Eija-Liisa Ahtila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eija-Liisa Ahtila
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activités
Représentée par
Marian Goodman Gallery (d), Light ConeVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Distinctions
Site web

Eija-Liisa Ahtila, née à Hämeenlinna le , est une artiste multimédia finlandaise vivant et travaillant à Helsinki, en Finlande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les œuvres de cette artiste se présentent sous la forme de narrations, se faisant aussi bien par le texte que par l’image, à l'aide de moyens tels que la vidéo, l'utilisation d'installation multimédia ou encore de photographies[1]. Son œuvre la plus célèbre à ce jour est If 6 was 9, qui date de 1995.

En 1999, l’un de ses films Consolation Service est présenté à la Biennale de Venise[1].

En 2002, elle participe à la documenta11 à Cassel en Allemagne, avec une installation vidéo intitulée The House[1].

Une exposition rétrospective lui est consacrée au Jeu de paume à Paris du 22 janvier au 30 mars 2008[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Where is where?, 2008, 55 minutes, installation HD, 4 écrans
  • Love is a treasure, 2002, 55 minutes, film 35 mm
  • The House, 2002, 14 minutes, installation DVD pour 3 projections avec son
  • The Wind, 2002, 14 min 20 s, installation DVD pour 3 projections avec son
  • The Present, 2001, installation DVD pour 5 moniteurs et 5 spots TV avec son
  • Consolation service, 1999, 24 minutes, 35 mm film et DVD pour 2 projections avec son
  • Anne, Aki and God, 1998, 30 minutes, installation DVD pour 2 projections et 5 moniteurs TV avec son
  • Today, 1996/7, 10 minutes, film 35 mm et installation DVD pour 3 projections avec son
  • If 6 was 9, 1995, 10 minutes, film 35 mm et installation DVD pour 3 projections avec son
  • Me/We, Okat, Gray, 1993, 3 × approx. 90 s, film 35 mm et installation DVD pour 3 moniteurs TV avec son
  • Secret garden, 1994
  • Tender trap, 1990
  • Nature on things, 1987, 10 minutes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Mieke Bal, Thinking in Film : The Politics of Video Art Installation According to Eija-Liisa Ahtila, London/New Delhi/New York, Bloomsbury Academic, , 328 p. (ISBN 978-1-4725-3274-9, lire en ligne)
  • « Eija-Liisa Ahtila », Paris-Art.com,‎ date inconnue (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Helena Reckitt et Peggy Phelan, Art and feminism, Phaidon, 2001[3]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c date inconnue
  2. Lien de l'exposition
  3. (en) Reckitt, Helena. et Phelan, Peggy., Art and feminism, Londres, Phaidon, , 304 p. (ISBN 0-7148-3529-3, 9780714835297 et 9780714863917, OCLC 48098625, lire en ligne)