Egor Letov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Egor Letov
Description de cette image, également commentée ci-après
Egor Letov en 2000.
Informations générales
Naissance
Omsk, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Décès (à 43 ans)
Omsk, Drapeau de la Russie Russie
Activité principale auteur-compositeur
Genre musical punk rock, post-punk, rock psychédélique, noise rock, garage rock, musique expérimentale, musique industrielle, musique bruitiste
Instruments guitare
Années actives 1982-2008

Egor Letov de son vrai nom Igor Fiodorovitch Letov (en russe : И́горь Фёдорович Ле́тов), né le à Omsk en URSS et mort le dans la même ville, est un chanteur et auteur-compositeur soviétique et russe[1],[2]. Il est fondateur et leader du groupe rock Grajdanskaïa Oborona souvent considéré comme le père du punk rock russe[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Fiodor Letov (1926-2018), un militaire, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, et de son épouse Tamara née Martémianova (1935-1988), Egor Letov naît à Omsk. Après ses études secondaires en 1982, il déménage chez son frère Sergueï dans l'oblast de Moscou et intègre une école du bâtiment et des travaux publics. Il sera expulsé en raison des mauvaises notes en 1983 et retourne à Omsk. Il fonde avec Konstantin Riabinov son premier groupe musical appelé Possev en référence à une revue clandestine éditée par l'Union des solidaristes russes.

Il monte sur scène pour la première fois à la fin du 1983, au sein de l'ensemble musical réuni par Sergueï Kouriokhine au théâtre de l'Institut d'ingénierie physique de Moscou. En , il fonde le groupe rock Grajdanskaïa Oborona. Il se lie avec l'artiste Yanka Diaguileva dont il enregistre les trois premiers albums. Ensemble, ils participent notamment au festival du rock de Simferopol en Crimée en 1987[5]. En 1990, il fonde avec Kuzya Waugh le groupe Egor i Opizdenevshie qui se sépare en 1993 après deux albums.

En 1994-1998, l'artiste a soutenu le Parti national-bolchévique.

Egor Letov meurt d'un arrêt cardiaque le . Il est enterré à Omsk, au vieux cimetière de l'Est, auprès de sa mère.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Champ expérimental russe (CDMAN020-98, enregistrement de Sergueï Firsov, ), album acoustique, réédité en 2005.
  • Les sommets et les racines - 1989, en 2005, 2006 et 2016.
  • Tout comme chez tout le monde - 1989, réédité en 2001, 2005, 2006, 2016.

Albums Live:

  • La Fête était finie - 1990, réédité en 2018.
  • Le concert dans la ville héros de Léningrad (acoustique, Egor Letov) - 1994 (CDMAN003-96, enregistrement de Sergueï Firsov au Palais de la jeunesse de Saint-Pétersbourg, 1994), réédité dans les années 2000.
  • Egor Letov, concert au Palais des sports Krylia Sovetov - 1997 (vidéo)
  • Egor Letov, concert au club de rock Polygone (Saint-Pétersbourg) - 1997 (uniquement sur bande magnétique)
  • Frères Letov (avec Sergueï Letov), Enregistré lors du concert au club de rock Project OGI (Moscou), Communisme, DC. - 2002
  • Egor Letov, GO, The Best (collection de morceaux de concerts au club de rock Polygone de Saint-Pétersbourg) - 2003
  • Orange Acoustique - 2006, réimprimé en 2011.


Collection:

  • Musique de printemps - 1989

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark Yoffe, « Obituary: Yegor Letov: Anti-establishment rock musician in his beloved Russia », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Harris M. Lentz III, Obituaries in the Performing Arts, 2008 : Film, Television, Radio, Theatre, Dance, Music, Cartoons and Pop Culture, vol. 15, McFarland, (ISBN 978-0-7864-5384-9, lire en ligne), p. 258
  3. (en) Phil Davidson, « Yegor Letov: Father of Russian punk », The Independent,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Ivan Gololobov, Hilary Pilkington, Yngvar B Steinholt, Punk in Russia : Cultural mutation from the “useless” to the “moronic”, Routledge, coll. « Routledge Contemporary Russia and Eastern Europe Series », , 224 p. (ISBN 978-1-317-91309-2, lire en ligne)
  5. (en)Juliane Fürst, Josie McLellan, Dropping out of Socialism: The Creation of Alternative Spheres in the Soviet Bloc, Rowman & Littlefield, (ISBN 9781498525152, lire en ligne), p. 236

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yngvar Bordewich Steinholt, Rock in the Reservation. Songs from the Leningrad Rock Club 1981-1986, Mass Media Music Scholars' Press, 2004 (ISBN 9780970168436), 230 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]