 2010,
  • Cool for You, éd. Soft Skull Press, 2001,
  • Chelsea Girls, éd. Black Sparrow Press, 1994,
  • 1969, éd. Sun & Moon Press, 1990,
  • Bread and Water: Stories, éd. Hanuman Book, 1988,

Essais[modifier | modifier le code]

  • Street Retreat, éd. Semiotext(e), 2014,
  • The Importance of Being Iceland: Travel Essays in Art, éd. Semiotext(e), 2009,
  • Martha Diamond - An exhibition of paintings [Robert Miller Gallery, Feb. 6 - March 3, 1990], éd. Robert Miller Gallery, 1990,
  • Not Me (Semiotext(e) / Native Agents), éd. MIT Press, 1991,

Éditrice[modifier | modifier le code]

  • The New Fuck You: Adventures In Lesbian Reading, éd. Semiotext(E), 1995,
  • Ladies Museum/An Anthology of New Downtown Women Poets, éd. Rag-on Press, 1977.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles et interviews[modifier | modifier le code]

  • Legendary Poet Eileen Myles’s New Book Is 'a Dog Memoir', article de Whitney Mallett pour Vice Media, 2017[9],
  • Punk Poet Eileen Myles on Combating Trump, Capitalism With Art, article d'Helena Fitzgerald pour le magazine RollingStone, 2017[10],
  • Eileen Myles, the Poet Muse of ‘Transparent’, article de Brooks Barnes pour The New York Times, 2016[11],
  • The Poet Idolized by a New Generation of Feminists, article d'Emily Witt pour The New Yok Times, 2016[12],
  • Eileen Myles: 'People just have to blow it up. That's what I've done for 30 years', article de Michelle Dean pour The Guardian, 2015[13],
  • Eileen Myles returns as a rock star of poetry, article de James Sullivan pour le Boston Globe, 2015[14]
  • Eileen Myles, The Art of Poetry No. 99, article de Ben Lerner pour The Paris Review, 2015[15],
  • Shining a light on Eileen Mylesz, article d'Andrea K.Scott pour The New Yorker, 2015[16],
  • After 19 Books and a Presidential Bid, Eileen Myles Gets Her Due, article de Rachel Monroe pour "Vulture" (supplément culturel du New York Magazine), 2015[17],
  • Eileen Myles, interview menée par Adam Fitzgerald pour Interview Magazine, 2015[18],
  • Eileen Myles and Noel Black, interview menée par Noel Black pour la revue The Brooklyn Rail, 2013[19],
  • Eileen Myles, interview menée par K. Bradford pour le magazine "Trop", 2013[20],
  • Five Questions with Eileen Myles, interview menée par Maryam Monalisa Gharavi pour "The New Inquiry", 2012[21],
  • Eileen Myles: My Need To Say, interview menée par C.A. Conrad pour Bomb Magazine, 2012[22],
  • An Interview With Eileen Myles, and a Poem From Her New Book, interview menée par Edith Zimmermann pour "The Hairpin", 2012[23],
  • An interview with Eileen Myles, interview menée par Trish Bendix pour "Afterellen", 2011[24],
  • An icelandic personal culture, interview menée par Sophie Erskine pour "3:am Magazine", 2009[25],
  • The Art of Talking, interview menée par Tom Devaney pour la revue "Rain Taxi," 2003[26].

Documents audiovisuels[modifier | modifier le code]

  • Lectures, interviews, conférences sur le site PennSound[27] (téléchargements libres et gratuits).

Références,[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Eileen Myles », sur Poetry Foundation, (consulté le 13 janvier 2018)
  2. (en) Eileen Myles, « Eileen Myles », sur Eileen Myles, (consulté le 13 janvier 2018)
  3. (en) « Home - The Poetry Project », sur The Poetry Project (consulté le 13 janvier 2018)
  4. (en) « Paul Violi », sur Poetry Foundation, (consulté le 13 janvier 2018)
  5. (en) Bill Zavatsky, « Bill Zavatsky », sur Bill Zavatsky, (consulté le 13 janvier 2018)
  6. (en) « Eileen Myles », sur literature.ucsd.edu (consulté le 13 janvier 2018)
  7. (en) « An Eileen Myles Appreciation Post », The Hairpin,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « John Simon Guggenheim »
  9. (en) « Legendary Poet Eileen Myles’s New Book Is 'a Dog Memoir' », Vice,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Punk Poet Eileen Myles on Combating Trump, Capitalism With Art », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Brooks Barnes, « Eileen Myles, the Poet Muse of ‘Transparent’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  12. (en) Emily Witt, « The Poet Idolized by a New Generation of Feminists », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  13. (en) Michelle Dean, « Eileen Myles: 'People just have to blow it up. That's what I've done for 30 years' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  14. (en) « Eileen Myles returns as a rock star of poetry - The Boston Globe », BostonGlobe.com,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Interviewed by Ben Lerner, « Eileen Myles, The Art of Poetry No. 99 », The Paris Review, vol. Fall 2015, no 214,‎ (ISSN 0031-2037, lire en ligne)
  16. (en) Andrea K. Scott, « Shining a Light on Eileen Myles », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne)
  17. (en) « After 19 Books and a Presidential Bid, Eileen Myles Gets Her Due », Vulture,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « Eileen MYLES - Interview Magazine », Interview Magazine,‎ (lire en ligne)
  19. « EILEEN MYLES and Noel Black », sur The Brooklyn Rail (consulté le 13 janvier 2018)
  20. (en) « Eileen Myles », Trop,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « Five Questions with Eileen Myles », The New Inquiry,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « Eileen Myles: My Need To Say by CAConrad - BOMB Magazine », sur bombmagazine.org (consulté le 13 janvier 2018)
  23. (en) « An Interview With Eileen Myles, and a Poem From Her New Book », The Hairpin,‎ (lire en ligne)
  24. (en) « An interview with Eileen Myles - AfterEllen », AfterEllen,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « An Icelandic Personal Culture: An Interview with Eileen Myles - », 3:AM Magazine,‎ (lire en ligne)
  26. (en) « The Art of Talking: an interview with Eileen Myles | Rain Taxi », sur www.raintaxi.com (consulté le 13 janvier 2018)
  27. (en) « PennSound: Eileen Myles », sur writing.upenn.edu (consulté le 13 janvier 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Base de bibliothèque norvégienne • Bibliothèque nationale d’Irlande • Bibliothèque universitaire de Zagreb • WorldCat