Eiffel (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eiffel
Réalisation Martin Bourboulon
Scénario Caroline Bongrand
Musique Alexandre Desplat
Acteurs principaux
Sociétés de production VVZ Production
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Biographie historique
Durée 115 minutes
Sortie 2021


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Eiffel est un film franco-allemand réalisé par Martin Bourboulon, sorti en 2021. Il s'agit de l’histoire d’amour (probablement fictionnelle)[1] entre l’ingénieur Gustave Eiffel et une jeune femme prénommée Adrienne Bourgès, durant laquelle va émerger l’idée de créer la tour Eiffel[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1880, Gustave Eiffel vient de collaborer à la construction de la statue de la Liberté. Il doit alors faire face à la pression du gouvernement français qui souhaite qu'il conçoive quelque chose de spectaculaire pour l'Exposition universelle de Paris de 1889[3]. Alors que l'ingénieur ne s’intéresse qu’au projet du métropolitain, il recroise Adrienne Bourgès, son amour de jeunesse, rencontrée lors de la construction d'une passerelle au dessus de la Garonne en 1860. Cette relation interdite et secrète — elle est aujourd'hui mariée à son ami Antoine Restac — va l'inspirer[4],[5].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le projet est initialement développé par Caroline Bongrand dès septembre 1997. En résumant des idées de scénarios à un producteur californien, elle lance « Gustave Eiffel a construit sa tour pour une femme qu’il a follement aimée et dont le prénom commençait par un A. Vous avez remarqué que la Tour Eiffel a la forme d’un A ? C’est une si belle histoire d’amour. Personne ne l’a jamais racontée. » Cette histoire, totalement fictive, semble intéresser. Liam Neeson sera envisagé pour incarner Gustave Eiffel, avant que le projet soit développé en France. Luc Besson se montre un temps intéressé, puis Olivier Dahan qui imagine Marion Cotillard dans le rôle d'Adrienne. Si Ridley Scott sera brièvement évoqué, c'est avec Martin Bourboulon que le projet se concrétise[9]. Pendant plus de 20 ans, Caroline Bongrand aura tenté de monter ce projet, aventure qu'elle raconte dans le livre Eiffel et moi, publié en mai 2021[10].

En , on apprend qu'avec 23,4 millions d'euros de budget, Eiffel est la plus grosse production française de l'année 2020[5] et que, dans une interview, le directeur de production François Hamel indique qu'un budget supplémentaire de 300 000 euros est nécessaire afin de couvrir les jours de préparation supplémentaires, ainsi que les dépenses liées aux règles sanitaires dues à la pandémie de Covid-19[11].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En , on annonce qu'Emma Mackey donne la réplique à Romain Duris dans le film[12]. Le réalisateur Martin Bourboulon explique que « le choix d'engager Mackey était évident » et que sa « forte personnalité transparaît dans sa façon de jouer. C’est à la fois une actrice romantique et rock, au talent éblouissant »[13].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en août 2019[14]. Il est ensuite interrompu pendant 3 mois en 2020, en raison des mesures sanitaires prises en France à la suite de la pandémie de Covid-19, avant de reprendre en [5],[15]. Il a lieu à Paris, notamment près de la tour Eiffel, au studio Backlot 217 (ancienne base aérienne 217 Brétigny-sur-Orge, où est reconstitué le chantier de construction d'une pile)[16], mais aussi dans le département de la Gironde près du pont de Cubzac construit par Gustave Eiffel à Cubzac-les-Ponts (il s'agit du pont authentique réalisé par lui au-dessus du fleuve Dordogne, et non pas Garonne, comme annoncé dans le film), le département de la Haute-Loire, aux Forges de l'Alliance à Pont-Salomon, et dans le département des Yvelines, au château de Vaugien à Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film est présenté en en avant-première au Festival du film français Alliance française, en Australie[7], en particulier à la soirée d'ouverture le [8].

Critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 2,8/5[17].

Dans la réalité, Gustave Eiffel et Adrienne Bourgès avaient 10 ans d'écart, mais 22 ans séparent les acteurs Romain Duris (47 ans) et Emma Mackey (25 ans)[18]. Cependant Romain Duris est rajeuni numériquement dans les flashbacks et pas Emma Mackey[19].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 467 925 entrées[20] 8

Monde Total mondial 11 732 598 $ - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tour Eiffel : les deux rencontres qui ont inspiré le monument », sur France Bleu, (consulté le ).
  2. Leslie Fauvel, « Déconfinement : les tournages de films reprennent », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) « Eiffel (2021) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  4. « Eiffel », sur Allociné (consulté le ).
  5. a b c et d Constance Jamet, « Eiffel : une première image du duo romantique formé par Romain Duris et Emma Mackey », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a b et c Eiffel sur Unifrance.
  7. a et b (en) « Eiffel », sur AFFFF (consulté le ).
  8. a et b (en) « The 32nd Alliance française French Film Festival » [PDF] (consulté le ), p. 68.
  9. Cinéma : Pourquoi le biopic « Eiffel » avec Romain Duris et Emma Mackey a failli ne jamais voir le jour, sur vanityfair.fr, consulté le 10 juin 2021.
  10. « Eiffel : pourquoi le film a mis plus de 20 ans à voir le jour », sur Allociné, (consulté le )
  11. Caroline Besse, « Sur le tournage de la superproduction Eiffel : “Tous les accessoires que les comédiens touchent sont désinfectés” », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Emma Mackey : De Sex Education à la Tour Eiffel », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. (en) Melanie Goodfellow, « Sex Education star Emma Mackey to make French debut opposite Romain Duris in Pathé's Eiffel (exclusive) », Screen,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Œuvres - Eiffel », sur Scriptoclap (consulté le ).
  15. Christophe Meynard, « On tourne Eiffel au pied du pont de Cubzac », Haute Gironde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « En plein cœur du tournage d'Eiffel au Backlot 217 », sur TSF, (consulté le ).
  17. « Eiffel », sur Allociné (consulté le ).
  18. Martin Stameschkine, « « Eiffel » : Le couple formé par Emma Mackey et Romain Duris, symbole de la culture sexiste au cinéma », sur parismatch.be, (consulté le )
  19. Vincent Frei, « Eiffel: Olivier Cauwet – Overall VFX Supervisor - BUF », sur The Art of VFX, (consulté le )
  20. « Eiffel », sur JPbox-office.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]