Eihei-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eihei-ji
Eiheiji Karamon.jpg
Dénomination
Temple Sōtō
Date de fondation
Fondateur(s)
Situation
Site web
[« www.mitene.or.jp »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 29 mai 2017)]
Coordonnées

L'Eihei-ji, écrit aussi Eihai-ji, est l'un des deux principaux temples japonais de l'école sōtō du bouddhisme zen[1]. Il a été fondé en 1244 par Eihi Dōgen qui introduisit le sōtō au Japon depuis la Chine. Eihi-ji se situe dans le bourg d'Eiheiji, dans la préfecture de Fukui au Japon. En français, son nom signifie "temple de la paix éternelle" (en Japonais, 'ei' signifie "éternel", 'hei' signifie "paisible", et 'ji' signifie "temple bouddhique")[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dōgen, le fondateur du temple en 1244.

L'Eihei-ji a été fondé à l'Époque de Kamakura par Eihi Dōgen en 1244 dans un bois d'une zone rurale et montagneuse du Japon loin des distractions de la vie urbaine. À la mort de Dōgen, son successeur fut controversé et un schisme naquit qui est connu sous le nom de sandai sōron. C'est ainsi que jusqu'en 1468, le temple fut tenu par la lignée chinoise issue de Jakuen qui était un ami de Dōgen.

Eihei-ji et Sōji-ji devenant rivaux au cours des siècles, Eihei-ji se réclama du fait que la résidence originelle de Dōgen se trouvait à Eihei-ji. William Bodiford de l'UCLA a écrit:

« La mémoire de Dōgen a permis de garder Eihei-ji financièrement sûr, en bon état, et rempli de moines et de pèlerins qui se tournent vers Dōgen comme souce d'inspiration religieuse. Eihei-ji est devenu la place de Dōgen, le temple où on célèbre Dōgen, où se pratique le Zen de Dōgen, où le Shōbōgenzō de Dōgen est publié, où il est lu, et où l'on va apprendre le bouddhisme de Dōgen. Comme nous nous souvenons de Dōgen, nous devons également nous souvenir que le souvenir n'est pas une valeur neutre...[4] »

Le temple fut détruit à plusieurs reprises par des incendies et reconstruit. La structure la plus ancienne date de 1749. Aujourd'hui l'Eihei-ji est le temple principal de l'école sōtō du bouddhisme zen. Il est actuellement dirigé par Fukuyama Taiho Zenji.

Description[modifier | modifier le code]

L'original de cette carte d'Eihei-ji a pris pour être peinte quatre ans et demi à un prêtre de la préfecture d'Aichi.

Ajourd'hui, le temple et ses jardins couvrent 330 000 m2[5].L'autel principal du Butsuden (Buddha hall) contient des statues des Bouddhas des trois temps: de la droite à la gauche, Amida Butsu (passé), Shakyamuni Butsu (présent), et Miroku Bosatsu (futur)[6].

Parmi les 70 structures du temple se trouvent le Sanmon (portail), Hatto (salle du Dharma), Sōdo (salle des moines, bâtiment consacré à la pratique du zazen), Daiku-in (cuisine, trois étages et un sous-sol), Yokushitsu (les bains) et Tosu (les toilettes. Le Shōbōgenzō de Dōgen inclue un chapitre sur les manières appropriées pour les toilettes. La plupart de ces règles sont encore uiies aujourd'hui[7]). Le Shōrō (beffroi) contient l'obon sho, la plus grande cloche brahmane. Le Shidoden (Mémorial) contient des milliers de tablettes pour les laïcs décédés. Le Joyoden (salle des fondateurs) contient les cendres de Dōgen et de ses successeurs. Ici, de la nourriture est servie quotidiennement aux images des défunts comme s'ils étaient des enseignants vivants. Le Kichijokaku (bâtiment/centre des visiteurs) est un large bâtiment moderne haut de quatre étages consacré aux laïcs, avec cuisine, bain, chambres et un hall pour la pratique du zazen.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les visiteurs doivent s'habiller modestement et garder le silence. Ils peuvent assister à des retraites de méditation d'un à trois jours moyennant des frais[8]. Chaque visiteur reçoit une liste de règles. Ainsi, par exemple, photographier des prêtres en formation est interdit [9]. Plus d'un million de visiteurs passent par les portes d'Eihei-ji tous les ans à l’exception de 2003, seulement 800 000 étant venus cette année, le service de train de Fukui à la gare d'Eiheijiguchi étant temporairement arrêté durant cette période [10].

Un service commémoratif, une source importante de revenus pour Eihei-ji, est organisé tous les cinquante ans depuis le XVIe siècle à l'occasion de l'anniversaire du nirvana d'entrée de Dōgen Zenji. Par exemple, environ 23 700 moines y ont assisté en 1752 ce qui a généré suffisamment d'argent pour reconstruire la porte principale[11]. Des groupes du monde entier, y compris un groupe de San Francisco, se sont formés pour effectuer un pèlerinage à Eihei-ji pour le 750e anniversaire en 2002[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, (ISBN 0691157863), page 280.
  2. (en) « Eiheiji », EiheijiKankoubussankyoukai (consulté le 29 mars 2012)
  3. (en) « Head Temple Eiheiji », SotoZen-Net (consulté le 29 mars 2012)
  4. Bodiford, William M. (2006). "Remembering Dogen: Eiheiji and Dogen Hagiography". The Journal of Japanese Studies. Society for Japanese Studies, University of Washington. 32 (1): 1–21. doi:10.1353/jjs.2006.0003
  5. (en) « Japan Heritage Eiheiji: For a few bucks, you too can try for enlightenment »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Asahi Shimbun (consulté le 29 mars 2012)
  6. Greve, Gabi (February 1, 2005). "Daruma Pilgrims in Japan". Blogspot. Retrieved March 30, 2012
  7. (en) « Eiheiji Temple », Japan-i (consulté le 30 mars 2012)
  8. Fodor's. Random House. Retrieved March 30, 2012.
  9. EiheijiKankoubussankyoukai. Retrieved March 29, 2012
  10. Willis. Bill (February 23, 2003). "Austere monks in a lavish monastery". The Japan Times. Retrieved March 31, 2012.
  11. Bodiford, William M. (2006). "Remembering Dogen: Eiheiji and Dogen Hagiography". The Journal of Japanese Studies. Society for Japanese Studies, University of Washington. 32 (1): 1–21. doi:10.1353/jjs.2006.0003.
  12. (en) « Soto Zen Education Center Activity Schedule », SotoZen-Net, no 10,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :