Egon Ranshofen-Wertheimer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Egon Ranshofen-Wertheimer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Friedhof Ranshofen Wertheimer cropped.jpg

Vue de la sépulture.

Egon Ranshofen-Wertheimer, (né le 4 septembre 1894 à Ranshofen/Braunau am Inn et mort le 27 décembre 1957 à New York) était un diplomate autrichien. Après avoir exercé la profession de journaliste, il est devenu un homme politique et un diplomate.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Sa famille, étant d'origine juive, elle a dû fuir le régime nazi en 1938. Après avoir combattu pendant la Première Guerre mondiale, Ranshofen-Wertheimer revient à la vie civile avec des convictions marxistes. Il fait ses études à Vienne, Zurich, Berlin, Munich et Heidelberg jusqu'à 1921. Il développe une attitude de plus en plus pragmatique et passe à la social-démocratie. Il commence par travailler comme rédacteur à Hambourg de 1921 à 1924 et puis comme correspondant à l'étranger pour le journal démocrate Vorwärts à Londres. Il y a rédigé son premier livre Le Portrait du parti des travailleurs britanniques qui est devenu un bestseller. C'est aussi à Londres qu'il a rencontré le journaliste salzbourgeois Leopold Kohr.

Son livre a attiré l'attention du gouvernement britannique qui lui-même avait beaucoup d'influence sur la Société des Nations. Les réflexions politiques qu'il a exprimées dans son livre lui ont ouvert les portes de la carrière diplomatique. Il représente l'Autriche à Genève auprès de la Société des Nations de 1930 à 1940. La guerre venue, il émigre aux États-Unis où, en 1940-41, il travaille comme professeur à l'American University à Washington et de 1942 à 1945 pour le Carnegie Endowment for International Peace.

De 1945 à 1946, il a été consul pour les affaires de l'Organisation des Nations unies au département d'État des États-Unis. Egon Ranshofen-Wertheimer a soutenu le gouvernement américain dans sa lutte contre l'Allemagne hitlérienne. Avec son collègue Leopold Kohr, il écrivait entre autres pour le journal New York Times. De 1946 jusque sa mise à la retraite en 1955, il s'est occupé successivement des questions à la Corée, au Somaliland et à l'Érythrée pour l'Organisation des Nations unies. En 1956, il est devenu conseiller de la délégation autrichienne auprès de l'ONU.

Egon Ranshofen-Wertheimer est perçu comme un pionnier des Nations unies (voir son œuvre The International Secretariat - A Great Experiment in International Administration). Il s'est employé à ce que l'Autriche retrouve son indépendance. C'est aussi grâce à ses efforts que la République autrichienne a été admise aussi vite au sein des Nations unies.

Egon Ranshofen-Wertheimer a été enterré dans le tombe de sa famille au cimetière du château Ranshofen.

Publications[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Journées de l'Histoire Contemporaine de Braunau