Efim Bogoljubov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bogolioubov.
Efim Bogoljubov
Description de cette image, également commentée ci-après

Efim Bogoljubov vers 1925

Naissance
Kiev, Russie impériale
Décès
Triberg im Schwarzwald, Allemagne
Nationalité Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Drapeau Soviétique
Drapeau d'Allemagne Allemand
Profession
Joueur d'échecs

Efim Dmitrievitch Bogolioubov (en russe : Ефим Дмитриевич Боголюбов, en allemand : Efim Bogoljubow), né à Kiev (Ukraine actuelle alors Empire russe) le [1] et mort à Triberg im Schwarzwald (Allemagne) le , est un joueur d'échecs russe, puis soviétique, naturalisé Allemand en 1927. En Union soviétique, il remporta deux fois le championnat d'URSS (en 1924 et 1925) et gagna tournoi de Moscou 1925 (devant Lasker et Capablanca), puis il s'installa définitivement en Allemagne en 1926.

En Allemagne, Bogoljubov remporta le tournoi de Bad Kissingen 1928 (devant Capablanca, Euwe et Nimzowitsch), puis il disputa deux matchs de championnat du monde contre Alexandre Alekhine : en 1929 et en 1934. Il gagna deux congrès de la fédération allemande (en 1925 et 1931) et deux championnats d'Allemagne (en 1933 et 1949). Il reçut en 1951 le titre de grand maître international un an avant de mourir.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Débuts aux échecs[modifier | modifier le code]

Bogoljubov naquit en 1889 à Kiev en Ukraine dans l'Empire russe. En 1910, il finit deuxième du tournoi de Russie du sud à Odessa remporté par Boris Verlinski. En 1911, il fut troisième du championnat de Kiev (victoire de Bogatyrtchouk), puis il termina deuxième tournoi amateur pan-russe de Libava en 1912 remporté par Hronadka. En 1913, il gagna le tournoi de Lodz devant Salwe.

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, il disputait le dix-neuvième congrès allemand à Manheim et fut interné comme dix autres joueurs russes (Bogatyrtchouk, Alekhine, Selesnief, ...). Pendant la Guerre, il disputa aux nombreux tournois organisés entre les joueurs internés à Baden-Baden, puis à Triberg.

Succès dans les tournois internationaux et les championnats d'URSS (1918 à 1928)[modifier | modifier le code]

Bogoljubov en 1925

Après la Première Guerre mondiale, Bogoljubov remporta les tournois de

Lors du tournoi d'échecs de New York 1924, il finit septième sur onze joueurs.

Matchs contre Max Euwe (1928, 1928-1929 et 1941)[modifier | modifier le code]

En 1928, il remporta le championnat du monde d'échecs « amateur » organisé par la Fédération internationale des échecs en battant Max Euwe 3 à 2 avec cinq parties nulles. En 1928-1929, il battit à nouveau Euwe 5,5 à 4,5.

En juillet 1941, Bogoljubov affronta Euwe dans un match. Ce fut la seule compétition que Euwe accepta de disputer en dehors des Pays-Bas pendant la guerre. Euwe gagna le match 6,5 à 3,5.

Championnats du monde (1929 et 1934)[modifier | modifier le code]

Il a participé deux fois au Championnat du monde d'échecs, chaque fois contre Alexandre Alekhine. Il perd la première fois en 1929 par 15,5 à 9,5, et la seconde en 1934 par 15,5 à 10,5.

Le deuxième match fut plus serré que le premier.

Olympiades (1931, 1936 et 1939)[modifier | modifier le code]

Bogoljubov participa à une seule olympiade, appelée alors le « Tournoi des nations » : l'olympiade de Prague en juillet 1931, comme premier échiquier de l'équipe d'Allemagne (il venait de remporter le 27e congrès allemand d'échecs à Swinemünde). L'équipe d'Allemagne finit cinquième et Bogoljubov réalisa le deuxième meilleur résultat du tournoi au premier échiquier avec 12,5/17 (le champion du monde Alexandre Alekhine marqua 13,5/18)[2].

L'Allemagne n'envoya pas d'équipe à l'olympiade de 1933 (à Folkestone) ni à celle de 1935 (à Varsovie). En 1933, Bogoljubov fut nommé capitaine de l'équipe d'Allemagne. Il participa à la préparation de son équipe pour l'olympiade d'échecs officieuse de Munich en 1936, mais ne la disputa pas sur l'échiquier. L'Allemagne sans son meilleur joueur finit deuxième.

En 1939, Bogoljubov participa à nouveau à la préparation de l'équipe d'Allemagne qui remporta l'olympiade d'échecs de 1939 à Buenos Aires.

Fin de carrière : champion d'Allemagne (1933 et 1949)[modifier | modifier le code]

Efim Bogoljubov
()

En 1931, Bogoljubov gagna le 27e congrès allemand d'échecs, à Swinemünde (tournoi remporté devant Roedl et Richter). Il fut deuxième du tournoi de Bled 1931 remporté par Alekhine.

En 1933, la très ancienne fédération allemande d'échecs (le Deutsche Schach Bund), fondée en 1877, fut dissoute par le nouveau pouvoir nazi. La même année, Bogoljubov gagna les tournois de :

  • Aix-la-Chapelle (Bad Aachen) 1933 (« tournoi national des maîtres », devant Richter, Ahues et Sämisch)
  • Bad Pyrmont 1933 (1er championnat d'Allemagne, devant Roedl et Carls).

En 1934, Bogoljubov disputa son deuxième championnat du monde contre Alekhine et finit quatrième du tournoi d'échecs de Zurich, puis il gagna :

  • Bad Nauheim 1935,
  • Bad Snarow 1935.

En 1936, Bogoljubov termina dixième du tournoi de Nottingham. En 1937, il termina 2e-3e d'un tournoi quadrangulaire à Bad Nauheim, Stuttgart et Garmisch, ex æquo avec Alekhine, derrière Max Euwe.

En 1938, Bogoljubov craignit que sa fille ne put accéder à l'université et décida de devenir membre du parti nazi. Plus tard, après la Seconde Guerre mondiale, il fut traité de fasciste. Il gagna le tournois de Karlsruhe 1938-1939 (devant Richter). En 1939, il perdit un match contre Erich Eliskases, puis il gagna les tournois de

  • Stuttgart 1939 (devant Richter, Engels, Vidmar, Eliskases et Kieninger),
  • Berlin 1940 (7,5/9),
  • Cracovie-Varsovie 1940 (premier championnat du gouvernement général de Pologne, ex æquo avec Kohler),
  • Radom 1944 (sixième championnat du gouvernement général de Pologne, devant Fedor Bogatyrtchouk).

Après la Guerre, Bogoljubov finit premier à

Lors du premier championnat de la République fédérale d'Allemagne en 1950, il finit deuxième-troisième après Unzicker.

La défense Bogo-indienne[modifier | modifier le code]

L'ouverture de la défense Bogo-indienne (1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 Fb4+ en notation algébrique) doit son nom à Bogoljubov.

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Lorsque j'ai les blancs, je gagne parce que j'ai les blancs. Lorsque j'ai les noirs, je gagne parce que je suis Bogoljubov. » (Bogoljubov signifie « aimé de Dieu » en ukrainien.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeremy Gaige, Chess Personalia sur chesshistory.com.
  2. Résultats de Bogoljubov aux olympiades sur olimpbase.org.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Sergueï Soloviov, Bogoljubow, The Fate of a Chess Player, Chess Stars, 2004Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]